par Elisabeth Studer

Stellantis : les indemnités de Tavares sévèrement critiquées

Alors que Carlos Tavares s’est vu attribuer une jolie coquette somme pour 2021 en guise de ses bons et loyaux services chez Stellantis, le gouvernement français voit rouge.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, a ainsi déclaré mercredi que la compensation financière versée au Directeur Général du groupe automobile né de la fusion entre PSA et FCA , n'était pas "normale". Sautant sur l’occasion pour demander à l’Union européenne de renforcer la réglementation à ce sujet.

Tavares : une « juteuse » rétribution

Il est vrai que la rétribution de Carlos Tavares pour 2021 peut créer débat …

Pour la seule année 2021, le dirigeant va ainsi toucher une rémunération d’environ 19 millions d'euros (avec ce montant là, on n’est pas au centime près). À côté d'un salaire fixe de 2 millions d'euros, la part variable constitue la majorité (89 %) de sa rémunération, avec 7,5 millions liés à sa performance en 2021, 2,4 millions pour sa retraite, 1,7 million lié à la réussite de la création de Stellantis.

Auquel s’ajoute l’attribution d’un paquet d'actions d'une valeur de quelque 32 millions d'euros supplémentaires et à une rémunération à long terme de quelque 25 millions d'euros, selon l'investisseur Phitrust.

Viennent ensuite des attributions d'actions gratuites fondées sur des objectifs à 2026, évaluées à 5,6 millions d'euros par Stellantis pour l'année 2021, mais la somme pourrait être beaucoup plus importante selon un actionnaire.

Une rétribution qui crée la controverse

Le montant de ces « indemnités » , a suscité une controverse en France avant l'assemblée annuelle des actionnaires du constructeur Peugeot.

"Il est évident que ce ne sont pas des chiffres normaux", a déclaré M. Attal lors d'une conférence de presse.

Les actionnaires votent contre la résolution sur les rémunérations

Les actionnaires ont quant à eux voté contre la résolution sur les rémunérations 2021 de Carlos Tavares à hauteur de 52,12%. Reste à savoir s'il faudra tenir compte du vote des actionnaires.

Comme l'a immédiatement fait remarquer le président du Conseil,  John Elkann, ce vote n'est que consultatif, Stellantis étant une société de droit néerlandais ...

Toutefois, dans un communiqué, le groupe automobile a indiqué que la direction prenait note de ce vote négatif, « et expliquera dans le Rapport sur la rémunération 2022 comment ce vote a été pris en compte. »  Affaire à suivre donc ... en 2023.

A l'issue de l'AG, Bpifrance, qui détient quelque 6 % du capital de Stellantis et un siège au conseil d'administration au nom de l'Etat français, a fait savoir pour sa part qu'elle n'avait pas approuvé la rémunération de Carlos Tavares lors de l'AG, ni pour 2021, ni pour 2022.

Notre avis, par leblogauto.com

Pour sa première année d'existence, le mastodonte Stellantis – qui réunit donc désormais PSA et FCA sous la houlette de Carlos Tavares - a dégagé un bénéfice net de 13,4 milliards d'euros, un chiffre presque multiplié par 3 par rapport à l’année 2020. Une performance notable alors que le contexte actuel du secteur automobile s’avère particulièrement tendu.

Mais de bons résultats obtenus notamment via une course à la rentabilité voire des « ajustements » en terme d’emplois et de capacités industrielles.

« Cette rémunération, qui est la plus élevée des grandes entreprises en France (et probablement des groupes cotés de l'Union européenne), est-elle justifiée pour une personne qui n'est pas le créateur de l'entreprise mais en est seulement son gérant ? » a lancé PhiTrust dans un communiqué. « Est-elle justifiée socialement alors que le groupe va devoir probablement faire face à des restructurations massives avec des suppressions d'emplois à la clé compte tenu de ses surcapacités de production ? » a-t-il ajouté.

Justifié … et politiquement correct … ? le débat ne fait que commencer … entre deux tours de l’élection présidentielle.

Si le porte-parole du gouvernement français s’est insurgé d’un tel montant, la candidate du RN à la présidentielle Marine Le Pen, a commenté l’information en indiquant : « c'est choquant, mais moins choquant que pour d'autres ».

Sources : Reuters, AFP, PhiTrus

Pour résumer

Alors que Carlos Tavares s’est vu attribuer une jolie coquette somme pour 2021 en guise de ses bons et loyaux services chez Stellantis, le gouvernement français voit rouge.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.