par Joest Jonathan Ouaknine

General Lee ressuscitée!

La première fois que j'ai vu Sheriff fais moi peur (The Dukes of Hazzard en V.O.), c'était aux Etats-Unis, en 1985. J'avais 6 ans et ça m'avait tout de suite plu.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Ensuite, quand j'ai revu la série sur La Cinq, puis sur Comedie, ça a fini par me lasser. Il est vrai que le scénario des épisodes est simple: un évenement inhabituel arrive à Hazzard, puis Bo et Luke se retrouvent dans le pétrin, ils pourchassent les méchants, leurs Dodge Charger fait un vol plané (avec l'avertisseur qui joue Dixie), l'AMC Matador des policiers finit dans le décor, Boss Hogg est ridiculisé et tout rentre dans l'ordre...

L'histoire de Sheriff fais moi peur commence avec son scénariste, Gy Waldron. En 1975, il a fait un film Moonrunners, vaguement inspiré de la vie de Jerry Rushing, une de ces personnes chargées, durant la prohibition, de transporter illégalement de l'alcool en roulant pied au plancher pour échapper aux flics. Son film n'a pas eu de succès et maintenant, Gy Waldron a eu l'idée d'en faire une série TV. Il y introduit la cousine Daisy, adepte du microshort et surtout, il remplace la paisible voiture des personnages principaux (Grady et Bobby, futurs Luke et Bo) par une Charger de 1969. Comme cette voiture s'appellait "Traveller" (du nom du cheval du général Lee), pourquoi ne pas baptiser la Charger General Lee?

La Warner Bros est emballée et en 1979, la série débute. Elle durera 7 saisons. Curieusement, le fournisseur de voitures de la série n'était pas Chrysler, mais AMC. D'où les Matador de police. En 1982, John Schneider et Tom Wopat (Bo et Luke) exigent une augmentation. Paul R Picard, le producteur, les vire (dans la série, on dit qu'ils débutent une carrière en Nascar) et les remplace par deux clones. L'audience chute, Schneider et Wopat sont rappelés en fin de saison. Mais les fans sont lassés, surtout qu'à partir de 1984, les sauts de Charger sont soit réalisés par des jouets, soit d'anciens sauts que l'on a inséré! En février 1985, la série s'arrête.

Et General Lee? Pour le pilote, la production a racheté la voiture d'un étudiant de Los Angeles (elle possède toujours le macaron du parking de l'université sur le pare-brise.)

Un arceau, une couche d'apprêt or, une couche d'orange, les fameux graphiques (01 sur les portes, drapeau confédéré, etc.) peints à la main, des jantes 15", un pare-buffle, une antenne CB et voilà!

Les coups de klaxon qui jouent Dixie et les bruits de 440 ont été rajoutés en post-prod'.

Pour le pilote, General Lee N°1 fait un saut devant l'université où Bo et Luke sont censés avoir étudiés. Elle atterrit sur la calandre et est méchamment amochée.

Quelques épisodes plus tard, repeinte en bleu, elle jouera l'épave d'une voiture de Richard Petty. Puis ce sera la décharge. Au total, entre 200 et 300 Charger seront utilisées, dont seules 19 ont survécu. A noter que pour les sauts, les voitures étaient lestées avec du béton dans le coffre, pour améliorer la répartition des masses!

En 2000, Travis Bell, président du North American General Lee Fan Club, découvre General Lee N°1 dans sa décharge. Mordu absolu, il décide de l'acheter pour quelques centaines de dollars et de la remorquer chez lui. Mais que faire d'une épave?

Il la revend sur eBay à 20 000$ et elle sera encore revendue à un certain Marvin Murphy pour 30 000$. Murphy demande à Bell de la lui restaurer.

Lors du démontage, ils découvrent qu'à part l'arrière (prélevé sur une autre Charger), la caisse est saine. La plupart des autres éléments seront réutilisés, y compris le bloc-moteur. Murphy laissera néanmoins un chèque de 70 000$ de remise en l'état.

A noter que pour fêter sa remise en route, ils ont invité John Schneider, qui a eu le droit de la conduire... Jusqu'au camion qui a amené General Lee 1 devant la fameuse université où fut tournée le pilote (mais elle n'y fit pas de saut.)

Source:

Edmunds.com

Pour résumer

La première fois que j'ai vu Sheriff fais moi peur (The Dukes of Hazzard en V.O.), c'était aux Etats-Unis, en 1985. J'avais 6 ans et ça m'avait tout de suite plu.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.