Accueil Constructeurs Un été au Japon – Hino Contessa 900 (1961 – 1964)

Un été au Japon – Hino Contessa 900 (1961 – 1964)

336
4
PARTAGER
Hino Contessa

Après avoir produit et commercialisé la Renault 4CV au Japon, Hino souhaite devenir plus autonome. Le constructeur japonais développe donc sa première voiture, la Hino Contessa 900. Toujours sur la base technique de la 4CV.

La Hino 4CV est sans doute l’une des plus connues des déclinaisons internationales de la Renault 4CV. Mais après une dizaine de bons et loyaux services, Hino souhaite tourner la page, et aussi monter en gamme. Bien entendu sans faire appel à Renault avec lequel le constructeur japonais s’est rapidement brouillé. Ce qui ne l’empêche pas de reprendre la base technique de la 4CV pour sa nouvelle berline.

La Hino Contessa 900 reste très compacte avec seulement 3795 mm de long, mais accueille 5 passagers. Son style reprend des traits typiques de l’époque, avec une ligne très horizontale, un capot plongeant entre les optiques verticales, et l’amorce de petits ailerons à l’arrière. Les entrées d’air trahissent l’implantation du moteur à l’arrière.

Le moteur de 893 cm3 est dérivé du moteur « Billancourt » de la 4CV, mais largement revu. Outre sa cylindrée augmentée, il adopte une culasse de type « crossflow ». Le moteur est installé en position longitudinale arrière, légèrement incliné vers la gauche. Contrairement à la Dauphine dont Hino s’est aussi inspiré, le radiateur est à l’arrière du moteur et non pas à l’avant. Ce moteur développe 35 ch.

Le coupé Contessa Sprint par Michelotti

Si elle a été uniquement pensée pour le marché Japonais, la Contessa a néanmoins marqué le débuts des ambitions d’export de Hino. Ainsi, le salon de Tokyo 1962 voit l’apparition d’une Hino Contessa 900 Sprint. Un coupé léger (100 kg de moins que les 750 de la berline) au style signé par Michelotti. Son volant à droite témoigne des ambitions du constructeur. Son style est assez typique des petits coupés signés par les studios italiens de l’époque, en particulier d’autres créations de Michelotti bien entendu, mais aussi de son ami Frua. La Renault Floride en fait naturellement partie…

Le prototype sera remontré au salon de Turin en 1962, puis à New York en 1963. Mais le projet de production de 1000 exemplaires (en Italie) ne verra pas le jour. En revanche, un pick-up en est dérivé, le Hino Briska. Ce dernier adopte en revanche un moteur repositionné à l’avant. Quelques exemplaires de la Contessa seront assemblés en Israel.

Quelques mots de la Contessa 1300

Hino Contessa 1300
Hino Contessa 1300

Après 47299 exemplaires de la Contessa 900, c’est à Michelotti qu’est confié le style de la seconde génération, la Contessa 1300. avec un design qui évoque la Chevrolet Corvair, et toujours un moteur arrière. Elle est lancée en 1964, et sera aussi disponible en conduite à gauche. Quelques exemplaires seront par exemple vendus en Europe. La tentative de conquête du marché américain passera d’abord par un engagement en compétition. Mais la reprise par Toyota mettra fin à l’aventure. Dès 1967, Hino cesse la production de voitures particulières pour devenir la division poids-lourds du géant japonais.

Hino Contessa 900

Hino Contessa 900 Sprint

Crédit illustrations : Hino

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Un été au Japon – Hino Contessa 900 (1961 – 1964)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
beniot9888
Invité

C’est mignon

beniot9888
Invité

Et sinon, sait on pourquoi Renault et Hino se sont rapidement brouillés ?

Jihaire
Invité

Hino ne payait pas les royalties

Jihaire
Invité

Autre anecdote rapportée par un ami Japonais.
Le rêve des enfants dans les années 50 60 était de monter dans un Taxi 4cv Hino

wpDiscuz