par La rédaction

Fiat/GM Europe : Saab ne serait pas dans la corbeille

Alors que les discussions entre les candidats au de l'autre Magna en partenariat avec deux investisseurs russes (sans compter les divers fonds souverains), risquent de s'accélérer dans les prochaines heures (avec son lot de rumeurs, d'annonces puis de démentis), on apprend que Saab ne serait pas dans les petits papiers italiens. Ou plutôt se tournerait plus vers un autre partenaire. Bonne ou mauvaise nouvelle pour le constructeur suédois dont General Motors souhaite définitivement se séparer de sa filiale nordique au début de l'été ?

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Alors que les discussions entre les candidats au rachat de GM Europe, en clair d'un côté Fiat et de l'autre Magna en partenariat avec deux investisseurs russes (sans compter les divers fonds souverains), risquent de s'accélérer dans les prochaines heures (avec son lot de rumeurs, d'annonces puis de démentis), on apprend que Saab ne serait pas dans les petits papiers italiens. Ou plutôt se tournerait plus vers un autre partenaire. Bonne ou mauvaise nouvelle pour le constructeur suédois dont General Motors souhaite définitivement se séparer de sa filiale nordique au début de l'été ?

Les propos affirmés par le directeur général de Saab (Jan-Ake Jonsson) puis conformés par le porte-parole écartent une reprise éventuelle par Fiat. Selon le porte-parole, des contacts auraient bien été inités entre le constructeur suédois, l'Italien et le gouvernement suédois mais sans suite. En clair, Saab compte davantage sur les autres prétendants déclarés, officieusement, dans le cadre de son rachat prochain. "Nous avons jusqu'ici dix candidats très intéressés qui nous ont rendus visite à Trollhattan", s'est exprimé Eric Geers, le porte-parole.

Et parmi ces dix repreneurs, point de représentant de Fiat ayant visiblement fait le chemin en Suède. Au petit jeu du poker menteur, une autre source proche de Saab indique au contraire que le gouvernement suédois verrait d'un bon oeil son constructeur national absorbé avec les autres filiales de GM.

Quant à Saab, il ne lui reste que quelques jours (jusqu'au 20 mai précisément) pour se restructurer avec le souhait de parvenir à un accord définitif au plus tard au début de l'été.

A lire également. Saab : nouvelle échéance fixée au mois de mai et Fiat/GM Europe : l'Italien n'est pas le seul en lice.

Source : Automotive News et Reuters.

Pour résumer

Alors que les discussions entre les candidats au de l'autre Magna en partenariat avec deux investisseurs russes (sans compter les divers fonds souverains), risquent de s'accélérer dans les prochaines heures (avec son lot de rumeurs, d'annonces puis de démentis), on apprend que Saab ne serait pas dans les petits papiers italiens. Ou plutôt se tournerait plus vers un autre partenaire. Bonne ou mauvaise nouvelle pour le constructeur suédois dont General Motors souhaite définitivement se séparer de sa filiale nordique au début de l'été ?

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.