par Thibaut Emme

Le salon de Bruxelles menacé de disparition définitive ?

Selon le journal économique De Tijd, le Salon de Bruxelles pourrait définitivement disparaître après plusieurs défections. Un effet domino catastrophique.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Selon le journal économique De Tijd, le Salon de Bruxelles pourrait définitivement disparaître après plusieurs défections. Un effet domino catastrophique.

Le Salon de Bruxelles, c'est le plus grand salon de Belgique, avec environ 500 000 visiteurs par édition (750 000 en 2000). Mais, surtout, c'est un salon qui a gardé encore une taille "humaine" tout en présentant régulièrement des premières européennes. Sauf que deux gros groupes font plus de la moitié des exposants à eux-seuls.

Le premier, c'est le groupe D'Ieteren qui a décidé selon les sources de De Tijd de ne plus faire le salon. D'Ieteren, c'est l'importateur officiel de tout le groupe Volkswagen : VW, Audi, Skoda, Seat, Porsche, Lamborghini, Bentley et Bugatti. Autant dire que cela fait un paquet de stands. De Tijd parle de 2 des 11 halls du Salon.

Suspendu à la décision de Stellantis ?

L'autre groupe, c'est Stellantis. Le groupe né de la fusion de FCA et PSA représente plus de 10 marques. Stellantis ne s'était pas engagé en mai à signer la lettre d'intention. Cette dernière permet à l'organisateur de prévoir l'étendue du salon, et s'il "vaut le coup". Ici, Stellantis doit prendre une décision selon De Tijd. Si Carlos Tavares décide de ne plus aller à Bruxelles, ce serait un sacré coup dur pour le salon.

En effet, d'autres constructeurs ne viendront à Bruxelles que si les représentants des 2/3 des véhicules vendus en Belgique sont présents. D'Ieteren et Stellantis représentent près de la moitié des véhicules vendus en Belgique selon le journal économique. Ainsi, si Stellantis décide de ne pas venir au salon, cela entraînera la défection d'autres exposants par effet domino. A terme, cela pourrait être la fin du Salon de Bruxelles.

Si cela s'avère, ce sera un coup dur pour la FEBIAC (Fédération Belge de l'Industrie Automobile et du Cycle) organisatrice, mais aussi pour Brussells Expo où est organisé le salon. Les salons automobiles n'en finissent plus de devoir se réinventer ou disparaître.

Pour résumer

Selon le journal économique De Tijd, le Salon de Bruxelles pourrait définitivement disparaître après plusieurs défections. Un effet domino catastrophique.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.