Italie : participation dans Stellantis pas à l’ordre du jour
par Elisabeth Studer

Italie : participation dans Stellantis pas à l’ordre du jour

« Le gouvernement italien n'a pas l'intention d'acheter une participation dans Stellantis mais cela pourrait être envisagé si le constructeur automobile en faisait la demande », a déclaré vendredi le ministre italien de l'Industrie, Adolfo Urso.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Interrogations sur une éventuelle participation de l’Italie dans Stellantis

Le 1er février dernier, lors d'une vive discussion sur l'engagement de Stellantis envers l'Italie, le ministre italien avait évoqué la possibilité que Rome achète des actions du groupe automobile, mais depuis lors, les deux parties ont fait des déclarations conciliantes pour apaiser les tensions. "Aujourd'hui (...) il est évident que cela est exclu", a déclaré le ministre lors d'une interview à la radio publique RAI.

Un scénario pas à l’ordre du jour

"Il est clair que si l'entreprise devait dire 'nous avons absolument besoin d'une participation publique italienne', alors un débat, une confrontation, aurait lieu, mais ce n'est pas à l'ordre du jour aujourd'hui", a ajouté Urso.

En juin dernier, le président de Stellantis, John Elkann, a déclaré que l'entreprise n'avait pas besoin de l'État italien comme actionnaire. Créé en 2021 par la fusion du fabricant français de Peugeot PSA et de l'italo-américain Fiat Chrysler, Stellantis représente pratiquement toute la production automobile en Italie.

La Première ministre italien Giorgia Meloni a plusieurs fois accusé le groupe de privilégier les intérêts de la France par rapport à ceux de l'Italie, décrivant la naissance du groupe comme une "fusion présumée" qui "dissimulait en réalité une prise de contrôle française". Pour rappel, le gouvernement français détient 6 % de Stellantis.

Jeudi dernier, le PDG de Stellantis, Carlos Tavares, a réaffirmé un engagement convenu avec Rome pour augmenter la production de voitures du constructeur en Italie à un million d'unités d'ici la fin de la décennie, contre environ 750 000 l'année dernière.

Ses propos ont semblé apaiser les craintes concernant d'éventuelles fermetures d'usines en Italie, en particulier le complexe de Mirafiori à Turin et le site de Pomigliano, près de Naples.

 

Sources : Stellantis, Reuters

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

« Le gouvernement italien n'a pas l'intention d'acheter une participation dans Stellantis mais cela pourrait être envisagé si le constructeur automobile en faisait la demande », a déclaré vendredi le ministre italien de l'Industrie, Adolfo Urso.
Jeudi dernier, le PDG de Stellantis, Carlos Tavares, a réaffirmé un engagement convenu avec Rome pour augmenter la production de voitures du constructeur en Italie à un million d'unités d'ici la fin de la décennie, contre environ 750 000 l'année dernière.

Ses propos ont semblé apaiser les craintes concernant d'éventuelles fermetures d'usines en Italie, en particulier le complexe de Mirafiori à Turin et le site de Pomigliano, près de Naples.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.