par Pierre-Laurent Ribault

Un moteur inhabituel pour la Mazda 2

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Mazda, qui vient de fter les quarante ans de son moteur rotatif, continue de chercher des solutions originales pour propulser ses voitures. Le constructeur d'Hiroshima vient d'annoncer qu'un nouveau moteur essence de 1,3l cycle Miller atmosphrique accoupl une transmission CVT quipera la Mazda Demio, alias Mazda 2, avec pour rsultat une consommation 20% infrieure au modle actuel: 4,3 l/100 km selon le cycle standard japonais. Qu'est-ce qu'un cycle Miller, me direz-vous ? Arm de mon moteur de recherche favori, j'ai creus la question.

Motoristes et experts, n'hsitez pas m'interrompre si j'cris une btise. Le cycle Miller, du nom de son inventeur l'amricain Ralph Miller dans les annes quarante, est bas sur le cycle quatre temps utilis par les moteurs qui propulsent nos autos (dit cycle Otto, si si), avec une subtilit : la phase de compression, lorsque le piston remonte dans le cylindre, est divise en deux; pendant une partie de la phase, la soupape d'admission reste ouverte, limitant l'nergie ncessaire la compression. Pour compenser, le systme imagin par Miller utilise un compresseur pour injecter de l'air et relever le taux de compression, avec plusieurs avantages : la course de dtente est plus importante que la course de compression, augmentant le rendement du moteur, l'utilisation du compresseur est plus efficace que le piston grce la rduction des frictions, et la temprature de l'air inject est plus faible, ce qui permet d'amliorer l'efficacit de la combustion. Une partie de l'nergie est toutefois rabsorbe par l'entranement du compresseur. Rsultat net : une consommation de 10 15 % plus faible. Splendide !

Alors pourquoi ce principe n'est-il pas sous tous les capots ? On trouve en fait des moteurs cycle Miller dans des gnrateurs ou des bateaux, mais le cot gnr par le systme complexe (compresseur, changeurs) en regard des avantages n'a pas jusqu' prsent convaincu les constructeurs automobiles, hormis Mazda, justement, qui a tent un V6 2,3l cycle Miller sur sa berline haut de gamme Xedos 9/Millenia dans les annes quatre-vingt dix.

Comment fait alors Mazda pour s'y retrouver avec ce nouveau petit moteur ? C'est l que les choses deviennent floues: si vous vous souvenez de la phrase d'introduction de cette note, Mazda a annonc un moteur cycle Miller atmosphrique. C'est--dire sans dispositif pour compenser la perte de compression. C'est ce qu'utilise Toyota pour la Prius, dcrivant le principe sous le nom de cycle Atkinson. Le moteur lectrique de cette dernire sert compenser la perte de puissance lie l'absence de compresseur. Point de tel dispositif dans la Mazda 2, dont Mazda se garde bien d'indiquer la puissance, voquant le pouvoir magique de la CVT super intelligente et du systme de soupapes calage variable pour l'agrment de conduite, et accessoirement 100 kg gagns sur la gnration prcdente de la Mazda 2. C'est un peu noyer le poisson.

Alors, consommation tip top mais puissance en baisse ? Ce n'est pas un problme en soi, mais le message de Mazda n'est pas des plus clairs... Il faudra attendre d'avoir plus d'informations pour mieux comprendre l'ide derrire ce nouveau moteur. Mais on peut saluer l'initiative du constructeur qui continue d'explorer des voies diffrentes.

Pour ceux qui voudraient approfondir:

L'article de Wikipedia (en anglais)

Un site franais (celui de Monsieur Philippe Boursin) qui dcrit en dtail le cycle Miller vu par Mazda

Source: Mazda

Lire galement:

Mazda: 40 ans de rotatif

Mazda 2 : les lois de lvolution

Pour résumer

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.