par Elisabeth Studer

Bosch Rodez : accord entérinant 750 pertes d'emplois

750 postes de travail vont bien être supprimés sur le site Bosch de Rodez (Aveyron). Les syndicats du géant allemand de l’équipement automobile ont en effet signé cette semaine un accord entérinant une "transformation" de l’usine et la perte d’un tel nombre d’emplois.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Pas de départ contraint … avant fin 2028

Bosch s'est engagé à ce que la baisse des effectifs soit progressive, par le biais de retraites anticipées, de départs volontaires. De telle sorte qu'il n'y ait aucun départ contraint avant fin 2028.

Pour rappel, le 5 mars, Bosch avait annoncé vouloir supprimer 750 emplois dans son usine de Rodez qui produit des injecteurs pour moteur diesel. Seuls 500 salariés voyant leur poste conservé.

Après des mois de négociations, le projet d'accord avait été soumis au vote des salariés de l'entreprise le 2 décembre. Quelque 72% des salariés avaient participé à cette consultation et l'accord avait été approuvé par plus de 86% des votants.

Le site de Bosch Rodez victime de la fin du diesel

Le site de Rodez a notamment souffert de la baisse générale des ventes de véhicules engendrée par la crise sanitaire, mais cet élément conjoncturel aura été le verre d’eau qui aura fait débordé le vase rempli par une cause beaucoup plus structurelle : la remise en cause des moteurs thermiques et tout particulièrement du diesel.

Un accord permettant d’assurer l’avenir du site selon Bosch

La direction a souligné jeudi que cet accord permettait d'"assurer l'avenir du site", en diversifiant la production.

Le texte prévoit notamment l'arrêt de la production d'injecteurs et le début de la production de piles à hydrogène pour des camions frigorifiques.

Tout en le jugeant "insuffisant pour garantir l'avenir du site de Rodez", la CGT avait décidé de signer cet accord afin de "respecter le choix des salariés".

La CFDT a décidé de signer pour des raisons analogues, tout en restant "sceptique sur la vision industrielle" ou "la charge de travail, à la suite du départ progressif de 750 salariés".

Le syndicat Sud a souligné qu'il était important pour les salariés qu'aucun licenciement sec n'intervienne avant 2028.

C'était jusqu'ici le point d'achoppement des négociations, car initialement, la direction ne souhaitait pas s'engager sur ce point au-delà de 2025.

Notre avis, par leblogauto.com

Retrouver un emploi en Aveyron pourrait s’avérer difficile …

Quant à Bosch, n’aurait-il pas pu mieux sentir le vent et s’adapter à la disparition progressive des moteurs diesel ? Un tournant certes difficile à prendre, dans tous les sens du terme, un tel virage nécessitant une grande souplesse industrielle.

Sources : Bosch, AFP

Pour résumer

750 postes de travail vont bien être supprimés sur le site Bosch de Rodez (Aveyron). Les syndicats du géant allemand de l’équipement automobile ont en effet signé cette semaine un accord entérinant une "transformation" de l’usine et la perte d’un tel nombre d’emplois.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.