par Nicolas Anderbegani

Salon Ever Monaco 2021 : DS9 E-Tense

DS9 E-Tense, c'est LA nouvelle tentative française (bon, OK, elle est produite en Chine) sur le segment de la berline haut de gamme.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Une certaine idée de la France ?

Longue de 4,93 mètres pour 1,93 mètre de largeur et 1,46 mètre de hauteur, la DS 9 fait dans le statutaire et en impose, son marché cible étant en priorité la Chine, friande des berlines à rallonge. Sa ligne mélange un peu les genres, entre une face avant massive, qui lorgne sur Audi, mais sculptée par les gimmicks stylistiques caractéristiques un peu plus "baroques" de DS ("DS Wings" latéraux, design des optiques en écailles diamantées, calandre hexagonale, etc.) et un profil élancé, notamment au niveau de la poupe qui s'amincit, un peu à la façon des berlines Mercedes, avec des épaulements bien marqués.

On constate aussi ce goût pour les petites originalités, les "gourmandises" stylistiques à l'image des barrettes chromées qui soulignent les optiques arrière en débordant largement sur le pare-choc, ou encore le placement des feux de position en hauteur, formant une sorte d'enchoche sur les bordures de la lunette arrière (un petit clin d'oeil à la DS). On note aussi comme détail intéressant les poignées de porte amovibles qui s'intègrent dans la carrosserie.

Au final, c'est élégant, avec quelques petites touches fantaisistes, une recherche parfois un peu ostentatoire,  un écrin oscillant entre le classicisme et la modernité.

Cette DS9 est proposée avec une motorisation hybride rechargeable E-TENSE de 225 chevaux, composée d’un moteur turbo essence PureTech (d'une puissance de 180 chevaux) et d’une motorisation électrique (de 110 chevaux), capable de parcourir 48 kilomètres (en normes WLTP) en mode zéro émission grâce à une batterie de 11,9 kWh.

Intérieur chic, mais...

La DS9 est exposée ici dans la finition "Inspiration Opera" qui montre un véritable effort de qualité perçue et de positionnement premium. Toute la planche de bord et les contre-portes sont recouvert d’un cuir Nappa “Rouge Rubis” (disponible aussi en "Noir basalte") à l’effet patiné et au toucher agréable, alors que le ciel de toit est recouvert d’un Alcantara noir. Les sièges et le volant revêtent la traditionnelle confection en "bracelet de montre". A l'arrière en effet, les passagers peuvent bien déployer leurs guiboles et se détendre sur des sièges chauffants et massants séparés par un grand accoudoir central. Petit bémol, certains éléments plastiques, sur les parties basses de la console ou des éléments de rangements, sont moins valorisants.

C'est plutôt au niveau de l'infodivertissement que cela risque de tiquer, car la DS9 adopte à peu de choses près le même système que le DS7 Crossback (les deux modèles ont été développés à peu près simultanément, mais le projet DS9 a pris du retard) avec l'écran tactile de 12 pouces et le même type de boutons. En 2021, il risque de paraître un peu daté, surtout face à la concurrence qui dégaine cette année des systèmes bien plus sophistiqués, à l'image du MBUX 2 de Mercedes.

La DS9 est attendue en concession dans les semaines qui viennent, avec des livraisons à partir de septembre 2021. Les prix devraient s'échelonner de 47 7000 à 68 400 €.

Pour l'occasion, la DS9 E-Tense s'affichait aux côtés de la monoplace de Formule E de l'équipe DS Techeetah qui fait rouler notamment Jean-Eric Vergne.

Pour résumer

DS9 E-Tense, c'est LA nouvelle tentative française (bon, OK, elle est produite en Chine) sur le segment de la berline haut de gamme.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.