par Joest Jonathan Ouaknine

Essai Audi A7 Sportback 3,0l TDI: la passion raisonnable (2/2)

Suite et fin de l'essai Audi A7 Sportback. Si l'extérieur est inédit, à l'intérieur, c'est bien une Audi...

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Suite et fin de l'essai Audi A7 Sportback. Si l'extérieur est inédit, à l'intérieur, c'est bien une Audi...

On retrouve donc les caractéristiques des intérieurs de la firme aux anneaux. La qualité d'assemblage, la finition et la qualité perçue sont sans reproche. Les plastiques sont solides, les inserts en alu sont en vrai aluminium et lorsque vous fermez la porte, vous avez un "clap" réconfortant.

D'autres trouveront que cela manque cruellement de fantaisie.

La principale différence avec les autres grandes berlines, c'est la position de conduite: vous êtes assis assez bas, comme sur un roadster. Tant pis pour les amateurs de SUV!

C'est une vraie 4 places. Les passagers ne souffriront pas de la ligne du toit. Par contre, il n'y a pas de 5e place, même d'appoint. De toute façon, avec le tunnel de transmission, le pauvre aurait souffert...

Equipement

Evidemment, à ce niveau de gamme, la dotation est pléthorique. Voici une sélection du "bien" et du "moins bien".

Les passagers à l'arrière sont chouchoutés. Ils ont droit à une prise 12V, à leur propre climatisation bi-zone...

Et à leurs propres ampoules individuelles de plafonnier!

Les grands constructeurs premium s'amusent à introduire de nouveaux gadgets, afin de rendre jaloux la concurrence.

Sur le GPS de l'A7, vous pouvez écrire vous destination avec vos doigts! Vous faites un "N"sur le touchpad...

L'écran lit votre gribouillis...

Et le transforme en "N"!

D'habitude, je râle volontiers contre les GPS embarqués. Pour une fois, j'ai trouvé celui d'Audi bluffant, au-delà du gadget tactile.

Ainsi, il connait même les voies de parking de centres commerciaux!

En plein milieu du guidage GPS, vous trouvez qu'il fait chaud? Chez BMW, le simple fait de toucher à la climatisation vous fait sortir du menu "navigation".

Chez Audi, un mini écran apparait en surimpression sur la navigation et il disparait aussitôt.

Evidemment, il y a une prise pour iPod/iPhone, dans le rangement de l'accoudoir central. Vous branchez votre appareil dessus...

Et il le reconnait. Vous pouvez ainsi écouter vos morceaux (du moins, uniquement ceux que vous avez acheté sur iTunes.)

La prise iPod me permet une transition vers le "moins bien". On est en 2011 et on parle d'une voiture à 72 700€! On aurait pu avoir un socle, non? Au lieu de ça, on dirait un bricolage réalisé à 5 minutes du lancement!

Plus généralement, je suis mécontent de l'évolution du MMI (MultiMédia Interface.) A l'époque où je travaillais pour eux, il était très instinctif. Pour la formation, on nous avait donné une liste de choses à faire, on se mettait au volant d'une Audi et on avait 5 minutes pour s’exécuter!

Avec les clients, voici le genre de conversation typique:

Moi: "Vous avez quoi, comme voiture?"

Client: "Une BMW."

Moi: "Et franchement, vous savez manipuler l'I-Drive?"

Client: "Euh..."

Moi: "On est d'accord. Ici, pas de chichi. Si vous cherchez une destination, vous cliquez sur "Nav", vous sélectionnez votre ville, lettre par lettre, vous cliquez avec la molette sur "OK" et il fait tout, tout seul!"

Hélas, depuis, ils ont cédé à la tendance "Biactol". L'actuel MMI a "rattrapé" l'I-Drive de BMW ou le COMAND de Mercedes...

Le touchpad est très perfectible. Déjà, il est sur votre droite, sur la console centrale (merci pour les gauchers...)

Ensuite, il a parfois du mal à reconnaitre votre écriture. Par exemple, mon "N", il le prend pour un "V" 4 fois sur 5.

Et comme il n'y avait pas assez de boutons sur la console centrale, ils ont mis des fonctions satellite au volant!

J'imagine que la cible visée sont les CSP++, ayant une certaine maturité. Des personnes ayant ce profil et qui savent à peine ouvrir un classeur Excel, j'en ai rencontré quelques uns. Alors j'aimerai bien savoir, qui, parmi la cible, arrive à utiliser ne serait-ce que 50% des fonctions du MMI...

Trop d'information tue l'information. Lorsque vous roulez, plein de choses s'affichent et cela peut vous déconcentrer.

Encore une fois, les BMW et les Mercedes ont les même travers. Mais est-ce qu'Audi était obligé de les copier?

And now, for something completely different. Le coffre est vaste et il possède des parois verticales, très utiles pour le chargement.

L'ouverture du coffre possède une assistance électrique et pour le refermer, il suffit de presser un bouton. Un détail déjà vu, mais toujours appréciable pour les personnes de petite taille ou ayant les mains prises.

Ce qui gâche l'ambiance, c'est la présence d'une galette. En option, vous pouvez demander des pneus avec roulage à plat, mais point de vraie roue de secours.

Essayez d'imaginer une A7 roulant avec une galette. Vous seriez bon pour le FAILblog...

Motorisation

Ce modèle d'essai est équipé du V6 3,0l TDI 245 ch accouplé à une boite S-Tronic. La version 245ch est uniquement disponible en Quattro.

Le moteur est très silencieux, y compris à froid. Il dispose d'un Stop&Start assez discret. Avec 500Nm, les reprises sont époustouflantes pour une voiture de 1 770kg à vide, sans vocation sportive. Y compris lorsque la boite est en mode "normal".

En ville, elle se montre très maniable. La Renault Latitude que j'avais précédemment conduite mesurait 8cm de moins et pourtant, elle faisait davantage "bateau".

Ensuite, évidemment, avec 4,97m, elle est beaucoup plus longue que les citadines...

Sur autoroute, aucun souci, les suspensions gomment les inégalités et l'insonorisation est excellente. Elle est donc taillée pour les longs trajets.

Je me suis amusé à l'essayer sur mon "parcours tonique" personnel et j'ai été surpris du résultat. Grâce à la position de conduite, on peut bien lire la route et attaquer. Les trains roulants vous laissent une belle marge de manœuvre. Quant au Quattro, il possède une adhérence diabolique, qui autorise des vitesses et des comportements peu raisonnables sur route...

Conclusion

L'A7 est un bon compromis entre berline et coupé. Elle possède l'habitabilité de la première et le dynamisme de la seconde.

Elle vous permettra d'aller chercher vos clients à l'aéroport ou de partir en rendez-vous à l'autre bout de la France et durant vos loisirs, vous pourrez profiter des petites routes...

Pour ma part, je l'ai beaucoup appréciée, car je préfère les voitures relativement discrètes et sérieuses à tout point de vue. On peut néanmoins lui reprocher de manquer d'un grain de folie. Un grain de folie que l'on trouvera sur la S7?

A lire également:

Essai Audi A7 Sportback 3,0l TDI: entre passion et raison (1/2)

Pour résumer

Suite et fin de l'essai Audi A7 Sportback. Si l'extérieur est inédit, à l'intérieur, c'est bien une Audi...

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.