Un Kangoo en train d'être assemblé à MaubeugeCredit Photo - Renault
par Thibaut Emme

Semi-conducteurs : Renault Maubeuge et Douai à l'arrêt

Les usines Renault du Nord (59) sont mises à l'arrêt et le seront de nouveau en octobre. C'est encore les difficultés d'approvisionnement en composants électroniques qui provoquent ces ruptures de production. Cette fois, ce sont les véhicules électriques qui sont touchés.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Lors d'un comité social et économique (CSE) extraordinaire, les salariés ont appris par la Direction des sites que les usines de Douai et Maubeuge seraient mis à l'arrêt ces jeudi, vendredi et lundi prochain. Lors de cette réunion de jeudi matin, il a aussi été annoncé que la semaine du 17 au 23 octobre 2022 verrait les trois sites de l'ElectriCity (Douai, Maubeuge et Ruitz(62)) être également arrêtés selon l'AFP de sources syndicales.

Selon le délégué FO pour les trois sites, Vincent Delobel, il y aurait aussi une possibilité de fermeture pour Douai la semaine du 8 octobre. Ce n'est pas faute de demande que les sites sont mis en pause. Bien au contraire, les demandes sur la Megane E-Tech Electric et le nouveau Kangoo boostent l'activité.

Une adaptation en quasi temps réel

Non, c'est évidemment encore une fois la crise des semi-conducteurs qui perturbe la chaîne d'approvisionnement. Faute de certaines puces, toit se met à l'arrêt. En vertu d'un accord, les salariés de Renault ne perdront pas de salaire pendant ces arrêts. Ce n'est pas le cas des intérimaires. Ces arrêts perturbent aussi fortement les sous-traitants qui doivent adapter le rythme de leurs productions et leurs livraisons en fonction des arrêts de lignes chez Renault. Une gestion compliquée pour tout le monde.

La situation sur le front des puces électroniques semblait s'améliorer. Selon des spécialistes, les hausses de production devaient permettre progressivement de revenir à une certaine normale. Il pourrait y avoir besoin d'encore plusieurs mois avant que ce soit effectif. Ces approvisionnements en puces dépendent aussi fortement de la situation épidémique en Chine. Adepte des confinements strictes, l'Empire du Milieu n'hésite pas à stopper certaines usines au besoin, et tant pis pour les clients finaux.

Notre avis, par leblogauto.com

Nos voitures modernes sont très gourmandes en puces électroniques. Même la plus basique des Dacia (pour rester dans le groupe Renault) en consomme beaucoup. Et comme il n'est pas question de produire une voiture terminée à 95% pour la reprendre plus tard, toute perturbation dans la chaîne d'approvisionnement d'une pièce peut entraîner l'arrêt des chaînes de montage.

Renault n'est évidemment pas le seul constructeur touché et sur les marchés on assiste à une véritable "guerre" commerciale pour arriver à sécuriser certains approvisionnements.

Pour résumer

Les pénuries de puces électroniques continuent de perturber les chaînes de montage des automobiles. Faute de certains composants, les usines de Douai, Maubeuge et Ruitz vont voir leur production mise à l'arrêt pour plusieurs jours en octobre et en cette fin septembre.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.