Robotaxi : enquêtes de la NHTSA après des accidents
par Elisabeth Studer

Robotaxi : enquêtes de la NHTSA après des accidents

Les trois principaux constructeurs de véhicules autonomes font l'objet d'enquêtes fédérales de la NHTSA (National Highway Transportation Administration - agence fédérale américaine des États-Unis chargée de la sécurité routière ) sur des défauts potentiels liés à des dizaines d'accidents, signe d'une surveillance accrue alors que l'industrie naissante envisage de se développer à l'échelle nationale américaine.

Zapping Le Blogauto Essai de la Honda CRV, PHev 2024

Zoox, Waymo, Cruise dans le collimateur

La NHTSA a ainsi annoncé ce mois-ci qu'elle examinerait deux collisions arrière impliquant des motos et des véhicules exploités par la société Zoox, filiale d'Amazon, qui teste déjà des voitures sans volant ni freins pour le conducteur.

Quelques jours plus tard, l'agence a ouvert une enquête sur les robotaxis exploités par Waymo, propriété de la société mère de Google, Alphabet, sur 22 incidents, notamment pour conduite du mauvais côté de la route.

Une enquête fédérale sur l'entreprise Cruise de General Motors . – lancée l'année dernière après qu'une de ses voitures a heurté et traîné un piéton qui marchait sur la route à San Francisco – reste ouverte, même si l'entreprise a entamé ce mois-ci un retour sur la voie publique à Phoenix.

Des entreprises sur les starting blocks, mais des balbutiements

L’industrie est prête à croître : environ 40 entreprises disposent de permis pour tester des véhicules autonomes rien qu’en Californie. Les entreprises ont attiré des milliards de dollars d’investissements et leurs partisans affirment qu’elles pourraient révolutionner la façon dont les Américains voyagent.

Mais les voitures robotisées en sont encore à leurs balbutiements, et bien que la plupart des collisions signalées par la NHTSA soient relativement mineures, elles remettent en question les déclarations quelque peu vantardes des entreprises selon lesquelles elles sont bien plus sûres que les conducteurs humains.

Des dizaines d'entreprises testent des véhicules autonomes dans au moins 10 États, certaines proposant des services aux passagers payants, selon l'Autonomous Vehicle Industry Association. Les déploiements sont concentrés dans une poignée d’États de l’Ouest des Etats-Unis, en particulier ceux bénéficiant de bonnes conditions climatiques et de gouverneurs accueillants.

Selon une analyse des données californiennes du Washington Post, les entreprises en mode test à San Francisco signalent collectivement des millions de kilomètres sur la voie publique chaque année, ainsi que des centaines de collisions pour la plupart mineures.

Une association affirme que les véhicules autonomes ont parcouru un total de 70 millions de kilomètres, un chiffre qu'elle compare à 293 allers-retours vers la Lune. Mais cela ne représente qu’une infime fraction des presque 9 milliards de kilomètres que les Américains parcourent chaque jour. Le nombre relativement faible de kilomètres parcourus par les véhicules rend difficile de tirer des conclusions générales sur leur sécurité.

Surveillance et enquêtes a posteriori

La NHTSA semble mener une sorte de "programme de surveillance, ouvrant des enquêtes puis ordonnant un rappel est en effet un processus beaucoup plus rapide pour l'agence que de développer de nouvelles réglementations, qui devraient passer par un enchevêtrement de bureaucratie gouvernementale pouvant prendre des années.

L’Agence veut savoir ce qui se passe sur le terrain, quel est l'état de la technologie de conduite automatisée, quels sont les risques pour la sécurité, quelles mesures prennent les entreprises.

Pression pour une sécurité routière pro-active

Mais à mesure que les incidents s'accumulent, l'agence subit une pression croissante de la part des législateurs, des syndicats et des défenseurs de la sécurité routière pour être plus proactive, plutôt que de se contenter d'enquêter après que les choses aient mal tourné.

Dans un communiqué publié la semaine dernière, Zoox a déclaré qu'il coopérerait à l'enquête de la NHTSA. La société a refusé de discuter davantage de ses plans de déploiement et de l'enquête fédérale.

Avec une réglementation fédérale limitée, les États ont cherché à gérer eux-mêmes les déploiements. Mais les responsables de tout le pays se tournent vers Washington pour obtenir de l’aide.

JD Decker, chef de l'application du Nevada DMV, a déclaré que même si l'agence peut théoriquement révoquer les licences des entreprises ayant de mauvais résultats en matière de sécurité en vertu d'une loi de 2017, elle dispose de ressources limitées pour évaluer les performances des entreprises de taxis robots.

« La loi a été largement conçue pour accueillir les nouvelles technologies », a déclaré Decker. « Le ministère, dans sa capacité de réglementation, n'avait pas nécessairement les moyens de surveiller ou d'inspecter pour des raisons de sécurité. Nous n'avons pas cette capacité » a-t-il ajouté.

Sources : Washington Post

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Les trois principaux constructeurs de véhicules autonomes font l'objet d'enquêtes fédérales de la NHTSA sur des défauts potentiels liés à des dizaines d'accidents, signe d'une surveillance accrue alors que l'industrie naissante envisage de se développer à l'échelle nationale américaine.
A mesure que les incidents s'accumulent, l'agence subit une pression croissante de la part des législateurs, des syndicats et des défenseurs de la sécurité routière pour être plus proactive, plutôt que de se contenter d'enquêter après que les choses aient mal tourné.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.