par Nicolas Meunier

Un nom, plusieurs autos: Citroën Activa

Si Renault est maître dans lart de réutiliser les noms, nombre de constructeurs utilisent le même subterfuge. Voici lhistoire du nom Activa chez Citroën qui, bien plus quun simple patronyme cachait une technologie intéressante.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Si Renault est maître dans lart de réutiliser les noms, nombre de constructeurs utilisent le même subterfuge. Voici lhistoire du nom Activa chez Citroën qui, bien plus quun simple patronyme cachait une technologie intéressante.

La première apparition du nom Activa eut lieu au salon de Paris en 1988. Il sagissait alors dun concept de grande berline (4,75m de long) haut de gamme propulsée par le V6 PRV dans son exécution 3,0l. En ce temps-là, la CX se faisait vielle et la XM navait pas encore été présenté (elle le fut le 23 mais 1989). Cette vision de la grande routière permettait donc de tenir le public en haleine, tout en offrant une attraction importante sur le stand de son salon national. Le prototype Activa est typiquement dans lesprit Citroën. Tout dabord stylistiquement. Les proportions fameuses des grandes routières aux chevrons sont là, avec un porte-à-faux avant long et un arrière tronqué. Le toit entouré dun vitrage panoramique est une originalité annonçant la XM.

De même, lintérieur est futuriste avec un volant monobranche carré, qui nest pas sans rappeler celui de la SM, un peu caricaturé. Le thème du chevron est omniprésent (dessin des sièges et du tableau de bord) et léquipement à la pointe de la technologie, avec notamment un Minitel ! Question technique, ensuite, Citroën a voulu frapper un grand coup. Pas pour la motorisation, plutôt classique, mais par les trains roulants et suspensions. La suspension hydractive est bien entendu au rendez-vous, mais dans une version actualisée. Outre la classique garde au sol variable qui permet de franchir nimporte quel obstacle, lActiva se surbaissait automatiquement à haute vitesse afin doptimiser le Cx et donc diminuer la consommation et améliorer la vitesse de pointe. Un équipement quon retrouve aujourdhui sur certains modèles haut de gamme comme la VW Phaeton, par exemple. Plus fort encore, lActiva vire à plat, le roulis étant contrôlé par la suspension hydraulique via un ordinateur.

Mais le plus spectaculaire est bien les quatre roues directrices indépendantes, commandées by wire. Cela permet de faire varier la loi de commande : rayon de braquage très réduit à basse vitesse et stabilité accrue à haute vitesse. De quoi aussi se permettre quelques fantaisies comme dessiner un chevron dans le sable. A voir dans cette superbe vidéo (admirez le texte en rimes).

http://www.youtube.com/watch?v=5HHow6RCloY

Celle-ci est une version un peu plus longue de la précédente (entière), mais muette.

http://www.youtube.com/watch?v=4D8UCIPTjRs

Deux ans après, Citroën rempile pour le salon de Paris avec un nouveau concept, simplement dénommé Activa 2. Celui-ci est bien moins révolutionnaire que lActiva de 1988 et pour cause : sa production a été un temps envisagée. Il sagit dun coupé haut de gamme, basé sur la plate-forme de la XM V6 24v, simplement enrichie du système antiroulis. Vitrage panoramique, proportions générales, forme de larrière La filiation avec la XM est évidente et ce coupé se pose demblée comme lhéritière de la SM. Mais léchec de celle-ci semble avoir servi de leçon et lActiva 2 ne fut jamais commercialisée.

Cest au Mondial de Paris en 1994 quapparaît pour la première fois une voiture de série équipée de la suspension hydraulique antiroulis.

http://www.youtube.com/watch?v=H3YxqjD8Rh4

Ce modèle est la Xantia Activa, commercialisée en décembre de la même année. Une nouveauté inédite, que le service de com Citroën exploite avec le concours de Carl Lewis.

Au lancement, seul le 2,0l 16 soupapes de 150ch est disponible. Un moteur hérité notamment de la 405 Mi16. A sa disparition de la gamme en juillet 1995, la gamme sélargit, avec un choix total de trois moteurs : 2,0l 16v 130ch, 2,0l turbo 150ch et un diesel, le nouveau 2,1l TD de 110ch. Ces deux dernières versions se distinguant par des ailes élargies, pour sadapter à la voie majorée due au berceau moteur spécifique. Cest en janvier 1997 que lActiva peut réellement briguer une place de haut de gamme. Le vieux PRV (symbole dune conception entre Peugeot, Renault et Volvo) frôlant alors les 25 ans, un nouveau bloc, le ES commun à PSA et Renault, apparaît. Ce qui a pour conséquence larrivée dun V6 dans la gamme Xantia, sur les versions Activa et Exclusive. Dune cylindrée de 3,0l 194ch, ce moteur se retrouve également sur les Renault Laguna et Peugeot 406. Lassociation V6-Activa est présentée comme une « arme ultime » par Citroën, comme le prouve cette vidéo.

http://www.youtube.com/watch?v=r7huQN0_oDY

La Xantia est ensuite restylée en décembre 1997.

Après, le principal événement est larrivée fin 1998 du premier moteur Common Rail français. Quelques mois après le groupe FIAT et lAlfa Romeo 156 JTD, Citroën présente la Xantia 2,0l HDI, dune puissance de 110ch. La fin de laventure Activa a lieu en 1999 et il y a peu de chance pour voir réapparaître une telle version dans la gamme aujourdhui, à lheure où Citroën semble vouloir élargir son public en proposant la nouvelle C5 avec une suspension traditionnelle.

Lien : un site dédié à la Xantia Activa

Lire également : Renault, faut pas gâcher...

Pour résumer

Si Renault est maître dans lart de réutiliser les noms, nombre de constructeurs utilisent le même subterfuge. Voici lhistoire du nom Activa chez Citroën qui, bien plus quun simple patronyme cachait une technologie intéressante.

Nicolas Meunier
Rédacteur
Nicolas Meunier

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.