par Nicolas Anderbegani

Les BRI vont rouler en Seat Leon Cupra

Suite à un appel d'offres lancé en 2019, c'est Seat qui remporte la mise pour limer le bitume des autoroutes françaises à la poursuite des chauffards et des go-fast ! Les brigades rapides d'intervention de la Gendarmerie Nationale commenceront à être équipées avec la Seat Leon Cupra dès la fin de l'année 2020, pour une livraison de 17 exemplaires.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Une Leon éprouvée

Après 10 ans de bons et loyaux services, la vénérable Megane RS tire sa révérence et cède la place à la Seat Leon Cupra. Il s'agit bien de la 3ème génération de Leon, encore badgée Seat (et non Cupra Leon, nuance) alors que la nouvelle version a été présentée en début d'année. Même si certains avaient rêvé d'une Alpine A110 ou encore d'une Peugeot 308 RC, proposée par ByFactory,  l'espagnole a visiblement fait la différence, à la fois sur le prix, les performances et surtout sa polyvalence, avec l'existence d'une version break ST bien pratique. Dotée d'un moteur TSI 2.0 litres de 290 chevaux et d'un couple de 380 Nm avec une transmission aux roues avant, cette Leon Cupra promet le 0 à 100 km/h en seulement 6,0 secondes et une vitesse de pointe limitée électroniquement à 250km/h.

Préparation spéciale

Un cahier des charges précis est requis, sachant que les voitures de la BRI doivent être capables de subir une utilisation intensive sur plus de 4 heures et une capacité de durée de plus de 1h30 moteur tournant en statique, afin de pouvoir donner sa pleine puissance et atteindre sa vitesse maximale en quelques secondes en cas d’intervention sans que le moteur soit mis à mal, et cela dans n'importe quelles conditions. C'est pourquoi chaque Leon Cupra de la Gendarmerie doit passer d'abord par une préparation spécifique assurée par les ateliers GRUAU à Laval/Saint-Berthevin. Au-delà d’un équipement de sécurité d’origine, les Leon Cupra disposeront d’aménagements « intérieurs spécifiques » à leur usage : la pose de la sérigraphie « Gendarmerie », un système de communication interne et externe, une signalisation sonore et lumineuse, un renforcement des vitres et lunette arrière puis un important équipement téléinformatique. Ces équipements comme les avertisseurs sonores et lumineux peuvent êtres actionnés depuis le terminal situé à l’avant du véhicule. Un panneau est également placé sur la plage arrière du véhicule se déployant à la verticale avec un minimum de 40 messages programmables en 6 langues notamment français, anglais, allemand, italien, espagnol et polonais. Le cycle de préparation prend environ 5 à 6 semaines pour qu’une seule Leon Cupra soit prête avant de pouvoir rouler et être exploitée sur les autoroutes françaises.

La Leon rejoint une lignée entamée par l'Alpine A110, et qui s'est poursuivie avec, entre autres, l'ALpine A310, la Citroën SM, la Peugeot 405 T16, la Renault 21 Turbo ou encore la Subaru Impreza WRX. Bien entendu, la fibre patriotique en prend un petit coup. On rêve encore de la Renault RS.01 Interceptor du court-métrage sorti n 2016 ! Les choix sont aussi dictés par des contraintes budgétaires et un cahier des charges qui fait primer logiquement la pratique sur le chauvinisme. Seat a d'ailleurs remporté l'appel d'offres en Italie également. L'offre de nos chers constructeurs français n'était peut-être pas la mieux positionnée. Il est certain que les orientations politiques et fiscales de ces dernières années n'ont pas incité les marques tricolores à investir davantage le segment des sportives.

Source : Seat

Pour résumer

Suite à un appel d'offres lancé en 2019, c'est Seat qui remporte la mise pour limer le bitume des autoroutes françaises à la poursuite des chauffards et des go-fast ! Les brigades rapides d'intervention de la Gendarmerie Nationale commenceront à être équipées avec la Seat Leon Cupra dès la fin de l'année 2020, pour une livraison de 17 exemplaires.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.