Accueil F1 Debrief F1: France 2018: Hamilton tout simplement

Debrief F1: France 2018: Hamilton tout simplement

541
8
PARTAGER

Nous l’attendions tous ce weekend, dix longues années à manger notre pain et à attendre d’avoir un retour de la F1 dans notre beau pays. Dans ce post, nous parlerons uniquement de la course, le weekend dans son emsemble et les conditions d’accueil des visiteurs fera l’objet d’un autre article. Revenons au debrief et parlons de ce qui a à retenir de la course. La domination d’Hamilton, la partie de stock car de Vettel, le « zéro point » français, la carnage du premier tour, les dépassements en pagaille en tout cas on a du grain à moudre!

Hamilton souverain du Paul Ricard, santé!

C’est sans conteste que Lewis s’impose au Paul Ricard, jamais inquiété, il n’aura laissé la tête que quelques tours et prend la tête du championnat.  Je note son super retournement de veste concernant la piste. Quand on gagne la piste devient drolement sympa, n’est ce pas? C’est un potentiel politicien!

Le podium est complété par Max la Menace, deuxième podium consécutif, une course joliment menée, il a cherché à tenir la comparaison, mais la Red Bull était clairement moins souveraine que la Mercedes.

Dernier larron du podium, Kimi s’est fendu d’un départ compliqué, demandant une remontée de la 7ème à la 3ème place. Un premier relai très long en UltraSoft, pour terminer sur un retour et un dépassement dans le dix derniers tours pour s’emparer du podium. 4ème podium pour le Bwoalandais cette saison. Ricciardo a lui connu la mésavanture de voir son aileron avant s’éffriter en petit copeaux, comme ceux que l’on installe fièrement en haut d’installations patissière.

Remontada vénère de Vettel, Bottas tout cassé

Vettel creuserait-il sa propre tombe dans la course au titre, il est malheuresement totalement responsable de l’accrochage, il a harponné la seconde Mercedes tel un espadon dans un banc de sardines.

Pour notre plus grand plaisir nous avons pu assister à la remontée des deux protagonistes, Vettel étant particulièrement actif dès les premiers tours, en témoigne la manoeuvre sur Alonso, que je trouve tout à fait magnifique. Cinquième malgré une pénalité de cinq secondes. Il lache quinze points à Hamilton ce qui n’est pas rien.

Bottas a eu bien plus de difficultés, son fond plat abimé ne lui simplifiant pas la tâche. Quelques points pris, mais très clairement sa chance est partie faire dodo. On attend son réveil pour une victoire?

Strike 100% français et zéro point

On les attendait, notre grille remplie de pilotes français, prêt à nous éblouir de leur talent. Et ben non, Gasly et Ocon se sont touchés au bout de trois virages. N’enlevons rien de leur talent, en ont-ils fait trop pour leur première course à la maison? ou seulement pas de chance?

Grosjean étant le seul représentant pour le reste de la course, nous comptions sur lui, mais le coup d’épaule qu’il porta à Ocon au départ ne l’a pas aidé dans sa manoeuvre, une pénalité, une perte de performance plus tard c’est la onzième place et toujours aucun point dans se besace

Je propose d’intégrer au rang de français Charles Leclerc, même à motié, c’est suffisant, c’est un crack, Ericson annonce qu’il va faire mieux et signe une Q2, c’est pas grave je fais top 10. Pour revenir à une histoire de nationalité, le circuit est à une heure de sa maison, donc ça va.

Renault, 4ème force du plateau et pi c’est tout

Beaucoup de communication pour le retour d’un constructeur français au grand prix de France. Les deux pilotes sont dans les points, la stratégie d’Hulk n’était pas nerveuse (bizare vu son nom?) tout en souplesse avec les gommes soft au départ. Sainz continue de progresser, il s’est permis de prendre le troisème rang après un bon départ et de resister quelques tours à Ricciardo. Il creuse l’écart avec la concurrence.

Williams nul, Mclaren pas mieux

Williams, les weekend se suivent et se ressemblent. Alors ils ont tenté un coup en passant les soft dès le premier tour, puis on les a vu gentiment tourné à la queue leu leu. A aucun moment ils n’ont semblé en mesure de faire quelque chose. Une tornade enlevant toutes les autres monoplaces ne leur aurait pas permis de prendre quelques points. A la fin même le pneu de Stroll a dit « ça suffit je rentre à la maison ».

Mclaren, niveau performance ce week end c’est pas follichon, comme quoi, le problème n’était pas uniquement niveau moteur, mais l’aéro pose un vrai problème. Alonso en avait marre et a décidé de prendre un jour de repos, serait-il entièrement porté vers la triple couronne? Vandoorne fait mieux mais ce n’est pas suffisant pour jouer les points.

Petit pêle mèle des pilotes restants.

Perez, menait une stratégie intéressante, la même qu’Hulk, mais un problème moteur a mis fin à sa course, Force India espérait un weekend rose de bonheur, finalement ce fut un point noir pour l’équipe.

Hartley et Ericson, peu transcedant l’un comme l’autre course assez anonyme en mileu, à part des dépassements sur les Williams.

Magnussen ne fait pas de vagues, (ça compense celle de Grosjean?) mais il continue à enchainer les bonnes performances, meilleur des autres, devant Bottas, il porte seul les points de Haas cette saison.

Qu’est ce c’est que ce trophée?

Oui, c’est plus vraiment la course, mais pourquoi un gorille? Pourquoi tient-il un pneu? Tant de questions sans réponses, ce sera un sujet de recherche pour les docteurs en art cotemporain.

C’est tout pour aujourd’hui, pas de longues attentes, ça s’enchaine, trois courses en trois semaines, ça promet. Rendez vous dimanche prochain!

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Debrief F1: France 2018: Hamilton tout simplement"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Nikokolas
Invité

Pour ma part je trouve ce trophée excellent!
Original et fun.

wpDiscuz