par Thibaut Emme

Renault Douai à l'arrêt : ça s'arrête quand les pénuries ?

Renault a confirmé que l'usine Georges Besse de Douai serait en chômage partiel du 14 au 25 avril suite à des pénuries de composants. 2 300 salariés sont concernés par la mesure de fermeture temporaire.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Cette fermeture tombe mal. En effet, à Douai, on assemble la nouvelle Megane E-Tech. De quoi retarder la "rampe de lancement" de la carrière de la compacte 100% électrique de Renault. Mais, Douai ce n'est pas que cela, c'est aussi encore la Talisman, l'Espace ou le Scenic par exemple. Autant de véhicules qui demandent certains composants électroniques qui manquent.

Les usines travaillent de plus en plus en flux tendus pour tous les composants et la production finale. Le but est de baisser les coûts fixes inhérents au stockage. Sauf que si l'approvisionnement ne suit pas pour une raison ou une autre, la production déraille. Cette raison cette fois, c'est la résurgence du Sars-Cov-2 en Chine avec le confinement de certaines villes et des usines au ralenti ou à l'arrêt. La Chine s'enrhume de nouveau, l'Europe tousse !

Des pénuries diverses jusqu'en 2023 au moins

En provoquant une interruption de la production, Renault va refaire un stock de pièces et pouvoir ainsi relancer la production sur un flux régulier, sans à-coup. Renault affirme que les livraisons ne seront pas touchées par cet arrêt. Même la Megane E-Tech devrait pouvoir être livrée en temps et heure.

Ces arrêts de quelques jours se multiplient depuis quelques semaines. Outre des puces électroniques qui sont en tension depuis la relance économique mondiale, il y a donc des trous dans la production face à des résurgences de la Covid-19. Il y a également des pièces fabriquées en Ukraine qui pénalisent les productions. Cela peut être un simple lève-vitre et cela bloque toute la chaîne de production. Tous les constructeurs sont plus ou moins touchés.

Les constructeurs, ainsi que d'autres industriels, se sont lancés dans un plan de production européenne de puces. Mais on ne lance pas une telle usine en quelques jours, ni même mois. Le temps que nos industries ne dépendent plus à 75% au moins de puces asiatiques n'est pas encore arrivé. La stratégie "zéro covid" de la Chine impose également des variations dans la production et donc des arrêts en Europe. On devrait en avoir d'autres prochainement.

Illustration : Renault

Pour résumer

Renault a confirmé que l'usine Georges Besse de Douai serait en chômage partiel du 14 au 25 avril suite à des pénuries de composants. 2 300 salariés sont concernés par la mesure de fermeture temporaire.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.