par Elisabeth Studer

Mercedes : 2,2 mds € menacés par une nationalisation russe

Mercedes-Benz évalue à 2 milliards d'euros ses actifs détenus en Russie qui pourraient faire l’objet de nationalisation, d’après les menacées proférées par le Kremlin. Le gouvernement russe - sous la houlette de Vladimir Poutine - a en effet indiqué que les biens des entreprises étrangères quittant le pays suite au conflit en Ukraine pourraient devenir propriétés de l’Etat russe de manière unilatérale.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

La guerre en Ukraine présente une série de risques pour Mercedes

S’exprimant dans le cadre de son rapport annuel publié vendredi, Mercedes a indiqué que la guerre en Ukraine présentait pour la société une série de risques allant de perturbations dans la fourniture de certaines pièces à l'approvisionnement en énergie ou même des cyberattaques.

"Ces risques pourraient être exacerbés par l'expropriation potentielle des actifs des filiales russes", a par ailleurs prévenu le constructeur.

Une commission gouvernementale russe approuve la 1ère étape vers une nationalisation

Le parti au pouvoir en Russie, Russie unie, a déclaré cette semaine qu'une commission gouvernementale avait approuvé la première étape vers la nationalisation des actifs des entreprises détenues à plus de 25 % par des étrangers d'« États hostiles ».

Mercedes possède une usine d’assemblage automobile à Esipovo

Mercedes-Benz possède une usine d’assemblage automobile dans la ville d'Esipovo, située à 40 km au nord-ouest de Moscou. Plus de 1 000 employés y produisent des berlines et des SUV de classe E.

Le site a été inauguré en avril 2019 en présence du président russe Vladimir Poutine. Il s'agissait de la première usine depuis des années à être ouverte par un constructeur automobile étranger en Russie, où les investissements dans l'industrie automobile autrefois en plein essor s'étaient taris dans un contexte des sanctions occidentales et d'une économie stagnante.

S'exprimant lors de la cérémonie d'ouverture, Poutine avait alors déclaré que l'usine produirait 25 000 véhicules par an et que l'investissement dans le projet s'élevait à un peu moins de 300 millions de dollars.

Mercedes-Benz a déclaré que ses unités russes, qui étaient évaluées à 2 milliards d'euros fin 2021, avaient des engagements envers les banques d'environ 1 milliard d'euros, pour lesquels le constructeur automobile a émis une garantie globale.

Notre avis, par leblogauto.com

La Russie a dressé une liste de 59 entreprises occidentales qui pourraient être  nationalisées selon l'agence de presse russe Izvestia.   On y trouve notamment le géant énergétique    Shell, et outre Mercedes, les constructeurs automobiles Volkswagen et Toyota. Cette liste pourrait être élargie, avertissent les autorités.

«Nous allons saisir les actifs des étrangers et des compagnies étrangères en Russie, en fonction de ce que tel ou tel pays a introduit comme sanctions antirusses. Il est possible que nous nationalisions les biens des ressortissants de pays inamicaux», a  indiqué l'ancien président russe Dmitri Medvedev dans une interview au journal russe Vzgiad.

Ford et General Motors  auraient-ils eu le nez creux ou senti le vent en effectuant il y a  quelques mois  leur  retraite de  Russie ? Rappelons  que fin 2019, GM a vendu son usine d’assemblage de Togliatti, mettant ainsi fin à sa participation au marché automobile russe autrefois prometteur. L’usine, construite en 2001, a été achetée par Avtovaz, l’ancien partenaire de la coentreprise.

Sources : Mercedes, Reuters

Pour résumer

Mercedes-Benz évalue à 2 milliards d'euros ses actifs détenus en Russie qui pourraient faire l’objet de nationalisation, d’après les menacées proférées par le Kremlin. Le gouvernement russe - sous la houlette de Vladimir Poutine - a en effet indiqué que les biens des entreprises étrangères quittant le pays suite au conflit en Ukraine pourraient devenir propriétés de l’Etat russe de manière unilatérale.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.