Alfa Romeo Nuova 33 Stradale Lancer le diaporama
Nuova 33
+26
LANCER LE DIAPORAMA
par Nicolas Anderbegani
Une supercar qui puise dans le patrimoine du Biscione

Alfa Romeo Nuova 33 Stradale

Elle était attendue de pied ferme, Alfa Romeo lève le voile sur la Nuova 33 Stradale, une supercar qui sera proposée à la fois en thermique et en électrique, pour assurer ainsi le passage de flambeau entre deux ères.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Dire qu'elle était attendue par les alfistes relève de l'euphémisme. Après des années d'errance dans la stratégie produit, Alfa Romeo semble enfin en rémission avec le bon début de carrière du Tonale et un petit crossover en approche. Mais Alfa Romeo, c'est aussi du rêve, de la passion. Certes, la Giulia GTAm a bien rempli cette fonction, mais là, nous sommes un cran au-dessus, avec une véritable supercar, ce dont la firme milanaise ne nos avait plus gratifié depuis la sublime 8C.

Nuova 33 Stradale : comme l'indique son nom, cette supercar permet à Alfa Romeo de rendre hommage et de revisiter la 33 Stradale, qui était sortie en 1968. Considérée comme l'un des chefs d'oeuvre de la marque, et même l'une des plus belles sportives de l'histoire, la 33 Stradale était dérivée de la Tipo 33 de compétition. Dessinée par Scaglione, elle n'avait été fabriquée qu'à 18 exemplaires.

Un processus de création original : la Bottega

Alfa Romeo est une marque qui s'appuie sur une riche histoire et un immense patrimoine. Cet élément clé de l'identité du Biscione a été intégré dans le principe de la "Bottega" , nom qui a été donné à l'équipe d'ingénieurs, de designers et d'historiens qui, en étroite collaboration avec les clients, ont conçu les 33 exemplaires uniques et exclusifs. La « Bottega » s'inspire des ateliers de la Renaissance et des carrossiers des années 1960, lesquels ont tous créé des œuvres d'art d'une beauté pure, selon les exigences et desiderata de leurs clients. Les premières rencontres ont eu lieu à l'occasion du Grand Prix de Monza 2022, où ils ont eu l'occasion d'exprimer leurs souhaits concernant leur voiture. En quelques semaines, les 33 unités avaient déjà été vendues. La Bottega a son siège dans la Sala del Consiglio du musée d'Arese, où la conception de la 33 Stradale a été approuvée en 1967. Enfin, c'est au Comité 33 qu'il revient d'approuver les demandes des clients, en veillant à ce que l'histoire et le caractère emblématique de la voiture soient pleinement respectés. Il s'agit d'un comité ad hoc, présidé par le PDG d'Alfa Romeo et composé des responsables des différents départements de la marque.

Passé et futur réunis

La Nuova 33 rend directement hommage à son ancêtre avec un design qui réinterprète l'original. Déjà, réjouissons nous de voir une supercar moderne avec des formes, des galbes, des courbes, bref une forme de sensualité alors que nous sommes submergés de véhicules futuristes cubiques ou anguleux, ainsi que de supercars couvertes d'ailerons et d'appendices, même si la pureté des lignes existe encore, chez un Koenigsegg ou un De Tomaso.

Produite par le Centro Stile Alfa Romeo, la nouvelle 33 Stradale s'inspire du modèle historique de 1967. L'avant est à la fois puissant et musclé, avec le fameux scudetto triangulaire iconique et des feux à base elliptique qui s’inspirent des grands yeux du modèle 67. La signature lumineuse est assez particulière, avec un cerclage en stries à LED qui descend sous le bloc optique. On aime ou pas, c'est assez spécial.

Le profil est dynamique et élancé, avec des passages de roues bien galbés, des flancs sculptés, des portes à ouverture en élytre et deux grandes entrées d'air sur les côtés façon turbine. Le toit est largement échancré pour laisser place à deux parties vitrées qui surplombent le conducteur et le passager.

L'arrière est plus agressif, avec un becquet aérodynamique et un design en forme de V qui rappelle les "Codatronca", avec deux grands feux ronds dont la signature lumineuse fait penser à un regard d’aigle. La particularité vient du fait que ces optiques sont comme fixés sur une zone noire dans le prolongement de la prise d’air, le porte-à-faux arrière étant là aussi échancré.  

L’intérieur, disponible en deux niveaux de finition « Tributo » et « Alfa Corse », se distingue par le minimalisme du design et des matériaux, mêlant l'aluminium, la fibre de carbone, le cuir et l'Alcantara. Le cockpit, en particulier, a été conçu afin de minimiser les éléments susceptibles de distraire le conducteur, comme en témoigne le nombre limité de commandes utiles à la conduite, et que l'on trouve sur la console centrale. Devant le conducteur, un écran enchâssé dans un « cannocchiale » 3D,  reprend dans sa finition le motif de la signature visuelle. Comme dans un cockpit d'avion, les commandes sont situées à différents niveaux, sur la console centrale basse et sur une console haute située sur le pavillon central. Les manettes et les boutons de modes de conduite en aluminium, plutôt grandes, sont dans un style aviation vintage très réussi. Le volant, dans un élégant design bi-ton, n'a pas de boutons et fait là aussi un clin d'oeil au passé avec une branche inférieure perforée.

Thermique ou électrique, au choix

Construite sur cadre en H en aluminium et une monocoque en fibre de carbone, la nouvelle 33 Stradale reprend le V6 biturbo Nettuno de la Maserati MC20, développant plus de 620 ch, mais elle peut aussi être proposée en configuration électrique développant au total plus de 750 ch, avec une autonomie WLTP affichée à 450 Kms mais à fortement relativiser. Cependant, batterie oblige, l’électrique affiche 2,1 tonne sur la balance, contre moins de 1500 pour la thermique.

Ainis, la thermique V6, la plus désirable pour un véritable alfiste, promet une V-Max de 333 km/h et un 0 à 100 km/h en moins de trois secondes, le tout envoyé sur les roues arrière via  une boîte de vitesses DCT à 8 rapports et accompagné d'un différentiel électronique à glissement limité. La suspension à double bras avec amortisseurs actifs et le dispositif de levage de l'essieu avant assurent maniabilité et confort. Le système de freinage Alfa Romeo Brake-By-Wire et les freins carbone-céramique Brembo offrent des performances de haut niveau.

Les réglages de la voiture bénéficieront du soutien du pilote de F1 Valtteri Bottas sur le légendaire circuit de Balocco, permettant ainsi d'intégrer l'expérience de la F1 à la conduite quotidienne et de garantir la maniabilité inimitable d'Alfa Romeo. Par ailleurs, le conducteur peut sélectionner le mode de conduite à l'aide du sélecteur placé sur le tunnel central : Strada et Pista. Le mode Strada, actif au démarrage de la voiture, assure le confort et le plaisir de conduire : puissance délivrée en douceur, sensibilité normale de la pédale, suspension souple, boîte de vitesses fluide et soupapes d'échappement actives qui ne s'ouvrent qu'au-dessus de 5 000 tr/min.  En mode Pista, le client opte pour une conduite dopée à l'adrénaline : la puissance est maximisée, les pédales sont encore plus réactives et la suspension rigidifiée ; dans le cas du moteur V6 bi turbo, les changements de vitesse sont rapides et les soupapes d'échappement actives sont toujours ouvertes. Dans cette configuration, le conducteur peut décider de désactiver l'antipatinage (ESC OFF).

Fabrication dans les règles de l'art à l'ancienne

Produite à 33 exemplaires seulement, elle bénéficie d’un programme dédié pour personnaliser davantage encore la voiture selon les desiderata des clients. Chaque voiture est conçue pour être unique, au point que chacune d'entre elles est enregistrée selon une procédure exclusive et dotée d’un numéro de VIN spécifique. Quant aux 8 derniers chiffres, la « signature » du client, ils identifient le véhicule et peuvent être personnalisés par chacun des 33 propriétaires. Ce code d'identification sera gravé au-dessus du tunnel central, tandis qu'une plaque inspirée de celle des années 1960 sera placée dans le compartiment arrière pour certifier les caractéristiques spécifiques des composants tels que le châssis, le(s) moteur(s), la boîte de vitesses/batterie et la monocoque.

Alfa Romeo fera appel à la Carrozzeria Touring Superleggera, renouant ainsi avec une grande tradition historique. La nouvelle « fuoriserie » du Biscione veut ainsi mélanger les processus artisanaux, l'innovation technologique et les souhaits des clients. Les clients peuvent ainsi choisir parmi trois couleurs de carrosserie exclusives, évoquant chacune l'histoire de la 33 Stradale : le classique Rouge Alfa, une réinterprétation du Bleu Royal, mais aussi un vernis teinté Rouge plus raffiné appelé « Villa d'este ». Par ailleurs, il est possible d'habiller la voiture d'une livrée rouge et blanche, en hommage à la légendaire Tipo 33 de course.  Les clients peuvent également choisir de personnaliser les garnitures en fibre de carbone visibles, les prises d'air, les logos Quadrifoglio et Autodelta sur les flancs, la grille de calandre classique ou en trois dimensions. La signature « Alfa Romeo » à l'arrière peut également être peinte en noir, en or ou en argent. Les mêmes couleurs sont utilisées pour les jantes en alliage « Tributo » de 20 pouces, auxquelles s'ajoute une option bicolore, plus raffinée. Enfin, les étriers de frein sont disponibles en noir, rouge ou jaune, tandis que les doubles sorties d'échappement peuvent être réalisées en chrome satiné ou en noir.

 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Avant de s'orienter peu à peu vers le 100% électrique, Alfa Romeo voulait réaliser un beau baroud d'honneur thermique, avec cette Nuova 33 Stradale qui marie l'hommage à son illustre ancêtre avec une conception de pointe et une motorisation V6 biturbo. Mais elle est aussi électrique si on le désire. De toute façon, les 33 exemplaires sont déjà pris. La plupart des ALfistes peuvent au moins rêver.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos