Accueil Electriques L’UE autosuffisante en batteries d’ici 2025 selon la Commission

L’UE autosuffisante en batteries d’ici 2025 selon la Commission

0
5
PARTAGER

L’Union européenne pourrait produire suffisamment de batteries automobiles d’ici 2025 pour alimenter sa flotte de véhicules électriques en forte croissance sans compter sur des unités importées, a déclaré mardi le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic.

Batteries : l’UE autosuffisante voire même exportatrice d’ici 2025

« Je suis convaincu que d’ici 2025, l’UE sera en mesure de produire suffisamment de cellules de batterie pour répondre aux besoins de l’industrie automobile européenne, et même de renforcer notre capacité d’exportation », a déclaré Maros Sefcovic lors de la « European Conference on Batteries » (Conférence Européenne sur les Batteries).

Si l’on en croit ses prévisions, d’ici 2025, les installations européennes prévues à l’heure actuelle produiraient suffisamment de batteries pour alimenter au moins 6 millions de véhicules électriques.

Développement rapide des capacités en Europe

Aujourd’hui, la Chine héberge environ 80% de la production mondiale de batteries lithium-ion, mais la capacité de l’Europe est appelée à se développer rapidement.

On dénombre 15 importantes usines de cellules de batteries en construction sur le Vieux Continent, en intégrant les usines de la société suédoise Northvolt en Suède et en Allemagne, l’usine allemande du fabricant chinois de batteries CATL et la deuxième usine de la société sud-coréenne SK Innovation en Hongrie.

L’UE souhaite doper la production locale d’éléments nécessaires à une industrie verte

Dans le cadre de son plan visant à devenir climatiquement neutre d’ici 2050, l’UE souhaite stimuler la production locale d’éléments structurant pour bâtir une industrie verte. Cela passe notamment par de la production d’hydrogène pour fabriquer de l’acier à faible teneur en carbone et de batteries pour alimenter des véhicules propres.

Essor des VE et des hybrides rechargeables en Europe

Alors qu’au-delà de l’impact sanitaire, la pandémie due au coronavirus a engendré une baisse globale des ventes automobiles, l’ONG Transport & Environnement prévoit que les ventes combinées de batteries et de voitures hybrides rechargeables devraient environ doubler cette année sur le Vieux Continent, pour atteindre un million d’unités.

L’UE doit toutefois investir davantage

La Commission prévoyant 13 millions de véhicules à faibles émissions sur les routes européennes d’ici 2025, des investissements supplémentaires seront donc toutefois nécessaires.

« Nous devons faire des investissements significatifs dans la création d’une chaîne d’approvisionnement et d’un marché du travail européens complets pour soutenir les usines de batteries », a déclaré Jesper Wigardt, vice-président des communications de Northvolt.
Sefcovic a déclaré pour sa part que le fonds de soutien de 750 milliards d’euros de l’UE – destiné à faire face à la crise du coronavirus – était un « outil prêt à l’emploi » pour soutenir des projets.

Des projets européens

Bruxelles proposera le mois prochain des normes pour l’empreinte carbone des batteries, tandis qu’une alliance privée-publique de l’UE vise à stimuler l’approvisionnement national en matières premières nécessaires à la fabrication des cellules.

En décembre 2019, la Commission européenne a autorisé sept Etats membres, dont l’Allemagne et la France, à apporter une aide publique de 3,2 milliards d’euros pour développer le secteur des batteries électriques au sein de l’UE, via un consortium de 17 entreprises, ouvrant la voie à la création effective d’une sorte d’Airbus des batteries, projet lancé en 2017.

L’investissement des Etats concernés – Allemagne, France, Italie, Pologne, Belgique, Suède et Finlande – « devrait permettre de mobiliser 5 milliards d’euros supplémentaires en investissements privés », précise l’Union européenne.

Projet important d’intérêt européen commun … ou Airbus des batteries

Ce « projet important d’intérêt européen commun » (PIIEC) comptera 17 participants directs de toute la filière, tels que le constructeur allemand BMW ou les chimistes BASF et Solvay (Belgique), mais aussi des petites et moyennes entreprises (PME), dont certaines sont présentes dans plusieurs États membres.

Ces entreprises collaboreront « étroitement les unes avec les autres et avec plus de 70 partenaires externes, comme des PME et des organismes publics de recherche de toute l’Europe ».

Les différents partenaires ont pour objectif de développer les batteries Li-ion « qui ont une plus longue durée de vie », « se rechargent plus vite » et « sont plus sûres et plus respectueuses de l’environnement que les batteries actuellement sur le marché » si l’on en croit le communiqué de l’UE.

L’Allemagne, leader en terme d’investissements

L’Allemagne est autorisée par la Commission à investir jusqu’à 1,25 milliard d’euros. Viennent en suivant la France (960 millions), l’Italie (570 millions), la Pologne (240 millions), la Belgique (80 millions), la Suède (50 millions) et la Finlande (30 millions).
Opel et Saft peuvent ainsi concrétiser leur projet de construction d’une usine de production de cellules de batterie de véhicules électriques outre Rhin. Les deux partenaires prévoient de produire des cellules de batterie dans l’usine de composants d’Opel à Kaiserslautern, dans l’ouest de l’Allemagne, près de la frontière française.

Notre avis, par leblogauto.com

Face à l’essor des VE, l’UE se doit de réagir … et de prévoir. Si le développement d’infrastructures de recharge doit être anticipé, il en est de même pour les batteries. Lesquelles constituent l’élément clé des différents éléments rentrant dans la production d’un véhicule électrique.

Pour assurer l’avenir économique et financier de ses constructeurs, l’Europe se doit de se défaire de sa dépendance aux batteries chinoises, le quasi monopole actuel de l’Empire du Milieu restreignant leurs capacités à négocier les prix et nuisant par la-même à leur rentabilité.

Sources : UE, Reuters, Automotive News

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "L’UE autosuffisante en batteries d’ici 2025 selon la Commission"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Mwouais
Invité

@Elisabeth : désolé, j’avoue ne pas avoir lu l’article après la phrase  » je suis convaincu que… » car à ce moment j’ai pouffé ! Alors si ce monsieur est convaincu qu’on produira 6 millions de batteries (annuellement ?) de masse moyenne 400kg et que ça le réjouit, bien lui fasse là où il veut.

Plusieurs solutions pour arriver à produire autant de batteries que de voitures : suffit qu’il n’y ait pas trop de voiture électrique. Cqfd et merci Mwouais.

Mais de rien !

Allez, je vais lire la suite…

SGL
Invité

Je préfère pour au moins deux bonnes raisons que ces batteries soient fabriquées en UE.

Mwouais
Invité

Et je n’ai rien contre le fait qu’on produise logiquement des packs de 400kg à moins de 2000km de l’usine de voiture qui va les assembler aux châssis.

bzep
Invité

Il y aurait eu de quoi rire s’il avait déclaré ne pas en être convaincu, à mon sens ! Ensuite peu importe les chiffres car il y a au moins la volonté; c’est ce qui importe. Un peu d’optimisme ouvre bien souvent d’autre voies constructives.

Fab
Invité

Construire des cellules de batteries, processus particulièrement gourmand en énergie, dans des pays très dépendant du fossile [Allemagne, Pologne] n’est pas particulièrement intelligent.
En Suède, c’est bien mieux [merci les centrales nucléaires et hydro]
En France, ce serait très bien aussi [merci le nuc], mais je ne suis malheureusement pas sûr que ce soit d’actualité… Pb d’état stratège en France, et de commission Européenne servant exclusivement les intérêts de l’Allemagne.

wpDiscuz