par Elisabeth Studer

Esso-ExxonMobil: production normale des raffineries d'ici 2 à 3 semaines

Même si les tensions se sont quelque peu apaisées entre salariés et direction d’Esso-ExxonMobil, le retour "à une situation de marche normale" dans les deux raffineries du groupe prendra "deux à trois semaines", a indiqué le groupe vendredi dans un communiqué.
Pour rappel, ces sites étaient paralysés par un mouvement social depuis fin septembre, sur fond de revendications de hausses salariales, alors que la major pétrolière a enregistré des «superprofits à la faveur de la flambée du cours de brut consécutive à la guerre en Ukraine.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Redémarrage progressif des raffineries

"Les unités des deux raffineries d'Esso Raffinage seront progressivement redémarrées selon les protocoles de sécurité nécessaires et de façon à minimiser les nuisances", précise Esso.

Ajoutant que durant les deux à trois prochaines semaines, "les productions des deux sites n'auront pas retrouvé leur niveau optimal ».

Les productions d'Esso Raffinage ont été à l'arrêt complet sur l'ensemble de cette période, selon le groupe. Lequel ajoute que les volumes de ventes sur septembre ont baissé de 25% par rapport à août.

Délai d'une semaine environ pour rétablir la situation selon le Ministère

Vendredi soir, une source au sein du ministère de la Transition énergétique a indiqué que les premiers effets du déblocage des dépôts seront assez immédiats, évoquant un délai "de l'ordre d'une semaine pour rétablir la situation" et "donc des stations qui reviennent à la normale la semaine prochaine".

Approvisionnement contingenté des dépôts pétroliers

Mais même si les raffineries étaient à l’arrêt, Esso ExxonMobil n’est pas totalement dépourvu de carburants. Le groupe affirme ainsi avoir pu "maintenir un approvisionnement contingenté des dépôts pétroliers" qu'il utilise grâce à sa "logistique opérationnelle".

Mercredi, le gouvernement avait réquisitionné des personnels "indispensables au fonctionnement" du dépôt de carburant de la raffinerie Esso-ExxonMobil de Gravenchon-Port-Jérôme (Seine-Maritime).

La grève levée vendredi

Le 20 septembre dernier, avait débuté une grève ayant pour objectif d’obtenir des augmentations de salaire tenant compte à la fois de l’inflation et des superprofits enregistrés par le groupe. Le mouvement social été levé vendredi sur le site de Port-Jérôme-Gravenchon (Seine-Maritime) et jeudi à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), un accord salarial ayant pu être conclu mardi.

Assez de stocks affirme le gouvernement

"On a à la fois des stocks commerciaux et des stocks stratégiques (...) ils ont été conçus pour durer 90 jours, donc étant donné la durée du conflit il nous en reste encore beaucoup", a indiqué par ailleurs une source à Matignon.

Ajoutant que le retour à la normale des dépôts et la réquisition du dépôt TotalEnergies de Mardyck près de Dunkerque permettaient d’avoir suffisamment de volumes de stock pour que « la fermeture des raffineries qui n'ont pas encore redémarré ne soit pas un problème aujourd'hui".

Sources : AFP, Esso-Exxon Mobile

Podcast Men's Up Life
 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.

Pour résumer

Même si les tensions se sont quelque peu apaisées entre salariés et direction d’Esso-ExxonMobil, le retour "à une situation de marche normale" dans les deux raffineries du groupe prendra "deux à trois semaines", a indiqué le groupe vendredi dans un communiqué.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.