Accueil Finance BMW dans le collimateur du gendarme boursier US

BMW dans le collimateur du gendarme boursier US

1440
8
PARTAGER
bmw

BMW Group a déclaré lundi qu’il faisait l’objet d’une enquête par la SEC (Securities and Exchange Commission, le gendarme boursier américain, ndlr) à la suite d’un rapport d’enquête sur les pratiques commerciales de l’entreprise, qui est cotée en bourse outre-Atlantique à l’indice Nadsaq.

« Nous pouvons confirmer que nous avons été contactés par la SEC et coopérons pleinement à l’enquête », a déclaré un porte-parole de BMW, la commission en question ayant pour sa part refusé de commenter. Le Wall Street Journal a indiqué que la SEC enquêtait sur les pratiques commerciales de BMW pour déterminer si l’entreprise avait virtuellement gonflé ses ventes en demandant aux concessionnaires d’enregistrer les véhicules comme vendus alors que les voitures étaient toujours en stock. Une technique qui est bien connue, mais potentiellement frauduleuse en ce sens qu’elle peut induire en erreur les actionnaires et les investisseurs sur les performances réelles de l’entreprise. Bloomberg News avait rendu compte des primes versées par le groupe aux concessionnaires qui employaient « efficacement » cette pratique, à laquelle BMW aurait officiellement mis un terme au début de l’année 2017.

C’est un voile d’ombre qui est jeté sur la firme bavaroise, qui annonçait en octobre 2019 un record de ventes mondiales (204.295 véhicules écoulés sur le mois et presque 2,3 millions écoulés sur les 11 premiers mois de l’année, en incluant Mini et Rolls-Royce), dans un contexte qui est pourtant rendu difficile par les tensions commerciales et les contraintes règlementaires des normes antipollution.

Mais BMW n’aurait pas, loin s’en faut, l’apanage de ces méthodes. Pour des faits similaires remontant aux années 2012-2016, Fiat Chrysler a accepté en septembre de payer une amende de 40 millions de dollars liée à des années de rapports de vente jugés frauduleux par la SEC. Le constructeur automobile italo-américain avait induit les investisseurs en erreur en affirmant à tort une série de gains mensuels et des résultats gonflés depuis des années en payant des concessionnaires pour signaler de fausses ventes, selon l’agence.

Notre avis, par leblogauto.com

Personne ne semble à l’abri des procédures ces derniers temps ! Dans le domaine des ventes, la course au leadership a son côté obscur. Ces révélations, pour lesquelles il faut attendre néanmoins les conclusions de la SEC, pourraient semer un doute plus global sur les résultats marketing communiqués par les marques.

Source : automotive news, bloomberg

 

 

 

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "BMW dans le collimateur du gendarme boursier US"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
lataupe2B
Invité

Ça devient pénible toutes ces magouilles. Que ce soit BMW ou n’importe quel autre constructeur. Visiblement les amendes ne sont pas dissuasives. Il faudrait fermer les usines pendant quelques semaines avec obligation de payer les salariés et de dédommager les clients et fournisseurs. Interdire les livraisons etc… On a l’impression que les amendes sont provisionnées et font partie du processus.

Francois
Invité

« Il faudrait fermer les usines pendant quelques semaines avec obligation de payer les salariés et de dédommager les clients et fournisseurs. Interdire les livraisons etc… »
Où comment couler une entreprise (et donc plomber les statistiques du chômage) en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. J’ajoute qu’ici, nous parlons d’éventuels chiffres de ventes un peu bidonnés, ce n’est pas bien si c’est le cas mais il n’y a pas mort d’homme non plus.

zeboss
Invité
Aux States le billet vert est roi, on ne touche pas au Grisbi… Donc en plus entreprise européenne, youpee, ça arrange les affaires de trump vs européen… Bientôt un truc du même genre pour Airbus, etc etc, on ne compte plus les entreprises européennes empêtrées dans les méandres de l’administration US (Airbus déjà, BNP ont déjà rackée …)… Quand Boeing truande ses homologations, l’administration US a plus de mal à démarrer.. Et comme il n’y a pas eu le moindre américain mort dans les crash de 737, ça fait moins de dégâts fiscaux… Les ricains ont une fâcheuse tendance à… Lire la suite >>
Francois
Invité

BMW est un gros employeur de Caroline du Sud, la même Caroline du Sud est un bastion républicain (ce n’est rien de le dire) qu’il convient de ménager pour deux personnes,
– Trump, bien évidemment, qui veut rester président.
– Son principal allié (depuis le décès de John McCain) Lindsey Graham qui doit lui aussi repasser par la case « élection » en 2020 pour son poste de sénateur.

En clair, si les « ricains ont une fâcheuse tendance à utiliser leur administration façon soviétique quand cela les arrange », BMW est tranquille pour un an.

zafira500
Invité

« On a l’impression que les amendes sont provisionnées et font partie du processus. »
Non, c’est vrai ? Blague à part, effectivement, les entreprises font des provisions au cas où (amendes, prud’hommes,…), ce n’est pas nouveau.

r.burns
Invité

La guerre économique US versus Europe continue.

lataupe2B
Invité

Ça qui est choquant c’est que la triche est provisionnée. Que le montant des amendes est très inférieur aux bénéfices de la tricherie. Ce que je veux dire c’est que la menace de sanction doit vraiment faire peur et doit évidemment être adaptée.

SAM
Invité

Autour de 74 000 Mercedes vendues au mois de novembre 2019 en Europe.
C’est un exploit comme ce sera une chute vertigineuses. BMW, Audi et Mercedes vont être les victimes de leurs succès quand ça va baisser. Audi en Chine, Mercedes en Europe et aux USA et BMW aux USA risquent de souffrir les prochaines années …

Après GM, Ford, FCA, Toyota ou encore Nissan doivent bien faire de même tout comme Hyundaï, VW ou Suzuki sur d’autres marchés.

A mon humble avis seuls Porsche et Dacia ne trichent pas.

wpDiscuz