par Frederic Papkoff

BMW X5: un zest de style, le reste pour les moteurs

La gamme en particulier du X6.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

La gamme BMW est en pleine effervescence en ce début d'année. Nouveaux modèles, nouvelles motorisations, voici à présent le lifting du X5, accompagné comme il se doit de nouvelles motorisations, déjà entrevues par ailleurs à bord des autres modèles de la gamme, et en particulier du X6.

Le plus imposant des SUV proposés par BMW se voit donc légèrement retouché, un peu plus de trois ans après son arrivée sur le marché. Les évolutions restent néanmoins relativement discrètes. La plus visible, c'est bien entendu le nouveau bouclier avec ses entrées d'air  plus imposantes sur les côtés, et une augmentation de la surface ton caisse. Même topo à l'arrière, avec un bouclier plus lisse et à la surface ton caisse augmentée; tandis que le style intérieur des feux évolue pour adopter la signature nocturne de la marque, avec deux lignes en L. L'habitacle n'évolue guère : nouveaux inserts décoratifs, nouvelles teintes de cuir…

Voilà tout pour le chapitre esthétique, passons à la technique, et chez BMW, on n'est pas motoriste pour rien, puisque la gamme évolue assez sérieusement. En essence, exit les xDrive30i et xDrive48i, voici les xDrive35i et xDrive50i, pour une gamme qui passe à 100% à l'injection directe et au double turbo. Des nouveaux moteurs qui sont en outre associés au diverses techniques du programme EfficientDynamics : volet d'entrée d'air pilotés, gestion de l'électricité, accessoires électriques… Passons aux chiffres.

La xDrive50i reprend donc à son compte le V8 4.4 de 407 ch et 600 Nm. Forcément, avec environ 2.200 kg à emporter, pas de miracle au chapitre des consommations et émissions de CO2 : 12.5 l/100 km et 292 g/km. La vitesse maxi est limitée à 240 km/h (250 en option…), et le 0 à 100  est accompli en 5"5, et le 1000 mètres en 24"8. Pour la xDrive35i, c'est bien entendu le même 6 cylindres TwinPower Turbo de 306 ch et 400 Nm qui s'y colle. En chiffres, il obtient 10.1 l/100 km de consommation et 236g/km de CO2, 235 en vitesse maximale, 6"8 au 0 à 100 km/h et 27"0 sur le 1000 mètres départ arrêté.

Les versions diesel sont désormais baptisées xDrive30d (comme avant) et xDrive40d, avec respectivement un passage de 235 ch / 520 Nm à 245 ch / 540 Nm et de 286 ch / 580 Nm à 306 ch / 600 Nm. Le gain en performances est minime, puisque le moins puissant passe de 216 à 222 km/h, en option puisqu'il est limité à 210 km/h en série, et le plus puissant de 235 à 236 km/h… Ils gagnent tous deux 5 dixièmes en accélération de 0 à 100 km/h (7"6 et 6"6). La consommation est en revanche largement abaissée. Le xDrive30d annonce 7.4 l/100 km (contre 8.1), soit des émissions de CO2 qui passent de 214 à 195 g/km. Le xDrive40d est à peine plus mal loti avec ses 7.5 l/100 km et 198g/km, contre 8.2l et 216g pour le précédent xDrive35d.

Tous ces moteurs sont associés en série à la transmission automatique à 8 rapports qui devient un standard des gros modèles du constructeur.

Source : BMW

Pour résumer

La gamme en particulier du X6.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.