par Elisabeth Studer

Allemagne : baisse des prix à la pompe grâce à la baisse des taxes

Les automobilistes allemands ont pu se réjouir mercredi d’une baisse des prix à la pompe, cette dernière résultant d’une « ristourne fiscale » décidée par le gouvernement d’outre Rhin en vue de tenter de faire face à l’inflation. La méthode ? une baisse des taxes au niveau minimum autorisé par l'UE.
Parallèlement, un abonnement mensuel à neuf euros permet désormais de se déplacer en transports publics à travers l’Allemagne.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Baisse d’environ 30 centimes pour l’essence, 14 centimes pour le diesel

Il s’agit de deux mesures phares du gouvernement d'Olaf Scholz, l’objectif étant d’alléger la facture des ménages. Rentrées en vigueur mercredi, leur durée sera de trois mois. Grâce à une baisse des taxes au minimum autorisé par l'UE, le prix de l'essence doit diminuer d'environ 30 centimes par litre, celui du diesel de 14 centimes.

L’effet de la mesure se fait sentir rapidement

Dès les premières heures de son entrée en vigueur, l'effet de la mesure était sensible, à la plus grande joie, voire même surprise des automobilistes.

L'agence de presse allemande DPA a utilisé les chiffres de l'ADAC (Club Automobile allemand)  pour évaluer rapidement les prix dans environ 400 stations-service à Munich, Berlin et Hambourg entre 6 heures et 7 heures du matin.

Résultat : la baisse de la taxe sur l'énergie en vigueur depuis minuit a entraîné une baisse significative du prix des carburants dans de nombreuses stations-service. Un litre de Super E10 coûterait moins de 1,90 euro dans environ 350 des stations-service examinées mercredi. Durant la même période mardi, il n'y avait qu'une seule station-service dans la zone étudiée qui proposait de l'E10 à moins de 2 euros. A cette époque, le prix se situait entre 2,10 et 2,30 euros.

Pas de contrôle de la répercussion de la baisse

Reste que certains redoutent que les groupes énergétiques s'enrichissent grâce à l'allègement fiscal. L'autorité allemande de la concurrence a annoncé qu'elle vérifierait que la baisse était répercutée, mais ne peut contraindre les entreprises à adapter leurs prix en conséquence.

9 euros par mois pour les transports en communs

Un ticket à neuf euros par mois permet parallèlement depuis mercredi d'emprunter les transports en commun locaux et régionaux dans toute l'Allemagne jusque fin août. Sept millions d'abonnements ont déjà été vendus. Au point que certains craignent une saturation des trains, notamment le week-end et durant les vacances.

Le problème de l’inflation non résolu pas ces mesures concède Olaf Scholz

Le chancelier allemand Olaf Scholz a reconnu mercredi devant le Bundestag que le problème de l'inflation, qui a atteint en mai un nouveau record à 7,9% en valeur glissante annuelle, n'était "pas résolu" par ses mesures.

L'Allemagne a déjà débloqué quelque 30 milliards d'euros pour soulager les ménages face aux hausses de prix que la guerre en Ukraine amplifie.

Notre avis, par leblogauto.com

Il s'agit d'un test de terrain majeur, peut-être le plus important de l'histoire du pays en matière de politique des transports : compte tenu des prix élevés du carburant dans les stations-service, peut-on inciter les Allemands à passer au train ? Le gouvernement fédéral a payé 2,5 milliards d'euros pour le billet mensuel à 9 euros, valable dans toutes les associations de transport et dans les services ferroviaires régionaux en juin, juillet et août. En d'autres termes, les gens peuvent voyager à travers le pays pendant trois mois pour 27 euros. A condition d’être doté de temps et de patience … Parce que le billet n'est pas valable pour les trains rapides longue distance. Mais théoriquement, les clients du rail peuvent parcourir tout le pays avec des trains régionaux à un prix avantageux.

Cette action fait partie du programme de secours du gouvernement pour les citoyens allemands, qui ressentent de plus en plus les conséquences de l’offensive russe contre l'Ukraine dans leur portefeuille, en particulier dans les stations-service Reste que de nombreux usagers du rail se plaignent déjà des trains bondés et des retards constatés, notamment dans le transport régional.

Certains redoutent que le billet à des prix dérisoires ne soit utilisé principalement par les personnes que les politiciens ne voulaient vraiment pas atteindre au départ : si tout comme la remise sur le carburant pour les automobilistes , la mesure était destinée à accorder une remise aux navetteurs qui voyagent en train tous les jours, elle pourrait profiter à ceux adeptes du tourisme. A terme, la campagne pourrait avoir un aspect négatif, en particulier pour les navetteurs, contraints de voyager serrés comme dans une boîte de sardines. De là, à ce qu’ils reprennent leur voiture, à la fin de la campagne, en septembre, malgré les prix élevés de l'essence, il n’y a qu’un pas…

Sources : AFP , DPA, ADAC

 

Pour résumer

Les automobilistes allemands ont pu se réjouir mercredi d’une baisse des prix à la pompe, cette dernière résultant d’une « ristourne fiscale » décidée par le gouvernement d’outre Rhin en vue de tenter de faire face à l’inflation.
Parallèlement, un abonnement mensuel à neuf euros permet désormais de se déplacer en transports publics à travers l’Allemagne.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.