Chine : le ministre du Commerce en Europe pour discuter subventions VE
par Elisabeth Studer

Chine : le ministre du Commerce en Europe pour discuter subventions VE

Le ministre chinois du Commerce se rendra en Europe en avril prochain en vue de discuter de l'enquête de la Commission européenne sur des soupçons d’octroi illégal par Pékin de subventions au secteur industriel chinois dédié aux VE. Des informations communiquées à Reuters par quatre personnes proches du dossier.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Le ministre chinois du Commerce en France en avril

Selon une source du gouvernement français et deux autres personnes ayant connaissance du déplacement, Wang Wentao va ainsi se rendre en France pour traiter de ce sujet.

La Commission européenne a lancé une enquête pour déterminer s'il convient d'imposer des tarifs sur les exportations afin de protéger les constructeurs automobiles européens. L’enquête devrait être conclue d'ici novembre, bien que l'exécutif de l'UE puisse préalablement imposer des droits provisoires. Sans surprise, Paris a soutenu l’enquête anti-subventions de la Commission européenne. La domination de la Chine sur le marché de l'UE inquiète fortement les entreprises européennes.

En décembre dernier, la France a également introduit des subventions à la consommation pour les véhicules électriques fabriqués en Europe. Selon la Commission, la part de marché des véhicules électriques (VE) vendus en Europe par la Chine pourrait atteindre 15 % en 2025, sur la base des réductions de prix opérées par rapport aux tarifs des voitures électriques fabriquées en Europe.

BYD, Geely et SAIC au cœur du dossier

En début d’année, les enquêteurs de la Commission européenne ont inspecté les constructeurs automobiles chinois dans le cadre de leurs enquêtes. Ces inspections visaient le leader du marché BYD, Geely et SAIC.

Wang se rendra en France à partir du 7 avril et sera accompagné lors du voyage par des représentants de BYD, SAIC et Geely.

La Chine qualifie l’enquête de l’UE de protectionniste

La Chine a contesté l'affirmation selon laquelle son industrie des VE a prospéré grâce aux subventions et a qualifié l'enquête de l'UE de "protectionniste".

Les analystes affirment que des facteurs tels que la domination de la Chine dans la chaîne d'approvisionnement des batteries, l'innovation et la concurrence féroce sur un marché domestique bondé ont également contribué à la réduction des prix.

Rencontre Macron / Xi Jinping en mai prochain

Ces informations voient le jour alors que le président chinois Xi Jinping et son homologue français Emmanuel Macron doivent se rencontrer à Paris en mai prochain. Il s'agit du premier voyage de M. Xi en Europe depuis cinq ans, alors que les tensions entre l'UE et la Chine se multiplient.

En guise de réponse, la Chine a lancé en janvier dernier une enquête antidumping sur le Cognac, une mesure visant la France. Laquelle représente 99,8% de l'ensemble des exportations de brandy de l'Union européenne selon les données des douanes chinoises.

"Il y aura un message ferme sur le commerce", a d’ores et déjà déclaré à Reuters une source diplomatique française. "Nous ne saurons pas vraiment de quoi sera fait l'avenir après les élections américaines de novembre et nous devons donc avancer sur les sujets prioritaires » a-t-elle ajouté.

Sources : Reuters, Zone Bourse

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Le ministre chinois du Commerce se rendra en Europe en avril prochain en vue de discuter de l'enquête de la Commission européenne sur des soupçons d’octroi illégal par Pékin de subventions au secteur industriel chinois dédié aux VE. Des informations communiquées à Reuters par quatre personnes proches du dossier.
La Commission européenne a lancé une enquête pour déterminer s'il convient d'imposer des tarifs sur les exportations afin de protéger les constructeurs automobiles européens. L’enquête devrait être conclue d'ici novembre, bien que l'exécutif de l'UE puisse préalablement imposer des droits provisoires.
Sans surprise, Paris a soutenu l’enquête anti-subventions de la Commission européenne. La domination de la Chine sur le marché de l'UE inquiète fortement les entreprises européennes.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.