Accueil Stellantis Stellantis : Vélizy s’inquiète du regroupement des équipes

Stellantis : Vélizy s’inquiète du regroupement des équipes

0
13
PARTAGER

Mardi, des salariés du site de Vélizy-Villacoublay (Yvelines) du géant automobile Stellantis se sont mobilisés pour faire part de leurs préoccupations liées au projet de regroupement des équipes en Île-de-France. Ils redoutent notamment de devoir passer de nombreuses heures dans les transports pour aller travailler. Voire des pertes d’emplois …

Rassemblement de salariés sur le site PSA Vélizy

A l’appel d’une intersyndicale,  entre 1.300 et 1.500 salariés  se sont  assemblés sur les deux heures de la pause déjeuner devant la cafétéria du site et ont bloqué l’avenue principale du site, selon Hervé Hottois, élu CFDT du site PSA Vélizy.

La direction de Stellantis évoque, quant à elle, la mobilisation effective de 250 personnes, d’autres employés ayant fréquenté la cafétéria pour déjeuner.

2.500 personnes transférées d’ici à 2024 de Vélizy à un « green campus »

Le site de Vélizy, qui accueille actuellement plus de 4.000 employés du groupe, devrait voir plus de 2.500 personnes transférées d’ici à 2024 sur un « green campus » construit à Poissy, selon la direction.

Le site de Vélizy perdurera, mais sous la forme d’un « Creative Center », plus petit.

Ce projet de regroupement, nommé « ALTO » concerne les équipes de recherche, de développement, du tertiaire et des moyens d’essai.

Les syndicats redoutent des pertes d’emploi

Ces équipes seront déplacées à Poissy, ce qui inquiète les syndicats, qui craignent à terme des pertes d’emplois.

« Nos grosses craintes c’est que dans ce déménagement, tout le monde ne suive pas », explique Hervé Hottois. « Les heures de transport vont doubler voire tripler », prévient-il.

Et cela pourrait mener à une « externalisation dans les pays low cost », pointe-t-il, citant le centre « Morocco Technical Center » du groupe PSA au Maroc.

Pas de suppression de poste selon la direction

La direction réfute quant à elle envisager des mesures de telle sorte. Elle assure que le projet de regroupement « ne comporte pas de suppression de poste » et qui se dit à l’écoute des problématiques soulevées par le changement de site.

Bruno Bertin, directeur des ressources humaines pour Stellantis France était ainsi présent sur le site de Vélizy dans la journée pour « rassurer » les salariés.

Les syndicats attendent des garanties et les résultats d’une étude Secafi

Les syndicats attendent à présent des garanties de la direction ainsi que les résultats d’une étude commandée par l’intersyndicale au cabinet Secafi visant à évaluer les conséquences du déménagement et à lister des mesures d’accompagnement adéquates.

Notre avis, par leblogauto.com

Si les salariés redoutent que les transferts de personnel soient synonymes d’heures accrues passées dans les transports, les syndicats redoutent par-dessus tout des pertes d’emplois, voire des délocalisations.

Pour rappel, le groupe automobile Stellantis a confirmé le 8 octobre dernier une information du quotidien allemand Handelsblatt, selon laquelle le constructeur – réunissant désormais PSA et FCA – envisageait de séparer les sites de production de Rüsselsheim (Hesse) et d’Eisenach (Thuringe) de l’unité allemande de Opel Automobile afin de les transférer dans des entreprises indépendantes d’ici à la mi-2022.
Au final, les deux entités ne seraient plus liées juridiquement à Opel en Allemagne, mais directement à une unité de Stellantis, les Pays-Bas pouvant être une option possible.

De nouvelles indications d’une réorganisation imminente d’Opel ont été dévoilées mi-octobre. Des salariés du centre de développement de Rüsselsheim auraient été mis sous pression afin qu’ils cherchent un autre emploi. La presse allemande cite une note d’information destinée aux salariés. La direction aurait menacé de délocaliser les emplois au Maroc, où Stellantis dispose d’un centre d’ingénierie et de production à Kenitra.

Une option envisagée également pour des activités actuellement présentes sur le territoire français ? N’oublions pas que le projet de regroupement  « ALTO » concerne notamment les équipes de recherche, de développement et du tertiaire … le domaine de compétences du centre d’ingénierie de Kenitra.

Sources : AFP, Stellantis

Poster un Commentaire

13 Commentaires sur "Stellantis : Vélizy s’inquiète du regroupement des équipes"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
C Ghosn
Invité

Etonnant de ne pas aborder le sujet des ouvriers italiens venant en France dans les usine remplacer les intérimaires.

Cette optimisation de l’outil productif l0 o% on en a le plus besoin permetra sur le long terme d’avoir une flexibilité optimum pour répondre aux besoins d’un groupe.

Klogul
Invité

on voit juste que c est des elucubrations de pur financier qui pense comptable…

L industrie automobile francaise va vraiment mal

Elisabeth S
Invité

On recrute chez LBA ! 😉

Elisabeth S
Invité

Et permettra quoi aux salariés italiens ?

wizz
Membre

darkargos?

Klogul
Invité

Surtout ou est sgl 🤣

SGL
Invité

Je connais le meneur !
J’accuse @darkargos 😉

lym
Invité
Ça ne fera que 30 km de différence… probable que rares soient les employés de Vélizy à ne pas se taper au moins 20km de plus qu’actuellement! Certes, on clame que l’on ne veut virer personne… Mais le but de ce type d’affaire, c’est quand même de secouer le cocotier pour avoir de la perte. Avec cette distance en grande couronne parisienne, c’est même vraiment en espérant un maximum de perte! La suite? On se basera sur la perte de compétence et/ou de masse critique dans quelques équipes clef pour achever de dézinguer ceux qui auront suivi… et comme les… Lire la suite >>
wpDiscuz