Villa d'Este : la Maserati Birdcage revisitée par Ken OkuyamaLancer le diaporama
Kode61 Birdcage
+5
LANCER LE DIAPORAMA
par Nicolas Anderbegani

Villa d'Este : la Maserati Birdcage revisitée par Ken Okuyama

La voiture de sport légendaire du Trident du début des années 60 a été revisitée par un célèbre designer et présentée au concours d'élégance de la Villa d'Este.

Zapping Le Blogauto Essai Opel Grandland GSE

Une cage à oiseaux très rapide

Ken Okuyama : un nom évidemment bien connu des amateurs, le designer qui s’est rendu célèbre pour la Ferrari Enzo, devenue une voiture mythique du cheval cabré mais qui, en son temps, avait créé des remous tant le style était en rupture avec les supercars précédentes (surtout la F50 !).

Le designer japonais  a présenté au prestigieux Concorso d'Eleganza Villa d'Este la Kode61 Birdcage, supercar sans toit inspirée de la Maserati Birdcage classique du même nom, et qui sera produite en nombre limité. La Kode61 Birdcage (Kode pour Ken Okuyama Design, NDLR) s'inspire de nombreux éléments de conception de la Maserati Tipo 61, qui a été produite de 1959 à 1961 mais aussi du concept 2005 Maserati Birdcage 75th Anniversary. Elle n’a ni toit ni pare-brise, remplacé par deux bulles type cockpit pour le conducteur et son passager.

La Birdcage classique fut nommée ainsi à cause de son châssis multitubulaire très léger, réalisé en petits tubes d'aluminium soudés (plus de 200 tubes). Le poids de celui-ci était de l'ordre de 30 kg. En fait, son concepteur l'ingénieur Giulio Alfieri étudia plusieurs modèles, tous étaient équipés d'un même type de châssis. La Tipo 60 de départ, lancée en 1959, disposait d’un 4 cylindres 2.0 litres de 200CV, rapidement remplacé sur la Tipo 61 par un 2.9 litres de 250 CV qui permzttait à la voiture de sport de flirter avec les 285 Km/h. Maserati ira jusqu’à la Tipo 65 de 1963, un modèle unique qui était équipé d’un V8 5 litres de 430 chevaux et pouvait atteindre les 350 Km/H !

Des clins d'oeil, mais un style futuriste

La supercar japonaise reprend les ailes bombées et des demi-portes s'ouvrant vers le haut, ainsi que la livrée blanche avec son liseré bleu, mais l’ensemble s’inscrit dans les tendances designs actuels et affiche aussi la patte tendue du design Okuyama : tout est plus anguleux et acéré que le concept de 2005 et bien sûr bien plus que celle des années 60 qui avait les rondeurs caractéristiques de l’époque. La face avant fait penser à un requin, avec ses optiques effilés tandis que les prises d'air avant et le diffuseur sont en saillie, telle la proue d’un navire, alors  que les jantes en alliage à trois branches rappellent la supercar Maserati MC20 . L’arrière est tout aussi en pointe, avec des feux horizontaux très minces et une double sortie d’échappement centrale surélevée

À l'intérieur, le tableau de bord dans un style rétro est particulièrement réussi, avec un levier de vitesses manuel chromé à grille, un tableau de bord analogique doté de grands cadrans circulaires et un écran orienté vers le passager. L’habillage est fait d’un capitonnage bleu cuir.

Bien que les détails techniques spécifiques soient limités, la présence d'échappements doubles surélevés à l'arrière et de grandes prises d'air à l'avant suggèrent que le Kode61 Birdcage est propulsé par un moteur à combustion interne. Est-ce qu'un V6 Nettuno se cache sous cette robe ? La Kode61 Birdcage n'est pas seulement d'une étude de conception, car Ken Okuyama a confirmé que la supercar sera produite en quantités limitées, fabriquée à la main dans l'usine de Yamagata au Japon.

Notre avis

La Maserati Birdcage est une voiture mythique, qui proposait un rapport poids/puissance incroyable. La réinterprétation d’Okyuama a du caractère, mais le design anguleux et futuriste commence à lasser déjà. On aurait aimé des clins d’oeil plus appuyés aux galbes des sixties. La face avant est trop torturée à notre goût, mais l'arrière fuselé et le travail autour des roues est intéressant.

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

La Maserati Birdcage de 1961, déjà revisitée par le Trident avec un concept en 2005, est cette fois-ci réinterprétée par Ken Okuyama, qui avait dessiné la fameuse Ferrari Enzo. Si l'intérieur est très rétro, l'extérieur adopte un look acéré plus futuriste.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos