Accueil Ford Ford Blanquefort : reprise par un industriel européen ?

Ford Blanquefort : reprise par un industriel européen ?

576
0
PARTAGER

L’usine Ford de Blanquefort reprise par un industriel européen ? Un article du journal Sud Ouest indique que Patrick Seguin, le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux Gironde (CCIBG), affirme avoir des contacts avec un candidat potentiel à la reprise du site du constructeur.

Une annonce qui intervient alors que Ford a récemment déclaré ne plus souhaiter investir dans l’usine de Blanquefort. Douchant parallèlement les espoirs d’un nouveau débouché qu’aurait été la fabrication d’une nouvelle boîte de vitesses.

Vers une reprise du site de Blanquefort par un tiers ?

Donc, Patrick Seguin a désormais fait savoir qu’il entendait bien être associé au dossier.
Ainsi, joint par le journal Sud Ouest, samedi, le Président de la CCIBG a déclaré « qu’un groupe industriel européen était intéressé par une éventuelle reprise du site Ford de Blanquefort ». Un de ses représentants l’aurait même contacté vendredi pour aborder le sujet.

Parallèlement, Ford annonçait vendredi dans une note interne, adressée au personnel du site (soit environ 900 salariés), qu’un processus visant à rechercher « des tiers intéressés par le site » allait être lancé prochainement.

De son coté, le ministre de l’Economie annonçait pour sa part la création d’un groupe de travail visant notamment à suivre les volumes de production de l’usine de Blanquefort, et ce, jusqu’à la fin de l’année 2019. Date à laquelle la boîte de transmission 6F35 produite actuellement à Blanquefort cessera d’être au catalogue.

Dans un tweet à la sortie de l’entretien, Bruno Le Maire s’est dit, « pleinement mobilisé pour garantir la pérennité du site Ford de Blanquefort et le maintien à long terme de l’emploi !« .

Dès l’annonce de l’arrêt des investissements sur le site, les choses semblaient claires du côté de Ford, la messe semblant déjà dite. Le constructeur déclarait d’ores et déjà que la « solution viable et pérenne » pour Ford Aquitaine Industries (FAI) pourrait passer par « la recherche de tout repreneur potentiel intéressé par le site ». Même son de cloche côté Bercy, où était déjà évoquée la possibilité de faire appel à des « partenaires externes ».

Fin prochaine de l’accord cadre

Pour rappel, Ford est implanté à Blanquefort depuis 1972. Jusqu’à 4.000 personnes ont été employées sur le site.
Reste que les volumes de production n’ont cessé d’y régresser ces dernières années. Après cession et reprise du site, l’accord-cadre de 2013 aura permis d’obtenir un engagement de Ford à maintenir 1.000 emplois, en échange d’aides (collectivités locales, Etat, formation), pour un total d’environ 27 millions d’euros. Mais, toute bonne chose a une fin : cet accord s’achève fin mai 2018. D’où l’urgence de la situation … et l’ampleur de l’inquiétude des salariés.

Aussi, le président de Bordeaux Métropole, Alain Juppé, n’y va pas par quatre chemins. En effet, pour lui, le désengagement de Ford à Blanquefort est « une coïncidence facile à comprendre ». Rappelant que Ford avait signé une convention en échange d’aides publiques de l’ordre de 15 millions d’euros. Et ajoutant que cette convention arrive à échéance dans quelques semaines.

Crédit Illustration : CGT Ford

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz