Marcello Gandini honoré à Turin
par Nicolas Anderbegani

Marcello Gandini honoré à Turin

Quel est le point commun entre la Lamborghini Miura, la Lancia Stratos, la Citroën BX, la Renault R5 Turbo, l’Alfa Romeo Montreal ou encore la Lamborghini Countach et la Bugatti EB110 ? Un génie du design automobile : Marcello Gandini !

Zapping Le Blogauto Essai du Renault Espace - 200 chevaux

À l'âge de 85 ans, le designer Marcello Gandini, parmi ceux qui ont écrit des pages mémorables de l’histoire de l’automobile, a reçu un diplôme honorifique en génie mécanique de l'École Polytechnique de Turin. La cérémonie a eu lieu vendredi 12 janvier dans une salle comble de l'université piémontaise.

A Turin, une foule d'étudiants déambule parmi les quinze voitures exposées dans la cour, sous le ciel gris de la capitale piémontaise. L’École Polytechnique de Turin a décerné à Marcello Gandini un diplôme honorifique en génie mécanique, la reine des disciplines industrielles. « Dans chacun de ses projets, il a appliqué une forte approche d'ingénierie pour obtenir le meilleur résultat possible en matière de forme, de fonction et de recherche de nouveaux matériaux, toujours avec une forte tendance à l'innovation et en essayant des solutions mécaniques originales pour l'insertion et la disposition des pièces mécaniques dans ses créations », a déclaré Guido Saracco, recteur de l'École Polytechnique de Turin.

Un destin d'autodidacte

Marcello Gandini est né en 1938 à Turin dans une famille de musiciens. Son père, directeur d'orchestre l'oriente vers des études humanistes. Gandini fréquenta donc le lycée classique, dont il sortit diplômé en 1956. Mais dans son cœur, il y a toujours eu quatre roues, une passion qui se manifeste continuellement, comme lorsque, avec l'argent qu'on lui donne pour acheter un livre de latin, il se procure "Moteurs endothermiques" de Dante Giacosa, le maître à penser du design Fiat dans les années 50-60. Lorsqu'il s'agit de poursuivre ses études, il refuse de suivre le chemin que son père voulait pour lui et se lance dans son propre chemin en totale autonomie.

Après une collaboration avec les carrossiers Boano et Marazzi, le tournant se produit en 1965, lorsqu'il rejoint le centre de style Bertone pour prendre la relève de Giugiaro, un blason dont il restera directeur jusqu'en 1979. Les fruits de tout cela ne se sont pas fait attendre : en 1966 est arrivée la Lamborghini Miura, la première voiture de série  à adopter la solution du moteur central transversal, la première des supercars modernes . En 1967 arrive la Marzal, puis l'année suivante l'Alfa Romeo 33 Carabo, première création dans laquelle apparaissent des portes à ciseaux, actionnées par un piston à gaz. Les mêmes portes qui caractériseront la Lamborghini Countach de 1974, encore une autre œuvre de Gandini, avec la Lancia Stratos HF Zero de 1970, où, à la place, le pare-brise fait office de porte, qui monte et descend au moyen d'un mécanisme relié au volant.

En 1980, après avoir quitté Bertone, il devient consultant indépendant et travaille sur de nombreux projets, dont certains sont utilisés par de nombreux constructeurs tels qu'Alfa Romeo, Fiat, Simca, Maserati, Innocenti, Citroën, BMW et Renault. Au cours de cette période, il contribue à de nombreuses voitures de série, démontrant que le travail de Gandini ne se limite pas aux prototypes et aux voitures de sport pour l'élite, mais qu'il joue au contraire un rôle fondamental dans la reconfiguration de la voiture de série et de sa production.

 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

A l’heure où le design automobile moderne semble se perdre entre aseptisation pseudo-moderniste, conformisme rationalisé et surenchère, le travail du maître est à méditer. Le papa de la Countach et de la Miura a été honoré par l'école polytechnique de Turin qui lui a décerné un diplôme honorifique.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.