Accueil Général Véhicules connectés : Renault rachète (une petite partie de) Intel

Véhicules connectés : Renault rachète (une petite partie de) Intel

173
3
PARTAGER

Renault s’est lancé, comme d’autres constructeurs, dans le développement de la connectivité, quitte à racheter de sociétés spécialisées. Dernière opération en date, le rachat de la R&D française d’Intel « spécialisée dans les logiciels embarqués, la connectivité et la création de nouveaux services client ».

Outre des équipements de « vision », ainsi qu’une intelligence artificielle performante, le véhicule autonome demande, et demandera, de plus en plus de connectivité. Et même sans aller jusqu’aux véhicules autonomes, les voitures modernes sont de plus en plus connectées. A l’été 2016, Renault-Nissan a lancé les grandes manoeuvres avec le rachat de Sylpheo par exemple, mais aussi la création d’une division du véhicule connecté pour l’Alliance.

Carlos Ghosn, PDG de Renault déclare : « Ce projet d’acquisition s’inscrit pleinement dans la stratégie du Groupe Renault qui vise à offrir de nouveaux services connectés et à améliorer l’expérience de ses clients. Les salariés d’Intel qui rejoindront Renault ont des compétences et des profils très qualifiés dans un domaine technique et concurrentiel, où l’Alliance est un des leaders mondiaux. Le Groupe Renault continue ainsi de soutenir l’innovation et le développement économique en France ».

Une fois les activités de R&D d’Intel concernées transférées dans une nouvelle société, Renault rachètera cette dernière à Intel. Sont concernés les deux sites de Toulouse et Sophia-Antipolis ainsi que plus de 400 salariés. L’acquisition devrait être bouclée d’ici la fin du deuxième trimestre 2017 selon Renault. Reste à savoir quand seront visibles les premières conséquences de ce rachat.

Plus pragmatiquement, ce rachat intervient au bon moment pour les salariés. Mais, aussi pour Intel qui avait annoncé l’an dernier vouloir fermer 5 centres d’innovation en France avec suppression de 750 postes. En voilà un peu plus de 400 de sauvegardés normalement. Intel de son côté a réorienté ses investissements vers Mobileye, partenaire de Nissan.

Source et illustration : Renault

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Véhicules connectés : Renault rachète (une petite partie de) Intel"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Pat
Invité

Drôle de calcul pour Intel : quand Renault aura atteint son objectif, logiquement Nissan n’ira plus voir Intel mais Renault.
Et alors Mobileye ne vaudra plus rien.

wizz
Membre
Nissan est le partenaire de développement de Mobileye, mais il n’est pas le client exclusif. Une fois aboutie, Nissan sera un client parmi tant d’autres. Et si Nissan n’en veut plus, alors d’autres en voudront. Voir par exemple le DSG,, boite mécanique à double embrayage. VW a été le partenaire de développement avec Borg Wagner. Mais par la suite, BW fournit ses boites à qui le veut. Ou encore, je ne sais pas avec qui ZF a bossé pour développer sa BVA8 (surement avec BMW), mais depuis, ses BVA8 se retrouvent sous bon nombre de voitures de divers constructeurs (Jaguar,… Lire la suite >>
lym
Invité

Le drôle de calcul, c’est qu’Intel et embarqué ne riment pas trop. Ils sont un peu cloués au PC sans arriver à en sortir, avec un échec complet sur les processeurs pour mobiles… et on vire strongArm pour revenir sur cette archi il y a un an. Pour du calculateur avec des requis niveau sûreté, ni ARM ni x86 ne sont par ailleurs les bons chevaux.

wpDiscuz