Accueil Editorial F1 – Quel weekend pour le spectateur au Castellet?

F1 – Quel weekend pour le spectateur au Castellet?

1803
20
PARTAGER

Tout fan de sport auto l’a attendu avec impatience, mais le retour du grand prix de France au Castellet soulevait beaucoup de questions. D’un coté les capacités du circuit à assurer le spectacle, pour cela le résumé de course et le debrief apporteront ces réponses. La seconde question importante était l’organisation autour de cet événement. Comment ont été accueilli les spectateurs, dans quelles conditions? Qu’en est-il de l’accessibilité du circuit?

Le Paul Ricard, un joli cadre, une accessibilité limitée

Le cadre et la position du Castellet, sur un plateau entre Marseille et Toulon offre un cadre magnifique, un trajet des plus agréable, sur des routes vallonnées dans un cadre verdoyant. Dans un tel contexte il est certain que nous ne trouverons pas une autoroute dans le coin, ni même un grand axe routier. Ce sont donc deux routes départementales très simples qui permettent l’accès au circuit.

Mais ceci est un problème connu depuis des années, lors de la dernière course de F1 en 1990, cette donnée avait été mise en avant. Il est clair que ce point était attendu surtout devant l’attente d’une affluence maximale de 65 000 personnes le dimanche.

Des bouchons, des bouchons, des bouchons.

On ne peut déroger au fait que les bouchons ont probablement étonné la quasi totalité des personnes. Par leur intensité surtout. Lorsque le l’on sait qu’il a fallu au moins trois heures pour effectuer les 10km entre Cuges-les-Pins et le circuit Paul Ricard, c’est énorme. Ayant moi même effectué ce trajet, j’affirme d’expérience que cela n’offre pas un début d’expérience spectateur optimal. Et il y avait bien plus a plaindre que moi. Et ce n’était que le vendredi!

Une impossibilité d’accès au circuit ayant obligé l’organisation à réagir pour changer certains aspects, d’ailleurs les visiteurs ont reçu dès le vendredi soir des conseils pour accéder « sans encombre au circuit ». Pour quel résultat? J’avais constaté une légère amélioration le samedi mais de nombreuses personnes ont indiqué avoir mis énormément de temps à rejoindre le circuit. Bien sur l’accès au circuit était plus simple très tôt, une arrivée entre 7 et 8 heures du matin permettait d’éviter de passer trop de temps coincé sur la route. Quant au dimanche, la combinaison, orage violent à la fin du concert de David Guetta plus personnes voulant sortir au même moment ont crée un embouteillage monstre, lorsqu’il faut plus de trois heures pour sortir de l’entourage du circuit, et ouvrir l’accès au circuit aux véhicules particuliers pour leur permettre de sortir, on se dit qu’il y a très clairement un problème, mais l’infrastructure routière n’est pas seule responsable.

Un parking, quel parking?

L’accès au parking était une catastrophe et n’avait absolument pas la capacité nécessaire pour accueillir le volume de personnes et  l’affluence d’un tel événement.

Dans sa structure, passer des chemins de terre, pour se stationner au milieu de la poussière de bois, des souches, des pins, sans emplacements véritablement définis ne représente en rien une aire de stationnement. Pas de chemins vraiment prédéfinis pour permettre une circulation plus fluide dans cette zone. Les orages n’aidant pas, ce fut un tracé digne d’une étape de Rallye anglaise, auquel les spectateurs participaient, ou se mêlaient boue, voiture et bois mouillé. Tout est rassemblé pour déclencher une « anarchie routière » ou chacun tente de gagner un peu de place afin d’avancer pour se rapprocher de la sortie. Évidement, il ne pouvait y avoir suffisamment de gendarmes ou de bénévoles pour gérer un tel afflux de personnes allant dans des sens divers.

Bien sur, cela pousse à cran les gens qui s’énervent aussi (énervement justifié néanmoins), ce qui malheureusement n’améliore en rien la situation.

Le tout pour 15 euros la journée et une attente de plus de deux heures pour sortir d’un parking, il est clair que ce dernier n’était pas en capacité d’accueillir un tel afflux de voitures.

Et les navettes, le covoiturage?

C’est un concept simple, en effet en réduisant le nombre de voitures, on réduit l’embouteillage, c’est certain. Des navettes étaient disponible pour amener au circuit depuis plusieurs villes (La Ciotat, Aubagne, Marseille, Hyères, Toulon & Aix-en-Provence). Mais le cout du trajet (à partir de 62 euros par jour, par personnes) a du refroidir plus d’une personne et fourni une incitation à se déplacer en voiture. D’ailleurs, les cars ne pouvaient eux mêmes éviter le trafic. Le covoiturage est une solution, mais il y a déjà peu de personnes allant seule sur le circuit, on peut présumer que les voitures étaient occupées par deux personnes au minimum. Cela peut être une solution, mais jamais elle ne résoudra tout.

Une installation cinq étoiles parfaite.

Un des points forts du circuit du Castellet est  son aéroport permettant d’accueillir hélicoptères et autres jets privés. Pour les personnes utilisant ce moyen de locomotion, le weekend fut extrêmement plaisant. Mais malheureusement ce moyen de locomotion n’est accessible que par un nombre très limité de personnes.

Levée de boucliers pour éviter une nouvelle déconvenue.

Bien sur il va falloir lever la voix auprès de l’organisation et des autorités, espérons qu’une enquête sérieuse sera diligentée pour soulever les points non fonctionnels et optimiser tout ce qui doit être optimisé. Que des actions suivent.

Oui c’est un scandale que des personnes aient du faire demi tour et ne pas profiter d’un évènement qu’ils attendaient depuis des mois, cela est une défaillance de l’organisation. Qu’il faudrait un geste de leur part pour compenser ce temps perdu et ce désagrément.

Ne pas oublier le weekend dans son ensemble, les évènements à l’intérieur du circuit et le plaisir de la course

Malgré tout ces points négatifs, il faut apporter une touche positive. Les activités aux alentours de la piste, le stand Renault et la monoplace de cette saison en Lego, la patrouille de France, le défilé des Renault historiques, le tour de Aseel Al-Hamad au volant d’une Lotus Renault E20, les courses de formules de promotion, le concert de David Guetta. Toutes les moments conviviaux échangés entre inconnus partageant la passion de la course automobile et la F1. Ce sont ces moments dont nous devons nous souvenir en premier.

 

Poster un Commentaire

20 Commentaires sur "F1 – Quel weekend pour le spectateur au Castellet?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
koko
Invité

Artikle cryblé de fotes

beniot9888
Invité

Curieusement, je me souviens que c’était un des gros arguments pour arrêter le GP de France à Magny Cours, les « problèmes d’accès ». J’ai donc été très surpris que l’on retombe dans le même piège (voir pire ?) au Castellet.

Commandant Tour
Invité

c est clair, je me rappelle avoir bien galéré à Magny Court entre les toutes petites routes de campagne, les parkings (enfin les champs) avec un seul acces en terre… il faisait beau donc c’etait pratiquable mais si il avait plu….
bref c etait aussi un beau b….

Béret vert
Invité

C’est de règle en France, les grands rassemblements sont la plupart du temps très mal gérés. On ne sait pas recevoir dans ce pays. Systématiquement, c’est le bordel, impréparation accentuée par le manque de courtoisie et l’incivilité qui est la marque de fabrique de l’ancien et du nouveau français (qui se ressemble s’assemble).

Invité
Oui, alors, le coup du « l’herbe est plus verte chez les autres », c’est bon pour ceux qui ne sont jamais vraiment parti de l’hexagone. Des annees que je vis de pays en pays en Europe (4 deja), et pas un seul n’a ete franchement meilleur niveau organisation et rassemblement. Le pire ayant ete… l’Allemagne. Certe, niveau civilite, on est tres mauvais eleve, et c’est desolant. Mais niveau organisation, c’est du pareil au meme, en pire pour les Germains. L’acces au nurburgring pendant un evenement etant une calamite, et l’histoire de parking est la meme. C’est une decharge a ciel ouvert,… Lire la suite >>
Invité

Sans aucun doute! Il faut signaler ca. C’est attristant d’autant plus que c’est un « nouveau » circuit. Ils auraient du y penser bien avant..

Invité

Je me demande bien quels sont les arguments des 5 qui ont mis un vote negatif a mon commentaire.
Ca ne plait pas d’entendre quelque chose qui contredit les cliches Germains qu’on a en tete?

Kaizer Sauzée
Invité
Le choix du circuit est politique : le circuit de Magny-Cours a été offert à Guy Ligier par son ami et ministre des finances Michel Charasse et aussi un pour essayer de désenclaver une région un peu oubliée. Mais aujourd’hui il faut aller courir chez les copains. Et puis, il n’y a pas de miracle : dès qu’on passe un certain seuil de spectateurs c’est automatiquement le bordel, pour la bonne et simple raison que nos routes ne sont pas adaptées à de tels flux. Venez voir l’enduro du Touquet et vous devrez supporter des heures de bouchon. Pourtant les… Lire la suite >>
beniot9888
Invité

En fait, c’est un peu comme les chasses neige sur Paris l’hiver. Il y en a toujours pour trouver scandaleux qu’on ait pas investi pour en acheter, sauf que ça ne servirait que 3 jours par an, et que personne n’a envie de payer pour ça. 🙂

Fgerb
Invité
Qui a connu les premiers GP de France au Ricard (à ârtir 1971) sait quelle galère attendait les spectateurs en 4 roues…et comme les routes d’accès n’ont pas été modifiées mais même bloquées partiellement par les autorités (préfet?)..il fallait s’attendre au pire! Donc dès mise en vente des pass3j, l’autre priorité était d’être hébergé près du circuit, y aller à pied si possible..et de ne surtout pas partir de Marseille dès le vendredi. Cela dit, en repartant du côté de Signes, près dans les embouteillage 1h30 avant d’atteindre la route Beausset, puis fluide y compris sur autoroute ver Marseille, pris… Lire la suite >>
wpDiscuz