par Joest Jonathan Ouaknine

Le coupé-cabriolet par Ford (version 1958)

Dans la série, les stars cachetonnent, voici Lucille Ball (héroïne du sitcom des années 50 I love Lucy) et Desi Arnaz (son mari à la ville, comme à l'écran.) Cette sitcom est quasi-inconnue en France, alors qu'aux Etats-Unis, avec I love Lucy, The Lucy Show, puis Here's Lucy, Lucille Ball squattera les écrans de télévisions pendant un quart de siècle!

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Qui pouvaient donc être de meilleurs "vendeurs" pour la Ford Fairlane Skyliner, que Ball et Arnaz?

Question: quel fut le premier coupé-cabriolet? Perdu! C'était une Hudson carrossée par l'Américain Ellerbeck, dans les années 20. Le toit (en dur), se repliait sur le coffre et en plus,  il fallait le replier manuellement. Quelques années plus tard, Georges Paulin (qui est dentiste et non designer) a l'idée d'un coupé-cabriolet tel qu'on le connaît: le toit disparaît dans le coffre et surtout, le système est électrique. Citroën hésite à l'adopter son idée, Hotchkiss aurait du présenter une voiture au salon de Paris 1933. Il se rapproche du carrossier Marcel Pourtout, qui fabriquera au compte-goute des Lancia Belna "CC". Mais le détonateur aura lieu en 1934, lorsque Paulin et Pourtout convainquent Peugeot d'adopter le système. Ce sera le début des fameuses 401, 402 et 601 Eclipse. Problème: on est dans les années 30, d'où un faisceau électrique minable et lorsqu'au moment du décapotage, le toit n'est pas victime d'un court-circuit à mi-chemin, c'est la batterie qui rend l'âme...

Ensuite, les CC seront longtemps des prototypes de salons (Chrysler Thunderbolt, Ferrari Raimbow par Bertone...) ou des démonstrations de savoir-faire de carrossiers (la Citroën SM Espace d'Heuliez, les Cadillac Eldorado ou Oldsmobile Toronado d'ASC...) Une exception à la rêgle: la Ford Fairlane puis Galaxy Skyliner en 1957. Cette fois-ci, la batterie est assez costaude. Reste un autre problème: lorsque l'on replie le toit, l'énorme coffre est plein (sans parler du bruit guère rassurant du moteur)! Après trois ans et 80 000 exemplaires (ridicule, comparé aux 1,5 millions de Ford vendue chaque année), le constructeur jette les gants.

Pour le côté Shadoks, il y eu la Venturi Transcup et la Suzuki Capuccino: deux demi-toits à placer dans le coffre (comme ça il est plein) et ensuite, replier l'arceau (si entre-temps, le temps n'a pas changé, vous avez de la chance.) En 1994, Mitsubishi présente une 3000GT en version coupé-cabriolet, mais à Genève, Mercedes a présenté un premier prototype de SLK. Au lieu de décapsuler un coupé ou d'ajouter un toît en dur à un cabriolet, il construisit directement un coupé-cabriolet. L'histoire est en marche et la suite, vous la connaissez...

Et K2000? C'était un faux CC! Ils utilisaient une voiture "en coupé", une voiture "en cabriolet" et une maquette, filmée de près, pour les scène de décapotage. On m'aurait menti?

http://www.youtube.com/watch?v=nY6FzQyWAVY

On voit que c'est les années 50, la moral étant: "C'est tellement facile de capoter ou de décapoter sa Ford Fairlane Skyliner que même une femme peut y arriver!"

Un site très complet sur les CC:

Retractable hardtop online

Pour résumer

Dans la série, les stars cachetonnent, voici Lucille Ball (héroïne du sitcom des années 50 I love Lucy) et Desi Arnaz (son mari à la ville, comme à l'écran.) Cette sitcom est quasi-inconnue en France, alors qu'aux Etats-Unis, avec I love Lucy, The Lucy Show, puis Here's Lucy, Lucille Ball squattera les écrans de télévisions pendant un quart de siècle!

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.