par Elisabeth Studer

Pétrole russe : l’ UE finalise un embargo progressif

L'Union européenne (UE) finalise à l’heure actuelle un plan permettant un arrêt progressif de ses achats de pétrole et de produits pétroliers à la Russie avec pour objectif de sanctionner le Kremlin pour la guerre qu’il mène en Ukraine. Plusieurs sources européennes ont ainsi indiqué dimanche que l’UE allait annoncer dès cette semaine un calendrier et de nouvelles mesures.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Des mesures et une décision sur un retrait progressif dès cette semaine

"Il y a une volonté politique de cesser les achats de pétrole à la Russie et nous aurons la semaine prochaine des mesures et une décision sur un retrait progressif", a affirmé un responsable européen prenant part aux discussions.

La Commission européenne doit mettre sur la table une proposition d'embargo "avec une période de transition jusqu'à la fin de l'année", a également indiqué un diplomate européen. La décision n'est "pas facile à mettre en œuvre" en raison de deux difficultés, a cependant précisé le responsable européen.

Hongrie et Slovaquie : deux pays enclavés

Deux pays européens enclavés, la Hongrie et la Slovaquie, dépendent des oléoducs russes. Ils ne disposent d’aucun accès à la mer sur leur territoire et ne sont reliés à aucun oléoduc européen. Il est donc nécessaire de bâtir des infrastructures ou de trouver des alternatives.

Eviter une flambée mondiale du prix du pétrole

Autre problématique à laquelle doit faire face l’UE : ses décisions ne doivent pas entrainer une flambée mondiale des prix du pétrole. "Nous devons être prudents avec une interdiction européenne complète des importations de pétrole", a ainsi mis en garde en avril la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen.

La volonté européenne de diversifier ses approvisionnements et la mise le place d’un calendrier de six à huit mois pour cesser les achats de pétrole et de produits pétroliers tentent de rassurer les marchés et éviter qu’ils ne s’emballent.

Les Etats-Unis pour un plafonnement des prix

Un plafonnement des prix préconisé par les États-Unis est une "mesure intelligente" car elle évite les spéculations et permet de faire en sorte que le pétrole demeure rémunérateur, mais "il faut qu'il s'applique au-delà des Européens et des Américains", a tenu à faire remarquer le responsable européen.

Des discussions menées durant le week-end

Durant le week-end écoulé, la Commission européenne a mené des discussions avec les États membres les plus concernés, les États-Unis et l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Objectif : boucler la proposition qui sera soumise aux État membres. "Un nouveau train de sanctions, qui est en préparation, est absolument indispensable", a estimé dimanche le chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell, lors d'une visite au Chili. "Nous devons utiliser nos leviers économiques et financiers pour faire payer à la Russie ce qu'elle est en train de faire", a-t-il ajouté, estimant que le bombardement de l'aéroport d'Odessa signifiait que Moscou "avait l'intention de priver l'Ukraine de son accès à la mer".

La sanction sur le pétrole russe doit être approuvée à l'unanimité des 27 États membres. "La Hongrie a jusqu'à présent toujours été au rendez-vous des sanctions et il faut éviter de lui donner un prétexte pour bloquer sur le pétrole", a plaidé le responsable européen.

Premier échange lundi

Un premier échange a eu lieu lundi au cours d'une réunion des ministres de l'Energie des Vingt-Sept à Bruxelles, mais aucune décision n'est attendue car la Commission n'aura pas encore soumis ses propositions de sanctions.

Tout l'écosystème pétrolier de la Russie mis sous sanctions

Le 6e paquet de mesures européennes préparé par la Commission présidée par Ursula von der Leyen va mettre sous sanctions tout l'écosystème pétrolier de la Russie. A court terme, l'une des mesures visera à renchérir le transport du pétrole russe par tanker.

La plus importante banque russe, la Sberbank, qui représente 37% du marché, doit par ailleurs être exclue du système de transactions Swift, ont indiqué plusieurs sources diplomatiques européennes.

L’ UE veut mettre fin au financement de la guerre par l’achat de pétrole

L' UE veut mettre fin au financement indirect de la guerre menée par la Russie en Ukraine via ses achats pétroliers. La Russie exporte deux tiers de son pétrole vers l' UE. En 2021, elle a fourni 30% du brut et 15% des produits pétroliers achetés par les pays membres. "La facture des importations de pétrole russe était quatre fois plus importante que celle du gaz, 80 milliards de dollars contre 20 milliards", a souligné à la mi-avril Josep Borrell.

Sources : AFP

Pour résumer

L'Union européenne (UE) finalise à l’heure actuelle un plan permettant un arrêt progressif de ses achats de pétrole et de produits pétroliers à la Russie avec pour objectif de sanctionner le Kremlin pour la guerre qu’il mène en Ukraine. Plusieurs sources européennes ont ainsi indiqué dimanche que l’UE allait annoncer dès cette semaine un calendrier et de nouvelles mesures.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.