par Thibaut Emme

Bilan financier 2021 Renault : en avance sur la Renaulution

Si les ventes du Groupe Renault sont en berne en 2021, les résultats financiers eux sont en bonne forme. Et même en avance sur les prévisions.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Le chiffre d'affaire du Groupe Renault en 2021 s'établit à 46,2 milliards d'euros. C'est une hausse de 6,3% par rapport à 2020. Si on considère un périmètre et un taux de change constant (dévaluation du rouble, du peso ou du real qui pénalise le total en euros NDLA), la progression est même de 8%. Le chiffre d'affaire qui rebondit alors que les ventes baissent globalement de 4,5% en 2021, c'est le signe de ventes à meilleurs prix.

La valeur plutôt que le volume

Surtout qu'avec la pénurie de composants électroniques, les constructeurs privilégient encore plus les segments rentables, au détriment des véhicules "à faible marge". C'est un choix qu'il faut assumer face à des clients à qui on demande d'attendre plus d'un an sur certains véhicules.

De plus, Renault peut compter sur l'Arkana, le "SUV coupé" qui fonctionne bien en termes de ventes. Les utilitaires sont aussi de bonnes poires pour la soif. La reprise économique a relancé les achats d'entreprises sur ce segment. Pour améliorer le CA, il y a aussi les ventes de pièces et accessoires qui ont fortement repris après les confinements de 2020.

Outre un bon chiffre d'affaire qui reste tout de même en net retrait par rapport à 2019 (-17%), la marge opérationnelle ressort positive à 1,66 milliard d'euros contre -337 millions d'euros en 2020. Elle reste 1 milliard d'euros en-dessous de celle de 2019. En termes de rapport au CA, la marge est de 3,6% du CA, et même 4,4% au second semestre 2021. Cela retrouve en cela les niveaux de 2019.

Une contribution de Nissan qui repasse dans le vert

Le résultat d'exploitation est de près de 1,4 milliard d'euros en tenant compte de 265 millions de déficit sur les produits et autres charges d'exploitation. Là encore c'est un retournement de situation spectaculaire.

Dans certains détails, Renault explique qu'en améliorant la performance des achats, mais également en optimisant les dépenses de R&D, le groupe a plus que compensé la hausse des matières premières. La vente de plusieurs succursale de Renault Retail Group (RRG) a compensé des provisions pour charges de restructuration de 430 millions d'€.

Concernant la contribution de Nissan aux résultats de Renault, de -5 milliards l'an passé, elle remonte dans le vert à 380 millions d'euros. On est même au-dessus de la valeur de 2019, mais loin des montants sous l'ère Ghosn. Après impôts courants et différés, le résultat net s’établit à 967 millions d'euros. Le résultat net, part du Groupe, est quant à lui à 888 M€. Cela représente 3,26 € par action contre -29,51 € par action en 2020.

Pas de dividende au titre de l'exercice 2021

Dans toutes ces bonnes nouvelles, il y a aussi la capacité d’autofinancement de l’activité automobile. Elle inclut 1 Md€ de dividendes RCI et atteint 4,8 Mds€ en progression de 2,8 Mds€ par rapport à 2020. Enfin, le free cash-flow (flux de trésorerie libre) opérationnel de l’automobile est positif à hauteur de 1,272 milliard d'euros. Le free cash-flow opérationnel partie auto ajouté à la cession des titres détenus dans Daimler pour 1,1 Mds€ contribuent à la réduction de 2 Mds€ de la dette nette partie automobile. Elle s'élevait à 1,6 Mds€ au 31 décembre 2021.

Avec la tension sur les délais d'attente, les stocks diminuent. Ils étaient à 336 000 véhicules (486 000 en 2020) et représentent 53 jours de ventes. Evidemment, malgré un fort redressement, le Conseil d’administration proposera à l’Assemblée Générale des actionnaires, prévue le 25 mai 2022, de ne pas verser de dividende au titre de l’exercice 2021.

Renault est en avance sur son plan de Renaulution pour ce qui est du redressement financier du groupe. "Renault Group remboursera par anticipation 1 Md€ du prêt d’un pool bancaire bénéficiant de la garantie de l’Etat français ainsi que 1 Md€ au titre de l’échéance contractuelle. La totalité du prêt sera remboursée au plus tard fin 2023".

Et pour 2022 ?

Pour 2022, la crise des semi-conducteurs continuera d'influer fortement sur les ventes. Renault estime la perte totale à 300 000 véhicules sur la production. Il y aura aussi la hausse des matières premières qui continuera. Aussi Renault prévoit une marge opérationnelle du Groupe supérieure ou égale à 4 %. Mais, également un free cash-flow opérationnel de l’Automobile supérieur ou égal à 1Md€.

Etant en avance sur le plan Renaulution, le groupe envisage de rassembler ses activités et technologies 100 % électriques au sein d’une entité spécifique en France. De même, Renault pourrait rassembler ses activités et ses technologies de moteurs et transmissions thermiques et hybrides basées hors de France au sein d’une entité spécifique. A chaque fois, le but est d'accélérer la croissance et de renforcer les potentiels des technos. Mais rien n'est encore fait là-dessus.

L'optimisme est visiblement de mise chez Renault. Cela contraste largement avec les mines sérieuses et légèrement déconfites des dirigeants au moment de la chute de Carlos Ghosn. Cela coïncidait avec le marasme économique du groupe et les difficultés de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

Pour résumer

Si les ventes du Groupe Renault sont en berne en 2021, les résultats financiers eux sont en bonne forme. Et même en avance sur les prévisions.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.