par Thibaut Emme

Stellantis affiche une forme insolente au 1er semestre

Le groupe automobile Stellantis annonce ses résultats semestriels. Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils sont financièrement excellents : 8,0 milliards d’euros de bénéfice net.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Avec les ventes de voitures en fort recul, on pourrait penser que les constructeurs verraient leurs bilans financiers reculer d'autant. Mais, c'est sans compter sur l'adaptation de ces constructeurs qui préfèrent vendre certaines catégories de véhicules, à plus forte marge, plutôt que d'autres moins rémunératrices. Le consommateur ne s'y retrouve pas forcément, mais le constructeur oui.

Sur le premier semestre 2022, le nombre de véhicules livrés est de 3,033 millions contre 3,181 l'an dernier sur la même période. C'est un recul de 7%. Pour autant, le chiffre d'affaires net (87,999 milliards d'euros) ressort en hausse de 17% sur le 1er semestre 2022 (S1-22) par rapport à S1-21. C'est le "reflet d’un pricing élevé, d'un mix véhicules favorable et d’effets de change positifs" selon le communiqué.

Le résultat opérationnel courant s'établit à 12,4 milliards d'euros. C'est une hausse de 44% par rapport à S1-21. Plus fort, et symptomatique de la politique de "moins vendre pour mieux vendre", la marge opérationnelle courante ressort à 14,1% ! Elle est même à deux chiffres sur les cinq régions de vente du groupe.

Au final, le bénéfice net est de 8 milliards d'euros rien que pour ce premier semestre 2022. C'est une hausse de 34% par rapport à S1-21. Le flux de trésorerie libre industriel (free cash-flow) est de 5,3 milliards d'euros. C'est en hausse de 6,5 milliards d'euros par rapport à 2021 au moment de la fusion officielle FCA-PSA. Les liquidités disponibles se montent à 59,7 milliards d'euros (en recul de 5% par rapport à décembre 2021).

« Dans un contexte Mondial particulièrement difficile, nous continuons nos efforts pour délivrer des résultats exceptionnels et mettre en œuvre notre stratégie audacieuse d’électrification. Grâce à la résilience, à l’agilité et à l’esprit entrepreneurial de nos collaborateurs, et à la contribution de nos partenaires innovants, nous transformons Stellantis en tech company de mobilité durable prête pour le future. Je tiens à exprimer ma sincère reconnaissance à tous les collaborateurs de Stellantis pour leur engagement et leur contribution aux résultats obtenus. » - Carlos Tavares, CEO

Merci l'électrification et les SUV

Selon Stellantis, ce sont les BEV/VEB (les véhicules électriques à batterie) et les LEV (low emission vehicle ou véhicule à faibles émissions) qui lui permettent d'afficher cette forme insolente. En clair, les 100% électriques et les PHEV ou hybrides rechargeables. Il est vrai que pour les PHEV, ce sont souvent les SUV les plus huppés qui en bénéficient et leur prix de vente est particulièrement élevé, dans les finitions les plus hautes.

Les véhicules électriques connaissent une croissance de 50% chez Stellantis. La rationalisation des motorisations joue aussi à plein avec des VEB qui partagent très souvent la même batterie et la même chaîne de traction. Il en est de même pour les PHEV. 136 000 VEB sur S1-22 pour l'ensemble du groupe sur une gamme de 20 véhicules électriques. Toujours frileux sur le VEB, Carlos Tavares pousse tout de même le groupe Stellantis dans cette voie choisie par les politiques. Il y aura par exemple cinq "gigafactories" (les usines de batteries) via des partenariats avec Automotive Cells Company, Samsung SDI et LG Energy Solution.

En ce qui concerne les différents marchés, Stellantis affiche une rentabilité record en Amérique du Nord soit 18,1% ! La part de marché grimpe à 11,3% et même 11,7% rien qu'aux USA. Merci Jeep. L'Europe élargie est moins rentable avec une marge opérationnelle courante de 10,4%. Mais c'est tout de même beau. La part de marché en volume sur l'UE30 est en baisse à 21,2%. Sur le vieux continent, les différentes marques tirent leur épingle du jeu.

L'Amérique du Sud affiche une marge de 13,9% et une part de marché de 23,5%. Le résultat opérationnel courant est de 1 milliard d'euros soit près du triple des six premiers mois de 2021. En Afrique, la marge explose à 15,5%. Le résultat opérationnel courant est de 472 millions d'euros. Enfin, en Asie-Pacifique, Chine et Inde, si la marge est de 13,4%, le résultat opérationnel courant n'est que de 289 millions d'euros. C'est encore l'une des zones faibles de Stellantis.

Tableau

 (en millions d'euros)H1 2022H1 2021H1 2021
Pro Forma
H1 2022
vs. H1 2021
Pro Forma
Net Revenues87 99972 61075 310+17%
Operating Income10 3207 3447 517+37%
Net Financial Expenses431217229+88%
Profit before Taxes9 8897 1277 288+36%
Tax Expense1 9851 7291 757+13%
Share of the Profit of Equity Method Investees56402405-86%
of which Results of Finance Companies342329338+1%
Net Profit7 9605 8005 936+34%

Notre avis, par leblogauto.com

Stellantis et Carlos Tavares continuent d'appliquer le plan stratégique "Dare Forward 2030". Il permet de résister à la crise des ventes automobiles tout en dégageant des profits record. 100% électrique et PHEV (4xe, Plugin Hybrid 225, 260, etc.) se vendent bien.

Stellantis va devoir faire attention à investir une partie de ces résultats pour les prochaines générations de voitures électriques entre autres. Bien placé dans la course aux batteries, cela ne devrait pas poser trop de soucis.

Pour résumer

8 milliards d'euros de bénéfice net pour le premier semestre 2022. Stellantis affiche une forme insolente alors que les ventes patinent en volume. Le véhicule 100% électrique à batterie, mais aussi les SUV/CUV tirent la marge opérationnelle vers le haut.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.