par Nicolas Anderbegani

Bilan 2021 : Europe

En Europe, les ventes de voitures ont connu un nouveau creux l'année dernière, le secteur automobile ayant été entravé par la pandémie de Covid et surtout par une pénurie de puces informatiques qui a fortement handicapé l'industrie et le marché en fin d'année, même si certains constructeurs s’en sont mieux sortis.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

L'Europe a mal à ses semi-conducteurs

Les immatriculations de voitures particulières neuves dans l'UE ont baissé de 2,4% en 2021, pour atteindre 9,7 millions de véhicules, la pire performance depuis le début des statistiques en 1990, selon les données de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). En ajoutant les données des pays hors UE, la baisse n’est que de 1,5 % mais représente tout de même 200.000 véhicules vendus en moins.

Cela fait suite à la chute historique de près de 24 % subie en 2020 en raison des restrictions liées à la pandémie, et a ramené les nouvelles immatriculations de voitures dans l'UE à 3,3 millions de moins que les ventes d'avant la crise de 2019.

Le manque de semi-conducteurs, les puces informatiques utilisées dans une multitude de systèmes automobiles dans les véhicules traditionnels et électriques, était la principale raison qui freinait l'industrie. "Cette chute a été le résultat de la pénurie de semi-conducteurs qui a eu un impact négatif sur la production automobile tout au long de l'année, mais surtout au cours du second semestre 2021", a déclaré l'ACEA. Les constructeurs automobiles ont d'abord minimisé l'impact de la pénurie de puces, mais cela les a finalement conduits à ralentir la production et même à inactivité des usines.

Les ventes de voitures dans l'UE ont fortement rebondi au deuxième trimestre, mais pendant la majeure partie du second semestre, elles ont baissé d'environ 20 %.Les perspectives à court terme pour l'approvisionnement ne sont pas bonnes."Le début d'année 2022 sera encore difficile en termes d'approvisionnement en puces", a déclaré à l'AFP Alexandre Marian du cabinet de conseil AlixPartners."La situation devrait s'améliorer au milieu de l'année, mais cela ne signifie pas que d'autres problèmes ne surgiront pas, concernant les matières premières, les chaînes d'approvisionnement et les pénuries de main-d'œuvre", a-t-il déclaré.

La pénurie de puces est une conséquence de la pandémie, car les fabricants ont été perturbés par des blocages et des employés malades, ainsi que par des problèmes de chaîne d'approvisionnement et une demande mondiale accrue d'électronique.La pandémie a également fait grimper les prix de nombreuses matières premières et provoqué des pénuries de main-d'œuvre dans certaines régions.

L'Allemagne cale

Si les marchés en France, en Italie et en Espagne ont enregistré des gains modestes, une baisse de 10,1 % en Allemagne a fait baisser le chiffre global de l'UE. L'Allemagne est de loin le plus grand marché automobile d'Europe, représentant un quart des ventes totales à plus de 2,6 millions l'an dernier.

Si la pénurie de semi-conducteurs a été le principal facteur qui a freiné un rebond, l'UE a également sous-performé par rapport aux autres grands marchés où la reprise après la pandémie a été plus forte.Le marché automobile chinois a augmenté de 4,4 % et le marché américain de 3,7 %.

La baisse des ventes européennes pourrait également refléter "la forte augmentation du prix moyen des voitures ainsi qu'une attitude d'expectative des consommateurs vis-à-vis des véhicules électriques qui les pousse à différer leurs achats et à conserver plus longtemps leur véhicule actuel", selon les analystes de Inovev, une société d'analyse de données automobiles.

Renault et Ford piquent du nez

Les trois principaux constructeurs automobiles européens ont tous enregistré une baisse de leurs ventes dans le bloc.

Volkswagen a réussi à conserver la première place, mais une baisse de 4,8 % des ventes à 1,4 million de véhicules a fait chuter sa part de marché à 25,1 %.

Stellantis, qui est née de la fusion du groupe italien Fiat et du français Peugeot-Citroën, a subi une baisse plus faible de 2,1% à 2,1 millions d'unités, poussant sa part de marché à 21,9%.

Le groupe Renault a souffert et subi une baisse de 10%, les ventes de sa marque éponyme chutant de 16%, tandis que les ventes de sa marque Dacia à bas prix et des marques sportives Alpine ont augmenté. Le groupe automobile français a vu sa part de marché se réduire à 10,6 %. Néanmoins, la stratégie a changé par rapport au "volume à tout prix" de l'ère Goshn, le losange privilégiant désormais le mix prix. Le prix de vente moyen a augmenté grâce notamment à l'offre E-Tech.

L'Allemand BMW a réussi une augmentation de 1,5% des immatriculations, mais Daimler, propriétaire des marques Mercedes et Smart, a subi une baisse de 12,4%.

Le groupe coréen Hyundai, qui comprend à la fois les marques Hyundai et Kia, a consolidé sa position de quatrième constructeur automobile dans l'UE avec un gain de 18,4% à plus de 828 000 véhicules. C’est est le grand gagnant de l'année : après avoir constitué un stock de semi-conducteurs au début de la pandémie, le groupe coréen est le seul à avoir véritablement réussi à ignorer la crise des micropuces. Sa part de marché est passée à 8,5 %. Il dépasse BMW Group (+1,3%) également en positif. Le groupe Toyota (+9,6%) signe une solide progression pour se hisser à la 6e place devant Daimler (-11%) tandis que Ford Motor (-19,2%) est le plus durement touché dans le Top 10.

Les données, qui sont fournies par les membres de l'ACEA, n'incluent pas les ventes du constructeur américain de véhicules électriques Tesla. Les données de l'ACEA n'incluaient pas non plus de ventilation par véhicules à essence, diesel et électriques, qui sont fournies dans un rapport trimestriel distinct. La ventilation des différentes motorisations n'est pas encore disponible.

Top 10 modèles Europe : cocorico !

Du côté des modèles, les chiffres définitifs ne sont pas encore arrêtés. Paradoxalement, malgré ses ventes en baisse, Renault réalise un joli coup puisque la Clio semble avoir détrôné sa majesté la Golf d'une courte tête. Belle percée de la Yaris, qui gagne 12 places dans le classement et frôle désormais les 200.000 ventes.

Source : ACEA

1. Renault Clio (246712)

2. VW Golf (245747)

3.VW Polo (223847)

4.Dacia Sandero (209748)

5.VW Tiguan (207520)

6.Peugeot 2008(203863)

7.Toyota Yaris (199263)

8.Opel Corsa (198938)

9.VW T-Roc (194870)

10. Toyota Corolla (193056)

Bilan par groupe

20212020% 21/20PDM 2021PDM 2020
Volkswagen Group29441173056143-3.725,00%25,56%
Volkswagen12741371358059-6.210,82%11,36%
Audi597428600529-0.55,07%5,02%
Skoda589170644174-8.55,00%5,39%
Seat2400155374797+6.83,40%3,13%
Porsche7784473529+5.90,66%0,61%
Others53835055+6.50,05%0,04%
STELLANTIS23789792417982-1.620,20%20,22%
Peugeot724383741500-2.36,15%6,20%
Opel/Vauxhall486503485808+0.14,13%4,06%
Fiat475502491110-3.24,04%4,11%
Citroen445650448572-0.73,78%3,75%
Jeep128968123903+4.11,10%1,04%
Lancia/Chrysler4372543067+1.50,37%0,36%
DS4270843027-0.70,36%0,36%
Alfa Romeo2632236443-27.80,22%0,30%
Others52184552+14.60,04%0,04%
Renault Group10935391227924-10.99,29%10,27%
Renault678736819067-17.15,76%6,85%
Dacia410788405484+1.33,49%3,39%
Alpine24381328+83.60,02%0,01%
Lada15772045-22.90,01%0,02%
Hyundai Group1018563841033+21.18,65%7,03%
Hyundai515886424318+21.64,38%3,55%
Kia502677416715+20.64,27%3,48%
BMW Group858762847763+1.37,29%7,09%
BMW682895674898+1.25,80%5,64%
Mini175867172865+1.71,49%1,45%
Toyota Group760178693508+9.66,46%5,80%
Toyota712574646497+10.26,05%5,41%
Lexus4760447011+1.30,40%0,39%
Daimler678574762320-11.05,76%6,37%
Mercedes642948735185-12.55,46%6,15%
Smart3562627135+31.30,30%0,23%
Ford523970648530-19.24,45%5,42%
Volvo289301286265+1.12,46%2,39%
Nissan249232290520-14.22,12%2,43%
Mazda155434149419+4.01,32%1,25%
Jaguar Land Rover Group149784159423-6.01,27%1,33%
Land Rover111745112776-0.90,95%0,94%
Jaguar3803946647-18.50,32%0,39%
Mitsubishi73370103411-29.10,62%0,86%
Honda6834680656-15.30,58%0,67%
EU + EFTA + UK1177488511958116-1.5

Classement Top 30 Marques

Marque20212020% 21/20
1Volkswagen1,274,1371,358,059-6.2
2Peugeot724,383741500-2.3
3Toyota712,574646,497+10.2
4BMW682,895674,898+1.2
5Renault678,736819,067-17.1
6Mercedes642,948735,185-12.5
7Audi597,428600,529-0.5
8Skoda589170644,174-8.5
9Ford523970648,53-19.2
10Hyundai515,886424,318+21.6
11Kia502,677416,715+20.6
12Opel/Vauxhall486,503485,808+0.1
13Fiat475,502491110-3.2
14Citroen445650448,572-0.7
15Dacia410,788405,484+1.3
16Seat400,155374,797+6.8
17Volvo289,301286,265+1.1
18Nissan249,232290,52-14.2
19Mini175,867172,865+1.7
20Mazda155,434149,419+4.0
21Jeep128,968123,903+4.1
22Land Rover111,745112,776-0.9
23Porsche77,84473,529+5.9
24Mitsubishi73370103,411-29.1
25Honda68,34680,656-15.3
26Lexus47,60447,011+1.3
27Lancia/Chrysler43,72543,067+1.5
28DS42,70843,027-0.7
29Jaguar38,03946,647-18.5
30Smart35,62627,135+31.3

Pour résumer

En Europe, les ventes de voitures ont connu un nouveau creux l'année dernière, le secteur automobile ayant été entravé par la pandémie de Covid et surtout par une pénurie de puces informatiques qui a fortement handicapé l'industrie et le marché en fin d'année, même si certains constructeurs s’en sont mieux sortis.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.