Koenigsegg présente la mégacar Gemera de production
Lancer le diaporama
Koenigsegg Gemera version prod
+8
LANCER LE DIAPORAMA
par Nicolas Anderbegani
avec des surprises

Koenigsegg présente la mégacar Gemera de production

En 2020, Koenigsegg avait surpris son monde en présentant la Gemera, une « Megacar » (sic) de 4 places. En somme, le petit constructeur suédois nous annonçait la première hypercar….ah, zu, megacar pardon, familiale !

Zapping Le Blogauto Renault Rafale: nos premières impressions

3 ans plus tard, à l’occasion de l’inauguration de l'atelier Gripen, une extension des locaux Koenigsegg dédiée à la gamme Gemera et aux futurs modèles, portant l'empreinte totale des installations de Koenigsegg à 30 000 m2, la première Gemera de production a été montrée, alors que 300 exemplaires sont attendus sur les années 2024 et 2025. Et là encore, quelques surprises se sont greffées !

La transmission de la Jesko...

Initialement, la Gemera devait embarquer le système de transmission Koenigsegg Direct Drive de la Regera, qui offrait un mélange d'efficacité, de puissance et de maniabilité. Seulement, entretemps, la Jesko a inauguré le système Light Speed ​​Transmission (LST) qui révolutionne les transmissions classiques, y compris des supersportives. Et la Gemera va finalement en bénéficier.  « Nous n'avons pas pu résister à l'idée d'explorer la possibilité d'intégrer ces caractéristiques et avantages remarquables dans le modèle de production Gemera, nous guidant sur une nouvelle voie de développement passionnante : la Light Speed ​​Tourbillon Transmission (LSTT) », explique Christian.

Pour rappel, la LST, bien plus légère, dispose de 9 rapports et de 7 embrayages. Elle utilise le système dénommée "UPOD" (Ultimate power on demand) qui sélectionne l'engrenage optimal pour bénéficier de l'accélération la plus performante. La transmission peut changer de vitesse sans interruption de la puissance délivrée en raison de la nature rapide de l'actionnement de l'embrayage et du chevauchement entre l'ouverture et la fermeture des embrayages. Le vilebrequin du moteur est accouplé directement au LST et utilise la masse rotative des composants de transmission à la place d'un volant d'inertie traditionnel. Cette transmission a un temps de passage allant de 20 à 30 millisecondes et dispose également d'un mode overdrive appelé "Ultimate Power on Demand" qui est conçu pour passer directement au rapport optimal en fonction de l'entrée de l'utilisateur, plutôt que de rétrograder ou de passer séquentiellement à ce rapport.

La spécification client Gemera conserve ajoute également la légèreté et la réactivité LST sous la forme de ce que Koenigsegg nomme désormais LSTT. "Nous avons ajouté 'Tourbillon' au nom de la LST, car ce mécanisme représente l'équivalent automobile d'une montre suisse haut de gamme et est tout simplement magnifique", explique Christian von Koenigsegg. Et ce n’est pas tout.

et le V8 aussi !

Depuis 2020, nous savons que la Gemera va bénéficier d’un moteur thermique trois cylindres biturbo essence baptisé Tiny Friendly Giant (TFG), sans arbre à cames de 1 988 cm3, placé en position centrale arrière, qui développe 600 ch et 600 Nm de couple. Le trois-cylindres est flex-fuel et peut fonctionner au sans-plomb, au superéthanol et aussi au méthanol. Ce bloc 3 cylindres devait être associé initialement à trois moteurs électriques pour totaliser 1700 chevaux.

Mais les plans ont changé, car ces trois électro-moteurs seront remplacés par un seul moteur électrique tout nouveau, le "Dark Matter" - un moteur électrique de seulement 39 kilos en instance de brevet qui promet 800 CV et 1250 Nm de couple. La nouvelle configuration associe donc le 3 cylindres biturbo au « Dark Matter » et à la transmission LSTT, au lieu de 3 moteurs électriques Quarks avec le système Direct Drive. La combinaison des deux donnera ainsi une puissance maximale de 1400 ch et 1850 ch.

On frôle le délire

 Attendez, mais au départ la Gemera à trois électromoteurs promettait 1700 CV. Avec 1400 désormais, la déception serait-elle sur le point de surgir ? Non, car Koenigsegg a pensé à tout et a encore révélé une surprise, avec une autre configuration moteur possible : la version Koenigsegg Gemera HV8 (Hot V8).

Grâce à la compacité de la transmission LSTT, la Gemera pourra en effet accueillir un…V8, celui de la Jesko !  Le moteur a néanmoins dû etre adapté, repabtisé « Hot V8 » car l'échappement sort en haut au centre, mais sinon, il est très similaire au moteur Jesko. Avec cette nouvelle configuration de moteur, la Gemera peut ainsi cumuler les 1500 ch du HV8 en plus des 800 ch fournis par le moteur électrique Dark Matter, totalisant ainsi 2300 ch et 2750 Nm de couple - un nouveau record du monde pour un voiture de série. Les Pininfarina Battista et Rimac Nevera sont dépassées !

Au-delà de cette option V8 à 400.000 $ - ou environ 365.000 € - Koenigsegg a donné davantage de précisions sur le modèle de série de la Gemera qui sera commercialisé. Un Ghost Package sera proposé, constitué de divers éléments aérodynamiques dont un splitter allongé à l’avant, un dispositif aérodynamique S Duct et un aileron arrière. En outre, des rétroviseurs physiques font leur retour en lieu et place des caméras d’otigine, pour se conformer déjà aux normes du marché américain.

La Gemera entrera en production dans l'atelier Gripen fin 2024, avec des livraisons clients dans la première partie de 2025

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Koenigsegg dévoile la version de production de la Gemera, qui change de configuration moteur. Fini les trois électromoteurs associés au 3 cylindres biturbo, place à un nouveau électromoteur unique de 800 CV ! Et pour les plus fous, il pourra être associé à un V8, afin de cumuler 2300 CV de puissance. Décollage pour quand ?

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos