par Elisabeth Studer

Vers un embargo sur le pétrole russe ? le cours s’affole

Le New York Times a laissé entendre jeudi que l'Union européenne préparerait un embargo sur les exportations russes de brut. De quoi faire repartir à la hausse les cours du pétrole. Le baril de Brent repassant ainsi au-dessus de la barre des 110 dollars.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Les cours du pétrole progressent de plus de 2,5 %

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a ainsi progressé de 2,68%, s’échangeant à 111,70 dollars.

Parallèlement, le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en mai affichait une hausse de 2,58% à 106,95 dollars.

Vers un embargo de l’UE sur le pétrole russe ?

Sans fournir de plus amples détails, le New York Times a indiqué jeudi que l'UE était en train de mettre au point un plan d'embargo sur le pétrole russe. De quoi faire bouger les marchés.

Le media américain précise toutefois que la mesure ne serait négociée au plus tôt qu'après le second tour des élections françaises, le 24 avril prochain. Objectif : s'assurer que l'impact sur les prix à la pompe ne bénéficie pas à Marine Le Pen et ne diminue les chances de réélection d'Emmanuel Macron.

Jusqu’à présent, une telle stratégie faisait débat au sein de l’UE en raison de ses coûts élevés pour l'Allemagne et de son potentiel « perturbateur » de la politique européenne et la hausse des prix de l'énergie qu’elle devrait engendrer.

Après avoir interdit le charbon russe pour la première fois plus tôt ce mois-ci – avec une période de transition de quatre mois pour mettre fin aux commandes en cours – l'Union européenne est maintenant susceptible d'adopter une interdiction similaire du pétrole russe, ont déclaré des responsables et des diplomates de l'UE. L'approche est conçue pour donner à l'Allemagne, en particulier, le temps de trouver des fournisseurs alternatifs.

Les différentes sources ont ajouté qu'il y avait un sentiment croissant que la mesure serait prise même en l'absence d'un fait déclencheur - un événement majeur tel que les atrocités commises Bucha - mais qu’un événement de ce type pourrait faire avancer la décision.

Vers une mise en débat au mois de mai ?

Mais outre l'élection française, le calendrier est également ralenti par la Pâque catholique du 16 avril et la Pâque orthodoxe du 24 avril, observée comme un jour férié en Europe, ce qui signifie que les mesures seraient mises en débat fin avril ou début mai au plus tôt.

Un sommet des dirigeants de l'Union européenne sur l'Ukraine est déjà prévu pour la fin du mois de mai, mais des responsables ont déclaré qu'il était possible que des événements sur le terrain en Ukraine, en particulier après le lancement de l'offensive russe dans l'est, provoquent un avancement de la réunion.

L'approche la plus probable est un calendrier qui différencie les types de produits pétroliers et les méthodes de livraison, avec un consensus autour de la faisabilité d'un embargo plus rapide sur le pétrole transporté par pétroliers, par opposition au pétrole arrivant en Europe par pipelines. Cette concession est destinée à embarquer l'Allemagne.

Une période de transition minimale d'un mois fera partie de l'interdiction pétrolière actuellement en discussion, ont par ailleurs déclaré des diplomates et des responsables.

Inversion de tendance

Certains analystes parlent d’une inversion de tendance à la suite de la publication des informations du New York Times mentionnant que l'Union européenne étudiait l’adoption d’une interdiction progressive d'achats de pétrole russe.

Car une telle stratégie implique pour les pays de l’UE la nécessité de trouver une offre alternative. Une tâche d’autant plus difficile que l'Opep+ a refusé d'utiliser ses capacités de production supplémentaires pour suppléer au pétrole russe.

Les experts s’attendent à ce que la majorité des pays de l'UE puisse suivre cet embargo, même si, pour certains membres de l'Union, il est difficile à ce stade de se passer des hydrocarbures russes. La preuve en est : la Russie a exporté davantage de pétrole brut que le mois dernier. Certains pays ont cessé d'en importer mais d'autres en ont acheté davantage, tels que l'Espagne et la Turquie (hors UE).

Les cours en léger recul en début de matinée

En début de matinée, les cours étaient en léger recul après la publication des stocks américains la veille, leur niveau s’avérant supérieur aux attentes.

Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont bondi de 9,4 millions de barils durant la semaine achevée le 8 avril, selon les chiffres publiés par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) mercredi. Les stocks de brut restent toutefois inférieurs de 13% à la moyenne observée sur cinq ans.

A noter également : l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a revu en légère baisse mercredi la demande mondiale de pétrole en raison des mesures de confinements décidés par la Chine pour tenter d’enrayer un Covid galopant.

Désormais, l'AIE ne voit plus le marché pétrolier comme "sous-approvisionné", la baisse de la production de pétrole en Russie ne devrait être que de moitié inférieure à ce que l'AIE envisageait jusqu'à présent, si l’on en croit les analystes.

Sources : AFP, New York Times

Pour résumer

Le New York Times a laissé entendre jeudi que l'Union européenne préparerait un embargo sur les exportations russes de brut. De quoi faire repartir à la hausse les cours du pétrole. Le baril de Brent repassant ainsi au-dessus de la barre des 110 dollars.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.