Le gouvernement italien tacle Stellantis sur l'Alfa Romeo Milano
par Nicolas Anderbegani
Le nom fait tiquer le ministre du "Made in Italy"

Le gouvernement italien tacle Stellantis sur l'Alfa Romeo Milano

Et si on disait "fatto in Italia" d'abord ?

Zapping Le Blogauto Essai Mercedes Classe E400E 4MATIC

L'italianité en question

L’Alfa Romeo Milano a été présentée hier à Milan et fait déjà beaucoup parler d’elle. Alors que cette nouveauté suscite des débats enflammés au sein de la communauté alfiste, entre les « modérés » réalistes face au pragmatisme industriel et économique de Stellantis et les « ultras » ulcérés par ce qu’ils considèrent comme une trahison, une controverse s’est ajoutée avec le gouvernement.

Celles-ci concernent justement le nom du véhicule, « Milano », choisi non seulement pour affirmer le caractère urbain de ce B-SUV mais aussi et surtout le rattacher à ses racines, la marque ayant été fondée dans la cité lombarde en 1910. Or, le ministre du Commerce et du Made in Italy Adolfo Urso a lancé une pique en rappelant qu'une loi de 2003 stipulait que l’on ne pouvait commercialiser un produit évoquant l’Italie, y compris dans son nom, si celui-ci n’est pas produit dans la péninsule : « Une voiture appelée 'Milano' doit être produite en Italie. Sinon on donne une indication fallacieuse [aux consommateurs]. Ce qui n'est pas autorisée par la loi italienne », a-t-il déclaré en marge d'un événement à Turin, rapporte le quotidien La Repubblica.

Carlos Tavares répond et justifie l'assemblage en Pologne

Pour des raisons de rationalisation industrielle, Stellantis a décidé depuis longtemps de construire cette voiture dans son usine de Tychy en Pologne (une première pour Alfa Romeo), sur la plate-forme CMP, comme la Jeep Avenger et la Fiat 600, partageant ainsi la plateforme et les motorisations « françaises » issues de PSA. Si cela provoque des crises d’hystérie chez certains alfistes, surtout italiens - il suffit de lire les commentaires des pages de réseaux sociaux – qui ne supportent pas une Alfa « peugeotisée » (dans des termes parfois très violents, qui relèvent aussi d’un french bashing tendance), Carlos Tavares a tenu à répondre et à mettre les points sur les i, alors que les relations sont compliquées depuis plusieurs mois entre le directoire Stellantis et le gouvernement italien face à la crise de la production automobile italienne, aux difficultés des usines et à l’avenir du tissu industriel automobile transalpin.

Les propos d’Adolfo Urso interviennent à un moment où le gouvernement dirigé par Giorgia Meloni cherche à attirer un autre grand constructeur automobile, en plus de Settlantis, et à augmenter la production nationale de voitures à 1,3 million de véhicules par an, contre moins de 800 000 enregistrés en 2023, ce qui a déjà été critiqué par Carlos Tavares, PDG de Stellantis, surtout s’il agit d’un constructeur chinois.

« La création du véhicule a eu lieu en Italie. Le design a été réalisé en Italie. L’ingénierie est réalisée en Italie. Assembler la voiture dans un autre pays ne veut pas dire qu’elle n’est pas italienne », a d'abord tenu à souligner Carlos Tavares. « Si l’Alfa Romeo Milano avait été construit en Italie, [ses prix] auraient démarré aux alentours de 40 000 € au lieu de 30 000 €, ce qui limiterait son potentiel sur le marché » a-t-il précisé à Automotive News.

Mais le fait est que si vous devez financer votre avenir avec votre rentabilité, si vous devez garantir la durabilité de la marque, si vous devez élargir votre base de clientèle et conquérir la jeune génération pour qu'elle achète plusieurs Alfa Romeo dans sa vie, vous devez être capable, à un moment donné, de les conquérir en commençant par le prix qu'ils peuvent payer."

Que dit cette fameuse loi de 2003 ?

La loi du 27 décembre 2003 vise surtout les aliments ou les boissons initialement, notamment pour protéger des IGP comme le Parmigiano Reggiano. C’est une loi de 2009 qui légifère sur le « Made in Italy », seuls les produits entièrement faits en Italie (c’est-à-dire projetés, fabriqués et confectionnés en Italie) pouvant se prévaloir des marques « Made in Italy », « 100% Made in Italy », « 100% Italia ». Dans sa communication, si Alfa Romeo met en exergue Milan et donc les racines de la marque, elle se garde bien de parler de « made in Italy », se contentant d’insister sur le design « conçu » par le Centro Stile, basé à…Turin ! Alors, le Milano va-t-il devoir changer de nom dans son propre pays ? On imagine surtout que c’est une manœuvre de communication du gouvernement, qui cherche à mettre la pression sur Stellantis.

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Le SUV Milano d'Alfa Romeo fait parler ! Alors que les aflsistes s'écharpent sur la base PSA ou encore le design, le minsitre italien du "Made in Italy" s'insurge du nom Milano, qu'il trouve usurpé pour un véhicule produit en Pologne. Carlos Tavarès a répondu en insistant sur la conception et le design qui ont été élaborés en Italie et sur les nécessités économiques et de prix qui ont motivé la délocalisation en Pologne.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.