par Elisabeth Studer

Pétrole:cours en baisse "grâce" au confinement en Chine

Le embargo sur le pétrole russe.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Le cours du pétrole a enregistré une baisse ces dernières heures, plombé par une demande ralentie en Chine, le pays étant un important importateur de brut. Se profile néanmoins en parallèle la possibilité d’une mise en place rapide d’un embargo sur le pétrole russe.

Les cours du pétrole en baisse

Les prix du pétrole étaient en baisse mardi, leur flambée étant ralentie par les mesures de confinement prises en Chine, synonyme de baisse de la demande.

Vers 09H25 GMT (11H25 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet perdait ainsi 0,86%, s’échangeant à 106,65 dollars.

Parallèlement, le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en juin reculait quant à lui de 0,78% à 104,35 dollars.

La chute des prix liée à une anticipation de la demande chinoise

La chute des prix a été déclenchée par les craintes que les mesures de confinements prises pour faire face à une vague importante de contaminations de Covid-19 en Chine puissent sérieusement freiner la demande de pétrole dans le pays.

Rappelons en effet que la Chine est le deuxième plus grand consommateur et le plus important importateur de pétrole brut au monde.

Largement épargné depuis deux ans par le Covid, le pays affronte ces dernières semaines sa pire flambée épidémique depuis le printemps 2020.

Dans la métropole de Shanghai, de loin la plus touchée et dont les 25 millions d'habitants sont confinés depuis un mois, toute personne testée positive, même asymptomatique, doit séjourner dans un centre de quarantaine collective.

Une baisse de courte durée ? l’embargo pourrait changer la donne

Reste que la perspective d'un embargo de l’Union européenne sur les hydrocarbures en provenance de Russie semble se rapprocher à grands pas, ce qui pourrait rapidement faire repartir les prix du brut à la hausse.

Les ministres européens de l'énergie ont eu des discussions en ce sens. Cette mesure doit faire partie du nouveau train de sanctions que l'UE a l'intention d'adopter cette semaine.

"Nous plaidons pour un embargo immédiat sur le pétrole et le gaz. L'heure est venue pour le pétrole, puis ensuite viendra le gaz. L'Europe doit se débarrasser de la dépendance aux énergies fossiles russes", a soutenu la ministre polonaise Anna Moskwa lors de la réunion.

La ministre française Barbara Pompili, présidente de la réunion a assuré que s'il n'était pas l'objet de ce conseil de l'Energie, "un nouveau paquet de sanctions est en préparation", et qu'"il viendra dans les jours qui viennent".

En 2021, la Russie a fourni 30% du brut et 15% des produits pétroliers achetés par l'UE.

Notre avis, par leblogauto.com

Quand le malheur des uns fait le bonheur des autres … les mesures très strictes de confinement prises par les autorités chinoises devraient permettre un tantinet de voir les prix à la pompe baisser en Europe. De quoi surveiller les tarifs proposés en station pour profiter de l’opportunité de faire le plein.

Pour les gros rouleurs, ils n’ont pas trop le choix ….

Sources : AFP

Pour résumer

Le embargo sur le pétrole russe.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.