par Elisabeth Studer

Pétrole:un embargo impacterait UE et Russie selon Moscou

Alors que les prix des carburants ne cessent de s’envoler, la Russie a estimé lundi qu'un potentiel embargo européen sur le pétrole russe frapperait "tout le monde". Une sorte de menace en quelque sorte alors que l'Union européenne doit étudier lors d'une réunion la possibilité de nouvelles sanctions contre Moscou.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Un embargo sur le pétrole russe aurait une influence néfaste sur le marché énergétique en Europe

"Un tel embargo aurait une influence très sérieuse sur le marché mondial du pétrole, une influence néfaste sur le marché énergétique en Europe » a estimé le Kremlin.

"C'est une décision qui frapperait tout le monde", a-t-il poursuivi, lors d'un point presse.

La Russie joue à opposer Etats-Unis et Europe

Mais les Américains n'y perdront rien, c'est évident, ils se sentiront bien mieux que les Européens", a affirmé Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence russe.

Sans défendre Vladimir Poutine, il est vrai que les Etats-Unis « profitent » à l’heure actuelle des tensions sur le marché pour vendre leur propre brut. Ce qui est guère réjouissant pour la planète, alors que les hydrocarbures extraits outre Atlantique sont en grande partie du gaz et du pétrole de schiste, néfastes pour l’environnement.

Le 1er mars dernier, l’agence internationale de l’énergie a annoncé que ses pays membres allaient libérer 60 millions de barils de leur réserve d’urgence pour stabiliser le marché, dont 30 millions proviendraient des Etats-Unis, a précisé Joe Biden. Environ 65% de la production américaine de pétrole brut en 2020 était du pétrole de schiste, selon l’EIA (AIE en français).

Réunion pour l’examen de nouvelles sanctions

Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense de l'Union européenne doivent se retrouver lundi pour une réunion consacrée à l'examen de nouvelles sanctions contre Moscou.

L'UE a déjà adopté plusieurs trains de sanctions contre Moscou depuis l’invasion de l'Ukraine par la Russie, ciblant massivement des entreprises, des banques, des hauts responsables, des oligarques, et interdisant l'exportation de biens vers la Russie.

Les importations européennes de gaz ou de pétrole russes ont jusqu'ici été épargnées en raison de leur coût pour les Européens, très dépendants des hydrocarbures russes.

L'Allemagne s’est pour le moment opposée à un embargo immédiat sur les hydrocarbures russes, le pays dépendant fortement de ses importations russes.

Notre avis, par leblogauto.com

Vladimir Poutine joue avec les nerfs de Européens, laissant entendre que l’Union européenne pourrait se faire harakiri en décrétant un embargo sur le pétrole russe. Estimant qu’au final, le grand gagnant serait les Etats-Unis. Ce qui, sans défendre pour autant le Kremlin … n’est pas totalement faux …

La Russie agite ainsi le spectre d’un blocage total de l’économie européenne en cas d’embargo sur le pétrole russe avec une flambée des prix insoutenable et qui pourrait - qui plus est - provoquer des mouvements sociaux à la veille de l’élection présidentielle en France. Mouvements que le Kremlin pourrait attiser soi dit en passant ….

Sources : AFP

Pour résumer

Alors que les prix des carburants ne cessent de s’envoler, la Russie a estimé lundi qu'un potentiel embargo européen sur le pétrole russe frapperait "tout le monde". Une sorte de menace en quelque sorte alors que l'Union européenne doit étudier lors d'une réunion la possibilité de nouvelles sanctions contre Moscou.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.