par Nicolas Anderbegani

Foncer sur l'Autobahn : bientôt du passé !

Quelques semaines plus tôt, l'homme d'affaires tchèque Radim Passer avait défrayé la chronique en dépassant les 400 Km/h (417 exactement) avec sa Bugatti Chiron sur un tronçon d'autoroute à vitesse illimitée, le tout étant mis en scène et diffusé sur les réseaux sociaux. Même si "l'exploit" avait suscité de vives réactions de la part des autorités, aucune charge n'a pu être engagée contre le fou du volant, puisque la performance, condamnable moralement, n’avait pas enfreint la loi. Mais ce genre de folie sera bientôt terminé, à moins de devenir un vrai "criminel" de la route cette fois-ci ! L’Allemagne est en effet en passe de connaître une révolution culturelle.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie
Podcast Men's Up Life
 

Un accord historique

Une décision historique a été adoptée par principe en Allemagne, en attendant une officialisation législative en bonne et due forme : en marge d’un sommet de deux jours sur les enjeux environnementaux, les différents ministres fédéraux de l’écologie se sont tous mis d’accord pour bannir la vitesse illimitée dans le pays.

Serpent de mer qui revenait épisodiquement dans le débat, le sujet avait déjà été mis sur la table dès la fin de l'année 2021 par les écologistes, dont le nouveau chancelier Olaf Scholz a eu besoin pour former une nouvelle coalition gouvernementale. A l'appui d'une étude de l’Agence fédérale de l’environnement démontrant qu'une généralisation à l'ensemble du territoire des limitations de vitesse permettrait d'économiser plusieurs millions de tonnes de CO2 d'émissions polluantes, les partisans de la fin de "l'exception culturelle allemande" ont eu le dernier mot, alors que le sujet avait été dans un premier temps mis sous le tapis par le gouvernement. Mais il y a fort à parier que la crise énergétique suscitée par le conflit en Ukraine, qui a encore plus mis en lumière la dépendance énergétique de l'Allemagne, et les derniers rapports alarmants du GIEC ont pesé encore plus sur la balance.

La mesure n'est pas encore ratifiée et il revient au Bundestag de donner le feu vert définitif, avant de passer la main aux Länder qui devront transcrire cela dans leurs lois. Reste à savoir quelle sera la limitation de vitesse officiellement adoptée : 130, 120 ou 110 Km/h, comme le préconise, à titre personnel, Elisabeth Borne, pour nos autoroutes tricolores ?

Ce Bundestag avait déjà rejeté deux propositions de loi sur la limitation de vitesse le 17 octobre 2019 et le 16 septembre 2020. Le Bundesrat (conseil fédéral) l’avait également rejetée le 14 février 2020. Longtemps, les constructeurs allemands ont représenté un puissant lobby capable d’empêcher la limitation des vitesses. Sauf que les temps ont changé. Le premium germanique est désormais orienté à fond sur l'électromobilité, le développement durable et met davantage en exergue les technologies embarquées que la puissance brute. Même si les bolides sont encore là, les constructeurs ne communique plus autant sur la puissance et les performances de leurs grosses cylindrées, ce qui longtemps un des piliers de leur marketing. Les mentalités évoluent aussi rapidement, surtout chez les jeunes générations qui n'ont plus le même rapport à la "bagnole" que les anciennes générations. Même Sebastian Vettel s'est prononcé en faveur des limitations !

Quelles sont les règles actuelles ?

Pour rappel, les autoroutes allemandes, gérées depuis 2021 par une agence fédérale centralisée, appliquent les règles suivantes :

  • Absence de limitation de vitesse lorsque aucune limitation n'est précisée

  • Les portions sans limitations représentent environ 66 % du réseau qui atteint 13192 kilomètres (le 4e au monde), la vitesse maximum conseillée y est de 130 km/h.

  • Un tiers des portions sont limitées à 130 km/h (plus rarement 100 km/h). Certaines autoroutes sont également équipées de panneaux de signalisation électroniques qui permettent d'ajuster la limite de vitesse en fonction du trafic ou des conditions météorologiques.

  • Le dépassement de la vitesse recommandée n'est pas une infraction pénale ou administrative à moins qu'il n'y ait des panneaux de signalisation limitant la vitesse ; cependant, en cas d'accident, une responsabilité solidaire peut être prise en compte en raison d'un risque opérationnel accru.

Le Land de Brême est le seul Land allemand qui ne possède pas de tronçon d'autoroute où les vitesses supérieures à 120 km/h sont autorisées. Sur les quelque 60 km d'autoroute du Land de Brême, le dernier tronçon de l'A 27 sans limite de vitesse, long d'environ six kilomètres, a été restreint en conséquence le 9 avril 2008.

Un pan d'histoire

Pas physique pour un sou, Adolf se la joue Benito et donne du coup de piocheCredit Photo - archive swr

L’Autobahn a une forte charge symbolique en Allemagne. Le régime nazi en fit d’ailleurs un objet de propagande puissant, récupérant à son profit intégral le développement du réseau, qui avait en fait commencé dès la République de Weimar. Un projet de plus de 20000 kilomètres avait été élaboré au milieu des années 20. La première autoroute allemande est inaugurée en 1932 par Konrad Adenauer, futur chancelier de RFA, et reliait la ville de Cologne à Bonn. Mais sous le régime nazi, le tronçon Cologne-Bonn perd son statut et devient une route nationale, ce qui permet à Hitler d'annoncer en grande pompe à la foire automobile de Berlin de 1933 qu'il allait créer les autoroutes qui auraient germé dans son esprit dès 1923, au moment où il rédige Mein Kampf. Un mythe encore tenace aujourd'hui...

Les « autoroutes du Reich » étaient mises en scène comme les artères d'une Allemagne moderne, au même titre que les voies pavées de l’Empire romain, les reportages véhiculant – comble du paradoxe – un idéal de liberté en plein état totalitaire. C’est sur ces autoroutes que les records de vitesse furent établis dès les années 30 par Mercedes et Auto-Union.

Jusque là compétence des régions, le Reich, centralisateur à l’extrême, récupère la prérogative législative générale et publie une première loi de circulation routière en 1934 qui abolit toutes les limitations de vitesse, avant de les réintroduire en 1939 face à l’augmentation des accidents.

Les limitations sont de nouveau enlevées dès 1953 en RFA, puis réintroduites en ville en 1957 tandis que du côté de la RDA, les limitations ont toujours existé et étaient fixées à 100 Km/h sur autoroute. Les mauvaises langues disaient que, de toute façon, peu de voitures « de l’est » étaient capables de dépasser les 100 Km/h…Face à la recrudescence des accidents à la fin des années 60, une limitation à 100 Km/h est fixée à partir de 1972 sur l’ensemble des routes hors agglomération, sauf sur les autoroutes.

Entre novembre 1973 et mars 1974, en plein premier choc pétrolier, une limite de vitesse générale de 100 km/h est appliquée aux autoroutes afin d'économiser du carburant. Alors que le gouvernement fédéral voulait à l'époque prolonger la limite de vitesse, le Bundesrat s'est opposé à ce projet. Finalement, il a été abrogé et en 1974, on introduit à la place une vitesse recommandée pour les autoroutes et les routes directionnelles en dehors des agglomérations fixées à 130 Km/h.

 

sources : ADAC, wikipedia

Pour résumer

La fameuse particularité des autorutes allemandes, dont une partie du réseau n'imposent pas de vitesse limitée, est en passe de disparaître sous la pression des écologistes. Reste à déterminer quelle vitesse seuil sera retenue.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.