par Thibaut Emme

La fonderie MBF liquidée, 270 emplois supprimés

Un mois après avoir obtenu un sursis de la part du Tribunal, la fonderie MBF Aluminium est liquidée. Cela occasionne la suppression de 300 emplois.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Depuis des mois, des années, les fonderies fonte et/ou aluminium de France vivent des moments très délicats. Entre plans sociaux, rachats partiels, et fermetures, la filière fonderie française va très mal. Aujourd'hui, c'est dans le Jura que cela se passe, à Saint-Claude.

La fonderie MBS, on vous en a parlé il y a un mois, quand les espoirs étaient encore de mise et que les salariés se battaient pour convaincre un repreneur de s'engager. Pourtant il y avait un projet qui avait les faveurs des syndicats. Il devait retenir 229 salariés sur les 270 et continuer l'activité de l'entreprise, débutée en 1948.

Manque de soutien des constructeurs français et de l'Etat selon les syndicats

Hélas, comme il y a un mois, ce projet a été jugé comme manquant de garanties financières. Pourtant, l'entrepreneur Michaël Azoulay semblait confiant. Il devait même y avoir une aide de la région. Mais, selon "un observateur du dossier", l'absence d'engagements de commandes des principaux clients de l'entreprise, Renault et Stellantis a pesé dans la balance rapporte l'AFP.

C'est d'ailleurs ce qui fait dire à la CGT, par la voix de Nail Yalcin, son délégué que "L'État (les) a condamnés". Il ajoute : "On avait du boulot jusqu'en 2025, et là on doit fermer la boutique, l'Etat a ouvert la porte aux constructeurs automobiles pour qu'ils s'échappent, c'est leur stratégie".

Les salariés estiment que le gouvernement aurait pu, en tant qu'actionnaire des constructeurs peser de son poids pour que ces derniers soutiennent la fonderie. "On a été mis à mort alors qu'on avait du boulot, on est dégoûtés" ajoute Saverio Vadala, représentant de l'intersyndicale CGT-CFDT-Sud de l'entreprise.

D'autres estiment que l'Etat aurait pu apporter sa garantie financière, comme il l'a fait des dizaines de fois depuis plus d'un an. Mais, il ne faut pas oublier que cette garantie, l'Etat l'a toujours subordonnée à la viabilité des projets et des entreprises. A-t-on jugé que la fonderie n'avait plus d'avenir ? C'est rude.

Un fonds créé pour amortir la désindustrialisation en cours

Le Gouvernement a signé, la semaine passée, la création d'un "fonds d'accompagnement et de reconversion des salariés de la filière automobile" avec l'industrie automobile. Ce fonds, doté de 50 millions d'euros, doit aider à la reconversion des salariés de sous-traitants placés en liquidation ou en redressement judiciaire. Renault et Stellantis abonderont le fonds à hauteur de 20 millions d'€. Le restant, 30 M€, sera apporté par l'Etat.

La colère des salariés de MBF s'est exprimée à Dijon (là où se trouve le Tribunal qui a prononcé la liquidation NDLA) avec un véhicule de l'entreprise renversé sur les rails du tramway et brièvement incendié.

La présidente sortante (PS) de la région Bourgogne-Franche-Comté Marie-Guite Dufay, candidate à sa réélection dimanche prochain dénonce de son côté une "catastrophe industrielle pour tout le bassin de Saint-Claude".

Les prochains mois devraient voir plusieurs autres fonderies en France en grande difficulté.

Avec AFP/cor/ppy/bow

Pour résumer

Un mois après avoir obtenu un sursis de la part du Tribunal, la fonderie MBF Aluminium est liquidée. Cela occasionne la suppression de 300 emplois.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.