par La rédaction

Tesla: une concurrente de la Série 5 en gestation

Le roadster Tesla n'était qu'un ballon d'essai, juste de quoi se faire les dents pour les ingénieurs du jeune constructeur américain car le véritable projet de Tesla, celui qui permettra une production en milliers d'unités, n'est autre que la commercialisation d'une concurrente de la BMW Série 5, la référence de son segment. En effet les ingénieurs de San Carlos ont déjà commencé son développement et certains choix techniques ont d'ores et déjà été décidé. Ainsi les moteurs et les batteries seront réparties sur les trains avant et arrière. Alors que le roadster sera uniquement vendu aux Etats Unis, cette future berline sera commercialisé outre les Etats Unis en Europe et en Asie. Une vraie voiture globale d'autant plus qu'elle sera produite dans plusieurs usines dans le monde à un rythme compris entre 10 000 et 20 000 unités par an. Pas de quoi inquiéter les géants allemands, mais ce serait bien la première fois qu'un jeune constructeur aussi innovant produit autant de voiture sans l'aide d'un grand.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Quelle est donc le but de Tesla? Des investisseurs prestigieux comme les fondateurs de Google et de Paypal font sa légende. C'est d'ailleurs le fondateur de Paypal qui a un profil des plus intéressants. Il a en effet signé le plus gros chèque parmi les investisseurs, trente millions de dollars (23 millions d'Euro). Adepte du terraforming, il est un visionnaire pour certains, un doux rêveur pour d'autres. Néanmoins, il a un tableau de chasse de ventes de société qui laisse rêveur. Quel est donc son intérêt dans Tesla? Une nouvelle culbute?

Si le projet de la futur berline est sympathique sur les planches à dessin, réussir son industrialisation est un tout autre challenge surtout quand on sait que la "Série 5 électrique" sera commercialisée en 2009. L'équipe d'ingénieurs a beau comporté des anciens de Lotus, brillantissimes, la fiabilisation d'une voiture n'est pas une affaire à prendre par dessus la jambe surtout quand la voiture sera vendu environ 50 000 euros en entrée de gamme. La revente parait donc une stratégie plausible d'autant plus que Tesla aura acquis une riche expérience qui pourrait séduire dans un futur proche plusieurs constructeurs automobiles qui peinent à satisfaire les normes de pollution comme BMW, Audi et Mercedes-Benz.

Pour résumer

Le roadster Tesla n'était qu'un ballon d'essai, juste de quoi se faire les dents pour les ingénieurs du jeune constructeur américain car le véritable projet de Tesla, celui qui permettra une production en milliers d'unités, n'est autre que la commercialisation d'une concurrente de la BMW Série 5, la référence de son segment. En effet les ingénieurs de San Carlos ont déjà commencé son développement et certains choix techniques ont d'ores et déjà été décidé. Ainsi les moteurs et les batteries seront réparties sur les trains avant et arrière. Alors que le roadster sera uniquement vendu aux Etats Unis, cette future berline sera commercialisé outre les Etats Unis en Europe et en Asie. Une vraie voiture globale d'autant plus qu'elle sera produite dans plusieurs usines dans le monde à un rythme compris entre 10 000 et 20 000 unités par an. Pas de quoi inquiéter les géants allemands, mais ce serait bien la première fois qu'un jeune constructeur aussi innovant produit autant de voiture sans l'aide d'un grand.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.