Accueil Electriques La Finlande veut 250000 véhicules électriques sur ses routes en 2030

La Finlande veut 250000 véhicules électriques sur ses routes en 2030

178
12
PARTAGER
Toroidion 1MW Concept (2016)

Suite à la signature de l’accord de Paris à la COP21, les pays déclinent leurs objectifs et leurs plans. La Finlande compte ainsi doper son parc électrique à 250000 unités à l’horizon 2030.

Suite à la COP21, la Finlande doit réduire pour 2030 ses émissions de CO2 de 39% par rapport aux niveaux de 2005. Et le secteur des transports devrait représenter environ 40% de cette réduction, soit 3,6 millions de tonnes de CO2 par an. L’automobile est donc clairement en première ligne, d’où l’engagement du gouvernement d’Helsinki en faveur du véhicule électrique.

Le plan prévoit donc le lancement d’un aide à l’achat à hauteur de 4000€, avec un budget initial de 100 millions d’euros. Avec pour objectif d’immatriculer 250000 voitures électriques dans le pays d’ici à 2030. Ceci alors que le pays en compte environ un millier aujourd’hui. Et ceci sur un marché compris entre 100 et 120000 unités selon les années. Soit 16% des ventes totales d’ici 2030. Le budget de 100 millions ne tiendra pas jusqu’en 2030, et le gouvernement table sur les gains d’efficacité et de coûts qui devraient rendre les véhicules électriques plus attirants que leurs équivalents thermiques dans quelques années.

Le plan du gouvernement prévoit également le développement des infrastructure, et l’aide à l’industrie automobile locale pour s’engager dans cette voie. Une industrie concentrée autour de Valmet, du constructeur de poids-lourds Sisu. Sans oublier les ambitions de Toroidion avec sa supercar 1MW (notre illustration). Électrique bien sûr, mais au volume bien entendu très limité…

Au delà du véhicule électrique, le plan table aussi sur le développement des véhicules au gaz naturel (50000 unités d’ici 2030). Ainsi que sur l’optimisation générale des transports : augmentation de la part de trajets effectués à pied ou à vélo, amélioration des transports en commun, autopartage…

Source : Helsinki Times

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "La Finlande veut 250000 véhicules électriques sur ses routes en 2030"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
crash71100
Invité

Au moins c’est réaliste, pas comme certain pays qui veulent que les voitures thermiques soient bannies dans moins de 10 ans.

Christophe
Invité
Pour mémoire actuellement le taux de CO2 d’un kWh finlandais est de l’ordre de 230 g. Quand on sait qu’en France il est de l’ordre de 80 g (merci le nucléaire) et que le véhicule électrique représente une solution pour la réduction des émissions de GES si et seulement si il est utilisé de manière intensive, deux solutions : – soit privilégier l’autopartage ou la location de VE au détriment de la propriété pour maximiser le kilométrage de chaque véhicule, – soit inciter les finlandais à rouler le plus possible pour pouvoir se dire que si ces kilomètres avaient été… Lire la suite >>
wizz
Membre

….ou tout simplement inciter les gros rouleurs thermique à passer en électrique

à part cela, l’énergie grise pour la fabrication de la batterie ne pose pas de problème: chaque km effectué par une VE, c’est d’autant de km non effectué par une VT. La seule différence, en cas de faible kilométrage annuel, c’est qu’au lieu d’amortir cette énergie grise en 4 ans, ça sera alors en 6, en 8, en 10 ans….

pour ne pas pouvoir amortir cette énergie grise, ça serait:
-accident, et voiture épave
-vieillissement de la batterie (dû au temps et non au nombre de cycles)

Christophe
Invité
@wizz Il y a une corrélation entre l’énergie grise et la production de GES lors de la fabrication d’un produit. Depuis 2012 on sait que pour produire un VE avec une batterie de 24 kWh qui pèse 238 kg on émet 3 t de plus que le véhicule équivalent. Sachant que ce sont bien les métaux inclus dans la batterie qui y participent, donc en faisant des règles de 3 on obtient à partir de la masse les productions pour chaque type de véhicules. Pour inciter un gros rouleur, il va falloir lui proposer un véhicule avec plus de 400… Lire la suite >>
Christophe
Invité
Maintenant si je reprends les valeurs finlandaises à savoir 230 g CO2eq / kWh. Avec une Zoé R240, je suis à 13,2 kWh/100 km soit 36 g CO2eq/km. Sur le même type de parcours avec une C1 99g, je suis à 3,9 l/100 km soit 108 g CO2eq/km. La différence entre les deux est donc de 72 g CO2eq./km, il faut donc 41700 km pour amortir en terme de GES la Zoé, sachant qu’elle ne me permet pas de faire tous les déplacements que j’ai à faire (faute de borne). Je suis donc à plus de 10 ans ! A… Lire la suite >>
wizz
Invité
christophe pour toi, c’est 10 ans mais pour d’autres, c’est 2 ans un banlieusard parisien mettra 2x1h pour aller bosser dans Paris en voiture, en ayant fait 2x10km mais en province, amour, métier et parfois boulot disponible font que les gens passent du temps aussi en voiture. Et en province, petites villes, 2×30 minutes de trajet, c’est souvent 2x30km….lorsque ça circule mal. Et il y en a qui font plus que ça. Faire 15000km par an rien que pour aller travailler est une chose fréquence en province. Le week end, on ne part pas forcement à l’autre bout du pays,… Lire la suite >>
Christophe
Invité

@wizz
Je ne peux pas parler du cas des autres ne le connaissant pas. Le mien je le connais bien donc je peux en parler.
Cependant la moyenne annuelle des véhicules particuliers essence est de moins de 9000 km.
J’avais fait une recherche comparative avec des Zoé d’autopartage qui avait plus de 17000 km chacune en un an et sur la centrale, la très grande majorité des Zoé de cet âge était à beaucoup moins que ce km.

hbo
Invité

sauf que la nouvelle Zoe a une batterie de 40kWh pour le même poids, c’est plus tout à fait le même calcul et que depuis 2012 on a sûrement amélioré la fabrication des batteries.

Christophe
Invité
@hbo Tu roules déjà en Zoé 40 ? Pour ma part les seules Zoé que j’ai eu entre les mains ce sont des Q210 (d’autopartage) et une R240 (de location). C’est maintenant qu’il y a urgence ! En tout état de cause, cela ne change pas le calcul (même masse active), la version 40 me permet juste de faire plus de trajets en ZE mais faute de bornes je bloque encore pour les week-end en famille (je n’ai pas accès d’énergie pour rentrer !). Nota : pour améliorer le calcul de GES de fabrication des batteries, il faut améliorer la… Lire la suite >>
wizz
Invité

et pour améliorer le GES de l’essence, on déverse le pétrole dans la mer depuis les plages de l’Arabie Saoudite, et attendre que ça dérive jusque les plages de la Bretagne?

Christophe
Invité

@wizz
Pour améliorer les émissions en GES des voitures essence plusieurs pistes :
– y ajouter de l’éthanol produit proprement,
– fluidifier la circulation des véhicules (soit en augmentant les infrastructures soit en supprimant des véhicules là où il y a des encombrements) – je le vois quand je suis obligé de sortir en voiture thermique faute de solution plus efficiente, le dimanche ou tôt le matin la consommation, pour sortir de la ville, est beaucoup plus faible que les autres moments encombrés.

wizz
Membre
….et le serpent se mord la queue! Supposons que j’habite à 20km de Paris, et j’y vais pour travailler. En voiture, ça me prendrait 2x1h30 avec ces routes encombrées En RER, ça me prendrait 2×30 minutes, et ce sont les wagons qui sont encombrés. On y est serré comme des sardines, pas du tout confortable. Je pèse le pour et le contre. Et finalement, j’opte pour le RER malgré son inconfort. Parce que les 2x1h de gagné me permettent de dormir un peu plus, de profiter de ma famille, de m’occuper de mes enfants Puis tu va construire une super… Lire la suite >>
wpDiscuz