Fermeture des voies sur berge :
par Thibaut Emme

Fermeture des voies sur berge : "40 millions d'automobilistes" sonne la révolte

La mairie de Paris est en guerre contre les automobiles et les automobilistes, responsables selon elle de tous les maux des Parisiens. Après avoir réduit certaines grandes artères, créé des quartiers verts ou autre, la mairie de Paris a décidé de s'attaquer aux voies sur berge en les fermant ou en y installant feux rouges, vélos et piétons. Mais la résistance s'organise. "40 millions d'automobilistes" lance une pétition en ligne contre ce réaménagement.

Zapping Le Blogauto Essai Jeep Avenger de 156 chevaux

La mairie de Paris est en guerre contre les automobiles et les automobilistes, responsables selon elle de tous les maux des Parisiens. Après avoir réduit certaines grandes artères, créé des quartiers verts ou autre, la mairie de Paris a décidé de s'attaquer aux voies sur berge en les fermant ou en y installant feux rouges, vélos et piétons. Mais la résistance s'organise. "40 millions d'automobilistes" lance une pétition en ligne contre ce réaménagement.

Les voies sur berge font partie intégrantes de la ville de Paris depuis plus de 50 ans. Décidé au milieu des années 60 l'aménagement des voies sur berge a permis à des millions d'automobilistes de traverser plus rapidement la capitale et/ou de se rendre au cœur de la ville en gagnant de précieuses minutes. Las, la mairie de Paris ne l'entend pas de cette oreille et décide donc de balayer d'un trait de plume tout ou partie de ces voies rapides empruntées quotidiennement par plus des centaines de milliers de véhicules.

Forte de ses plus de 320 000 adhérents l'association de défense des automobilistes "40 millions d'automobilistes" a donc décidé de passer à la contre-offensive et de mettre en ligne une pétition pour défendre l'existence actuelle de la voie Georges Pompidou (rive droite) et de la voie sur berge rive gauche. Point d'aveuglement partisan mais un argumentaire particulièrement étayé, chiffres à l'appui.

 Selon l'association, cette fermeture sur la rive gauche, et l'ouverture aux piétons et aux "circulations douces" est surtout un contre-sens écologique et social. En effet, les automobilistes qui empruntent les voies sur berge le font rarement de gaieté de coeur et ne prendront pas plus les transport en commun que maintenant. Ce sont selon l'association 40 000 voitures par jour qui se reporteront donc sur les quais, les rues adjacentes et très certainement le périphérique augmentant alors les embouteillages sur ces axes.

De plus beaucoup de personnes empruntant les voies sur berge en voiture viennent de la banlieue plus ou moins proche de Paris. Ces personnes ne sont pas sur une ligne de train, ou doivent opérer plusieurs changements pour se rendre sur leur lieu de travail, rendez-vous ou autre. Cette fermeture et "piétonnisation" augmenteront donc le clivage entre les parisiens intra-muros et les franciliens. Selon l'estimation de l'association les temps de parcours seront rallongés de 20% environ.

Des arguments qui se rajoutent à d'autres, avancés par des acteurs de la circulation parisienne inattendus comme AirParif. En effet selon une étude d'AirParif la circulation automobile des particuliers ne représente que 10% environ de la pollution aux particules fines. La plus grande partie de cette pollution étant importée (via l'atmosphère) et issue de réactions chimiques des polluants industriels, agricoles, mais également des sources surprenantes comme le chauffage au bois. L'automobile tant montrée du doigt ne serait donc qu'un chiffon rouge que l'on agite pour faire diversion ?

Du coté de la mairie de Paris, on considère que ce réaménagement profitera à tout le monde et on fait même le voeu pieu d'un "boulevard parisien moderne, et harmonieux, équipé de feux rouges, où cohabiteront piétons, circulations douces et voitures" (sic). Pour plus d'informations sur les projets de réaménagement vous pouvez suivre ce lien.

L'aménagement des voies sur berge prend même un tournant politique puisque l'ancien Premier Ministre François Fillon avait bloqué la décision de la mairie de Paris d'interdire la circulation sur une partie de la voie rive gauche, blocage très vite levé lors de l'alternance politique issu des présidentielles. Au milieu de tout cela on trouve les automobilistes accusés d'être les vilains de l'histoire et ayant l'impression d'être des parias.

Pour la pétition, c'est par ici via le lien.

Source : 40 millions d'automobilistes, Photo : Wikimedia

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

La mairie de Paris est en guerre contre les automobiles et les automobilistes, responsables selon elle de tous les maux des Parisiens. Après avoir réduit certaines grandes artères, créé des quartiers verts ou autre, la mairie de Paris a décidé de s'attaquer aux voies sur berge en les fermant ou en y installant feux rouges, vélos et piétons. Mais la résistance s'organise. "40 millions d'automobilistes" lance une pétition en ligne contre ce réaménagement.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.