par Elisabeth Studer

Pétrole / AIE : second déblocage des réserves stratégiques

Les pays membres de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) ont décidé de puiser de nouveau dans leurs réserves stratégiques de pétrole. Objectif : tenter de faire baisser les cours qui ne cessent de s’envoler suite au conflit entre la Russie et l’Ukraine. Et par conséquent faire baisser les prix des carburants. Les volumes concernés n’ont pas été communiqués.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Les pays membres de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) ont décidé de puiser de nouveau dans leurs réserves stratégiques de pétrole. Objectif : tenter de faire baisser les cours qui ne cessent de s’envoler suite au conflit entre la Russie et l’Ukraine. Et par conséquent faire baisser les prix des carburants. Les volumes concernés n’ont pas été communiqués.

Réunion extraordinaire de plus de 30 pays membres de l’AIE

"Ce matin, plus de 30 pays se sont retrouvés pour une réunion extraordinaire et ont décidé de mettre des dizaines de millions de barils de pétrole supplémentaires sur le marché", avait préalablement déclaré le président américain Joe Biden, faisant référence à l'AIE.

Les pays membres de l’AIE vont puiser dans leurs réserves stratégiques

L'Agence internationale de l'énergie a par la suite confirmé dans un communiqué que ses 31 membres avaient décidé de puiser de nouveau dans leurs réserves, mais que les détails seraient rendus publics "au début de la semaine prochaine".

Cette décision "souligne leur engagement solide et uni pour stabiliser les marchés mondiaux de l'énergie", très volatils depuis l'invasion russe en Ukraine, indique l'agence qui regroupe des pays développés.

Les Etats-Unis vont puiser 180 millions de barils dans leurs réserves stratégiques

Jeudi, Joe Biden avait annoncé jeudi que les Etats-Unis prélèveraient pendant six mois 1 million de barils par jour dans leurs gigantesques réserves stratégiques de pétrole. Soit 180 millions de barils au total. Un tel volume concerné n’avait jamais été observé.

Le président US tente par tous les moyens de freiner la flambée des prix des carburants, une situation synonyme de tensions au sein des ménages américains, alors que la campagne pour les élections législatives de mid-term (mi-mandat) bat son plein.

Joe Biden tente de faire porter la responsabilité de la situation sur Vladimir Poutine, le président russe, initiateur du conflit en Ukraine.

Le locataire de la Maison Blanche ne ménage pas non plus ses critiques envers l'industrie pétrolière américaine, qu'il accuse d'accumuler des profits gargantuesques sans investir dans la production.

AIE : 1,5 milliard de barils de réserves au total

Le mois dernier, les pays de l'AIE s’étaient déjà engagés à puiser près de 62,7 millions de barils dans leurs réserves, soulignant être capables d’agir davantage. Ils comptent au total 1,5 milliard de barils de réserves.

Basée à Paris, l'AIE a été fondée en 1974 pour assurer la sécurité d'approvisionnement de pays développés à la suite du choc pétrolier de 1973. Elle compte 31 membres, dont les États-Unis, le Japon et de nombreux pays européens (Allemagne, Espagne, France, Italie, Royaume-Uni...)

Chaque pays a l'obligation de détenir des réserves pétrolières d'urgence équivalentes à 90 jours d'importations. En cas de problème d'approvisionnement, les membres peuvent décider de libérer ces stocks sur le marché dans le cadre d'une action coordonnée.

Sources : AFP, AIE

Pour résumer

Les pays membres de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) ont décidé de puiser de nouveau dans leurs réserves stratégiques de pétrole. Objectif : tenter de faire baisser les cours qui ne cessent de s’envoler suite au conflit entre la Russie et l’Ukraine. Et par conséquent faire baisser les prix des carburants. Les volumes concernés n’ont pas été communiqués.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.