par Pierre-Laurent Ribault

Lotus sans Proton ?

Chez Lotus, on n'a peut-être pas encore de voitures, mais on a déjà des idées. Beaucoup, et souvent.  Une semaine après avoir mis l'Elan en veilleuse et réveillé l'Evora, voilà que Dany Bahar songe à quitter le giron de Proton. C'est Inside Line qui rapporte l'information, divulguée par le PDG de Lotus la semaine dernière lors d'une table ronde avec des journalistes.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Chez Lotus, on n'a peut-être pas encore de voitures, mais on a déjà des idées. Beaucoup, et souvent.  Une semaine après avoir mis l'Elan en veilleuse et réveillé l'Evora, voilà que Dany Bahar songe à quitter le giron de Proton. C'est Inside Line qui rapporte l'information, divulguée par le PDG de Lotus la semaine dernière lors d'une table ronde avec des journalistes.

Bahar estime, assez logiquement, qu'un constructeur de la taille de Lotus ne peut dorénavant s'en sortir tout seul pour répondre aux contraintes réglementaires et environnementales et à besoin de s'allier, ou même de se vendre si besoin, à un grand constructeur comme, tenez par exemple, Toyota pour le compte de qui Lotus fournit son savoir-faire de mise au point et chez qui il se fournit en moteurs. Une autre solution, selon Dany Bahar, serait d'ouvrir le capital de Lotus au public et d'entrer en bourse.

Attendez. "S'en sortir tout seul ?" On pensait pourtant que Dany Bahar avait le soutien total de Proton, qui l'avait accueilli comme un sauveur pour relancer la marque d'Hethel et qui avait pris son parti dans le conflit contre Tony Fernandes. On croyait également avoir compris que Proton garantissait un prêt massif sur lequel Lotus s'appuyait pour atteindre son objectif de devenir un concurrent des Ferrari et Porsche de ce monde (Porsche est la cible principale a confirmé Dany Bahar lors de cette interview). Et maintenant, le nouvel homme à la barre de Lotus voudrait prendre ses distances par rapport au groupe malaisien ? Pourquoi ? Il sera intéressant d'avoir la position de Proton là-dessus... comme celle de Toyota d'ailleurs, que Bahar drague explicitement.

En dehors de ces menus détails administratifs, Bahar confirme que le développement continue, notamment de l'Elite et de L'Eterne pour la production desquels Lotus essaie à nouveau d'obtenir un prêt public afin de construire une usine à Hethel. Et en attendant ces modèles encore lointains, l'Evora assure la continuité et devrait voir de nouvelles déclinaisons...

A bientôt sans aucun doute pour un autre épisode inattendu de la vie trépidante de Lotus.

Source : Inside Line

Lire également:

L’Elan disparaît des plans de Lotus

Pour résumer

Chez Lotus, on n'a peut-être pas encore de voitures, mais on a déjà des idées. Beaucoup, et souvent.  Une semaine après avoir mis l'Elan en veilleuse et réveillé l'Evora, voilà que Dany Bahar songe à quitter le giron de Proton. C'est Inside Line qui rapporte l'information, divulguée par le PDG de Lotus la semaine dernière lors d'une table ronde avec des journalistes.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.