Accueil General Motors Trump menace GM : pas d’emplois pas de subventions

Trump menace GM : pas d’emplois pas de subventions

545
15
PARTAGER

On s’en doutait : Donald Trump n’a pas du tout apprécié l’annonce faite par General Motors de  la suppression de toutes activités dans plusieurs de ses usines aux Etats-Unis … la menace d ‘une fermeture pure et simple planant même à l’horizon.
Le locataire de la Maison Blanche a menacé mardi de supprimer toutes les subventions» accordées au constructeur.

Pas d’emplois, pas de subventions

Alors qu’il clame haut et fort depuis sa campagne présidentielle sa ferme volonté de faire renaître la grandeur des Etats-Unis …. en préservant notamment l’emploi local, Donald Trump a semble-t-il pris comme une gifle l’annonce faite par GM d’un vaste plan de suppression d’emplois en Amérique du Nord, et tout particulièrement dans l’Ohio, le Michigan et le Maryland.

«Très déçu par General Motors», a ainsi tweeté le Président US. «Les États-Unis ont sauvé General Motors  et voilà les REMERCIEMENTS que nous avons ! «  s’est-il exclamé. Ajoutant que l’administration Trump étudiait à l’heure actuelle de supprimer toutes les subventions accordées au constructeur, y compris pour les véhicules électriques.

GM affirme vouloir préserver l’avenir

Face aux menaces proférées par Donald Trump, General Motors a répondu en suivant dans un communiqué sa restructuration était un moyen de préserver l’avenir pour «conserver et faire croître les emplois américains».

Une réponse guère rassurante tout de même si on y regarde de plus près. Laissant ainsi entendre que pour pouvoir préserver le »malade », la seule solution envisageable est d’amputée. C’est donc que le mal est bien grand ….

GM rappelle ses investissements

GM a également rappelé avoir investi 22 milliards de dollars dans la production aux États-Unis depuis 2009 et le plan de sauvetage, certes financé par le contribuable américain.

GM remercie l’Administration Trump

Jouant avec les mots prononcés par Trump, GM a tenu par ailleurs à officiellement remercier son administration en déclarant « apprécier  les actions menées par cette administration » pour « améliorer la compétitivité de l’industrie américaine».

Trump se positionne en sauveur de l’emploi

La porte-parole de Donald Trump, Sarah Sanders, a emboîté le pas au Président US en louant ses actions pour préserver l’emploi US. Un des arguments fortement mis en avant par Donald Trump tout au long de sa campagne passée … et désormais de celle à venir.

. «Le président s’est complètement investi dans le retour des emplois industriels aux États-Unis, et c’est pour cela que depuis qu’il a pris ses fonctions nous avons vu la création de 400.000 nouveaux emplois industriels aux États-Unis», a-t-elle affirmé.

Selon elle, la vaste réorganisation mise en œuvre au sein de GM « vient du fait qu’ils fabriquent une voiture que personne ne veut acheter. » « Espérons, qu’ils vont faire des ajustements et reprendre ces employés», a-t-elle ajouté.

GM dément délocaliser en Chine

Sous le feu des critiques fusant de toute part, GM a démenti qu’il délocalisait en Chine les modèles dont il abandonne la production aux États-Unis pour les réimporter par la suite afin de les commercialiser sur le territoire américain.

Le constructeur a également tenu à souligner qu’il restait très présent dans l’Ohio, non seulement en termes d’emplois directs mais également en terme d’activités fournies à des centaines de sous-traitants.

Larry Kudlow, le principal conseiller économique du président a affirmé que Mary Barra, qu’il a longuement rencontrée lundi, avait évoqué «la possibilité de transférer des employés ailleurs au Texas ou dans le Michigan».

Quand GM exhortait Trump à plus de clémences sur les taxes, craignant pour ses finances

Notons tout de même que – pour l’instant du moins – Mary Barra, la patronne de GM a l’élégance de ne pas remettre du feu sur le sujet, en évoquant la politique tarifaire menée par Trump. Laquelle est loin d’avoir aidé économiquement le constructeur.

Rappelez-vous : en août dernier, la présidente de General Motors  avait ouvertement déclaré que la méthode employée par le locataire de la Maison Blanche pour relancer l’automobile américaine – via la mise en œuvre de taxes douanières – n’était pas la plus adaptée. Loin s’en faut. Elle envisageait même alors qu’elle puisse provoquer un effet boomerang particulièrement nuisible aux constructeurs US.

GM directement menacé  par les taxes ?

En août dernier, Marry Barra avait même estimé que la hausse des tarifs douaniers prônés par Donald Trump menaçait directement GM. Elle redoutait même que ces mesures entraînent au final une récession générale, assortie d’une réduction de taille de l’entreprise et de pertes d’emplois …. Lucide et visionnaire Mary Barra …
« Augmenter les tarifs douaniers pourrait réduire la taille de GM, réduire la présence sur le plan national et à l’étranger de cette entreprise américaine emblématique et risque de réduire les emplois plutôt que de les augmenter », affirmait ainsi tout net GM dans des commentaires transmis au département du Commerce dans le cadre d’une période de consultations. Le constructeur prévenant d’ores et déjà que la hausse des taxes douanières envisagées sur le secteur automobile pourraient conduire General Motors à supprimer des emplois et à augmenter les prix de ses véhicules.

Elisabeth Studer avec AFP

Crédit Illustration : GM

Poster un Commentaire

15 Commentaires sur "Trump menace GM : pas d’emplois pas de subventions"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
polo
Invité

C’est quand même surprenant que Trump admet que le gouvernement US verse des subventions à GM!

Invité

mais à part se prendre pour un caïd, il sait faire quoi, Trump ?

greg
Invité

Jouer au golf, il parait qu´il s´est grandement amélioré depuis qu´il est président.

labradaauto
Invité

..Trump ci, Trump ça,…mais Trump populaire aux US quoi ! qui plus est grâce à l’intelligence française : Combien de diplômés français en exil, à la tâche pour l’Amérique ?

sunseeker
Invité

Mouai enfin
1- il n’a pas gagne le vote populaire
2- les elections de mi-manda n’ont pas ete le succes escompte des Rep.
3- La « fuite » des cerveaux n’a rien a voir avec Trump… ca a commence bien avant et il n’y en a pas tant que ca aux US… et avec les nouvelles normes pour le H1B ca ne va pas augmenter.

https://www.recode.net/2017/4/13/15281170/china-india-tech-h1b-visas

Invité

Et surtout, qu’a t-il réussi depuis son élection ?

Lolo
Invité
@labradaauto, Trump réussit le tour de force d’être un « populiste » milliardaire !!! Il continue d’enrichir les plus riches (cf. les marchés US depuis son élection) en abaissant les contraintes fiscales et normatives sur son industrie. La classe moyenne US semble arrêter de s’appauvrir (à court terme), et les pauvres ne s’enrichissent pas. Il est populaire auprès de sa base électorale car court-termiste (tout comme « sa base »). Mais tout voir sous le simple prisme de l’argent ne fait pas de lui un bon dirigeant, capable d’anticipation et de hauteur de vue sur les grands problèmes, et au niveau international même si… Lire la suite >>
labradaauto
Invité
VERS UNE 3ème GUERRE MONDIALE ? Sans vouloir céder au pessimisme, cette communication d’un prof de Fac, économiste reconnu, interpelle quelque peu. Cette thèse est écrite par l’économiste Jean-Hervé LORENZI. Jean-Hervé LORENZI, né le 24 juillet 1947, est professeur à l’université Paris-Dauphine depuis 1992 (Master 218 Assurance et gestion du risque), président du Cercle des économistes, conseiller du directoire de la Compagnie Financière Edmond de Rothschild… On sait également que son cœur est plutôt à gauche….. Pessimiste ou réaliste, à vous de juger. « La Troisième guerre mondiale : prédictions. Une Troisième guerre mondiale, d’une ampleur probablement égale ou supérieure… Lire la suite >>
Lolo
Invité

Long mais intéressant, je ne crois pas aux causes religieuses (en tout cas pour le moment, que ce soit entre états ou au sein des états eux même) mais à l’exacerbation des nationalismes et à la guerre économique comme terreau d’un prochain conflit d’ampleur oui. Russie, USA, Chine, même l’Inde à présent, l’Europe dans sa globalité est encore épargnée mais ça pousse de tous les cotés avec j’en suis sûr de l’aide « extérieure ». L’histoire se répètera c’est sûr, je pense que notre espèce n’a pas encore atteint le degré d’intelligence et donc de sagesse suffisant pour éviter un nouveau conflit.

greg
Invité

Il y a quand même un énorme problème: le Gouvernement fédéral ne verse aucune Subvention directe aux constructeurs, et Celles-ci s´appliquent de toutes les manières à toute l´industrie. Autrement dit, si il coupe des subventions (comme le Bonus pour les VE), il pénalisera tous les constructeurs.
Ensuite, rappelons que Trump était un Grand critique du plan de sauvetage de GM et voulait limite qu´ils crèvent.
Enfin comme indiqué, la hausse des taxes sur les différents métaux ont plus ou moins annulé les effets des baisses d´impôt de Trumpchi.

Francois
Invité
Trump fait allusion à l’aide fédérale de 7500 dollars à l’achat d’une VE mais ce qu’il oublie, c’est qu’il existe une limite de 200 000 unités que GM aura franchi à la fin de l’année. En gros, si cette aide est supprimée (ce qui est peu probable avec une Chambre démocrate), cela n’affectera pas ce constructeur mais tous les autres, Tesla excepté, à commencer par Ford et FCA. Trump dispose de deux leviers pour négocier. Le premier consiste à revenir sur les tarifs douaniers qui frappent l’acier et l’aluminium, la facture est de 1 milliard de dollars pour GM qui… Lire la suite >>
AlphaSyrius
Invité

Il le sait probablement. Juste un effet d’annonce pour ses supporters.

amiral_sub
Invité

Tesla pourra peut-etre racheter une deuxième usine GM ? Les temps changent…

wizz
Membre

sauf les usines mexicaines, sinon la plupart voire toutes les usines américaines de GM ont un gros inconvénient : une usine GM achetée, le syndicat UAW offert. Ils y sont déjà. Or Elon a tout fait pour ne pas permettre à ce syndicat d’y mettre le pied dans son usine californienne. Racheter une usine à GM, c’est de permettre à UAW d’entrer dans la galaxie de Tesla…

à mon avis, aucune chance…

greg
Invité

Ouep, sans oublier les coûts liés à l´adaptation des chaînes de production.
VW avait commis cette erreur en 1978, ils avaient repris une usine Chryler, qui a fermé en 1986…
Du coup quand ils sont revenus ils ont construit une usine de A à Z.

wpDiscuz