par Elisabeth Studer

Geely (Chine) : suspend sa production en Biélorussie

La société chinoise Geely, confrontée notamment à des problèmes logistiques, a suspendu la production de voitures dans son usine de Biélorussie. Le constructeur enregistre d’ores et des interruptions dans l'approvisionnement en matériaux et composants en provenance de Chine, écrit le Financial Times.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

La société chinoise Geely, confrontée notamment à des problèmes logistiques, a suspendu la production de voitures dans son usine de Biélorussie. Le constructeur enregistre d’ores et des interruptions dans l'approvisionnement en matériaux et composants en provenance de Chine, écrit le Financial Times.

Si les constructeurs automobiles chinois s'intéressent certes au marché russe, il n’en demeure pas moins que les sanctions internationales complexifient les affaires, d’autant plus que la Biélorussie se rapproche chaque jour un peu plus de l’ours russe. Des rumeurs laissent même entendre que des militaires biélorusses pourraient venir renforcer l’armée russe. Ce qui pourrait avoir des conséquences néfastes sur les implantations du constructeur chinois en Biélorussie.

Usine de Biélorussie : une épine dans le pied de Geely

Les constructeurs automobiles chinois prévoyaient jusqu’à présent de prendre pied sur le marché automobile russe. Mais la situation en Ukraine et le retrait de Russie de l'industrie automobile étrangère, changent la donne.

L'usine Geely de Biélorussie est désormais inactive. Desservant le marché russe, elle connaît une pénurie de matériaux : deux problèmes de taille pour l'entreprise chinoise, souligne le Financial Times.

Dans un contexte de sanctions internationales croissantes, les entreprises de l’Empire du Milieu seront prudentes quant à l'augmentation des investissements à l'étranger, selon des sources chinoises.

La Biélorussie : opportunité pour Geely d’accéder au marché russe et européen

En 2017, Geely avait semble-t-il opté pour une nouvelle stratégie en s’implantant en Biélorussie. Un pays appartenant à la sphère d’influence de la Russie, et qui dispose en outre d’accords commerciaux. Geely y voyait également une opportunité pour entrer sur le marché européen. La Biélorussie cherche pour sa part depuis de longues années à attirer des constructeurs automobiles.

L'usine vise à produire des voitures bon marché destinées en grande partie au marché de la Communauté des États indépendants (CEI), profitant de l'adhésion de la Biélorussie à l'Union économique eurasiatique (UEE).

L’usine est détenue en coentreprise entre le constructeur chinois et l’état Biélorusse. L’usine devait avoir une capacité initiale de 25 000 unités en 2018, 35 000 en 2019, et 60 000 à terme. De quoi faire face à une augmentation des ventes en Russie.

La Chine réalisait jusqu’à présent de nombreux investissements en Biélorussie. En particulier au sein de son programme « One Belt One Road ». Plan qui vise à développer une nouvelle « route de la soie ».

Notre avis, par leblogauto.com

Si Geely argumente cette suspension de production par des difficultés d’approvisionnement, il apparaît clairement que sa décision a été également dictée par des raisons géopolitiques.

Ce qui laisserait envisager une réticence accrue de Pékin pour soutenir Moscou.

Comme l'indique le Financial Times, son retrait potentiel va à l'encontre des attentes des analystes et de certains initiés de l'industrie selon lesquels les groupes chinois pourraient utiliser l'écart créé par l'"exode" de rivaux pour s'implanter davantage sur le marché automobile russe, d'autant plus qu'ils font face à la pression de Pékin pour augmenter leurs exportations.

A noter toutefois que le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères, Oleg Nikolenko, a déclaré mercredi, que la Biélorussie avait demandé à 12 diplomates ukrainiens de quitter le pays, dans les 72 heures. Ajoutant que son pays ne laisserait pas cette mesure hostile sans réponse, selon l'agence de presse officielle ukrainienne, Ukrinform.

Nikolenko a également fait savoir que cette action s'inscrivait dans le cadre de « la provocation médiatique continue de la partie biélorusse », en accusant les diplomates ukrainiens d'espionnage, en annonçant la réduction du nombre des employés de l'ambassade ukrainienne à Minsk (Biélorussie) et en fermant le Consulat ukrainien à Brest (Biélorussie).

"Le comportement de la Biélorussie est hostile et injustifié. L'Ukraine ne laissera pas ces actions sans une riposte appropriée que nous annoncerons plus tard", a-t-il ajouté.

Geely aurait-il eu vent de quelques actions militaires en Biélorussie en réaction à son "alliance" avec la Russie ?

Sources : BFM.RU, Financial Times, Anadolu Agency (Turquie)

Pour résumer

La société chinoise Geely, confrontée notamment à des problèmes logistiques, a suspendu la production de voitures dans son usine de Biélorussie. Le constructeur enregistre d’ores et des interruptions dans l'approvisionnement en matériaux et composants en provenance de Chine, écrit le Financial Times.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.