par Joest Jonathan Ouaknine

Dakar 2016 : les "autres"

Chaque année, à l'approche du Dakar, des "petits" concurrents dévoilent leurs véhicules, font des déclarations... Mais une fois que l'épreuve débute, on n'a d'yeux que pour la tête de course. Et les "autres", que sont-ils devenus ?

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Chaque année, à l'approche du Dakar, des "petits" concurrents dévoilent leurs véhicules, font des déclarations... Mais une fois que l'épreuve débute, on n'a d'yeux que pour la tête de course. Et les "autres", que sont-ils devenus ?

Emiliano Spataro, Renault Duster, 18e

Christian Lavieille, Renault Duster, 19e

Fernando Luis Bradach, Renault Duster, abandon

Deux Duster dans le top 20, un demi-succès pour l'autre constructeur français du Dakar. Spataro s'était mieux débrouillé en 2014, alors qu'il avait moins de moyens. Malgré l'implication de la maison-mère et l'arrivée du chevronné Lavieille, les Duster n'ont même pas chatouillé les Peugeot. En plus, Bradach a renoncé, comme en 2015.

Romain Dumas, Peugeot 2008 DKR, 20e

L'an dernier, Dumas avait abandonné à trois jours du but. De retour avec un 2008 DKR "2015" qu'il a à peine pu appréhender, il n'a guère d'illusion. En terminant, même 20e, il fait mieux que Carlos Sainz !

Ronan Chabot, Toyota Hilux, 22e

Encore un bilan mitigé. 5e de l'armada des Hilux, Le pilote Toyota France termine à l'un de ses plus mauvais classements. 18e à la fin de la première semaine, il s'est hélas fait chasser du top 20 ensuite.

Tim Coronel, buggy Maxxis/Suzuki, 35e

Tom Coronel, buggy Maxxis/Suzuki, abandon

Le Dakar commence très mal pour les jumeaux Coronel. Tim se retrouve englué en queue de peloton. Le quatrième jour, Tom s'embourbe dans un boyau. Faute de place pour passer, un camion lui roule dessus. Le pilote de WTCC poursuit avec l'assistance. Beau joueur, il prend un selfie avec le routier pas très sympa et soutien son frère. Tim profite des abandons pour remonter. Pour la première fois depuis 2013, il voit l'arrivée et il réalise sa meilleure performance.

Moreno Piazolli, Foton, 42e

Alvaro Chicharro, Foton, 51e

Foton est désormais l'unique constructeur chinois présent au Dakar (y compris en comptant d'éventuels privés.) Avoir deux voitures à l'arrivée, c'est déjà bien.

Robby Gordon, Gordini, abandon

Sheldon Creed, Gordini, abandon

L'ex-pilote de CART et de Nascar est désormais l'un des meilleurs privés du Dakar. Néanmoins, non seulement l'édition 2016 est très piégeuse, mais MINI et Peugeot impose un rythme infernal. Ralenti d'emblée, Gordon remonte péniblement. Deux journées terminées dans le top 10 prouvent qu'il mérite mieux. Puis tout s'effondre le dernier jour et Gordon de fermer la liste des abandons. "Ce n'est pas le résultat que l'on espérait", déclare le pilote sur son site.

Quant à son poulain Creed, il renonce au 9e jour, après avoir navigué dans le top 30.

Mao Ruijin, Polaris, 65e (sur 67)

He Zitao, Toyota Hilux, abandon

Guo Meiling, MINI, abandon

Ce n'est pas l'année des pilotes Chinois. Zhou Yong, présent lors de la présentation, n'est pas sur la ligne de départ. Par contre, on trouve trois novices. Guo a pour tout palmarès une coupe des Dames au Taklimakan Rally 2015. Lors du prologue, sa MINI privée "Chinoise" ex-Zhou fonce dans la foule. MINI réagit en l'éliminant des communiqués, y compris ceux listant les concurrents privés en MINI.

He renonce au début de la deuxième semaine. Enfin, à bord d'un quad carrossé, Mao ferme quasiment la marche.

Jan Lammers, Ginaf, abandon

L'improbable Jan Lammers dispute son septième Dakar avec un Ginaf plus ou moins privé. L'ex-pilote de F1 tient deux journées avant d'être trahi par sa monture. Le sort du constructeur est assez flou. Néanmoins, Ginaf jure qu'il disputera le Silk Way 2016 et le Dakar 2017. Avec Lammers au volant ?

Crédits photos : Dakar (photo 1), Renault Argentina (photo 2), Romain Dumas (photo 3), Toyota (photo 4), Tom Coronel (photo 5), Foton (photo 6), Robby Gordon (photo 7), FASC (photo 8), Ginaf (photo 9.)

Pour résumer

Chaque année, à l'approche du Dakar, des "petits" concurrents dévoilent leurs véhicules, font des déclarations... Mais une fois que l'épreuve débute, on n'a d'yeux que pour la tête de course. Et les "autres", que sont-ils devenus ?

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.